YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tokyo Ghoul : Re (T1 et 2)
Sui Ishida
Glénat Manga

Le CCG, ce groupe spécial de la police dont la mission est de chasser les goules. Combattre ces créatures mangeuses de chair humaine est toujours une priorité première pour la police, surtout depuis l’affrontement avec la Chouette et les pertes importantes que cet événement a provoquées. Akira Mado s’est vu confier une équipe très spéciale pour éradiquer ce fléau. Comprenant que le maniement des quinques n’était pas suffisant pour être supérieur aux goules et que la police ne pouvait former des milliers d’inspecteur du niveau d’Arima, les scientifiques au service de la police choisirent d’implanter les quinques directement dans le corps d’officiers de police volontaires, au risque d’en faire des demi-goules. Toutefois, le quinque est protégé par de nombreuses couches appelées « frames » limitant son interaction avec le corps mais limitant également son efficacité. Ces nouveaux policiers sont appelés les Quinckes. Et parmi eux, un inspecteur sort du lot : le 1ère classe Sasaki.



L’équipe de Sasaki se voit affectée à une nouvelle mission après l’échec sur l’affaire « Torso ». Mais Urie a bien compris que ses pouvoirs étaient bridés par les frames bloquant son kagune. Il est convaincu que, contrairement à Sasaki, il n’aura aucune difficulté à contrôler son côté goule. Ce n’est qu’une question de volonté et Sasaki est un faible. D’ailleurs, il lui a refusé la permission de se faire opérer. Qu’à cela ne tienne, Urie sait comme passer outre son autorisation. Pendant ce temps, l’équipe QS se retrouve à devoir travailler avec l’équipe de Juzo Suzuya. Leur cible est « Nutcracker », une goule connue pour être friande de testicules humaines. Mais elle est aussi une rabatteuse d’humains pour un réseau de ventes dirigé par Big Madam. Les cibles étant plutôt des femmes, Sasaki et ses troupes se voient obligés de se déguiser en femme... sauf Saiko évidemment. Pour Toru, c’est différent, elle a toujours voulu passer pour un homme, cachant sa féminité afin de ne pas supporter le regard masculin. Pourtant, il lui faut bien faire comme les autres. Et contre toute attente, c’est elle qui parvient à ferrer le rabatteur de chair humaine, travaillant avec Nutcracker, obtenant ainsi la date de la future vente aux enchères d’humains.

JPEG - 79.8 ko

Sui Ishida nous avait laissé un peu comme orphelin avec le tome 14 de “Tokyo Ghoul”. Ce dernier tome nous avait offert un vrai carnage et une grande liquidation du stock de personnages. Mais un point laissait sceptique concernant évidemment notre cher héros Ken. Le début de “Tokyo Ghoul : Re” nous amène quelques temps après l’affrontement contre la Chouette et ses alliés. Un nouveau groupe de Colombes, comme étaient appelés les policiers anti-goules, a fait son apparition. Ce ne sont plus simplement des hommes utilisant des armes de goules, les quinques, mais dorénavant une nouvelle race de semi-goules, ayant un quinque greffé directement dans leur organisme. Une telle expérience ne peut avoir aucune séquelle sur les cobayes et le lecteur comprend assez vite où risque de l’emmener le mangaka avec un tel postulat de base. Mais Sui Ishida nous réservait une autre surprise avec son nouveau personnage principale : Sasaki. Evidemment, malgré un graphisme clairement arrangé pour semer le dout, le lecteur identifie assez rapidement qui se cache derrière. Sui Ishida ne nous fera pas longtemps languir, même si, confirmant son identité dès le premier tome, il ouvre également une boîte à questions infinies. Certes, vu l’état où il était à la fin du tome 14, on peut comprendre qu’il est un sérieux problème de mémoire, et quelque part il est le tout premier essai de Quincke, sans toutes les sécurités placées chez les autres cobayes. Une fois, ce point réglé, il est temps de s’intéresser aux membres du groupe de Sasaki.

Le tome 2 va se pencher sur le cas de plusieurs membres des Quinckes, suite au fiasco de l’affaire « Torso », qui a révélé la véritable nature de Sasaki. Tout d’abord, il y a le cas le plus intéressant mais qui doit être le plus préoccupant pour notre héros : Urie. Ce personnage est un carriériste prêt à tout pour se faire remarquer. Et pour lui, la seule et unique façon de monter en grade est de devenir plus fort en libérant la toute puissance de son kagune. Il n’a aucun sens du travail d’équipe et va tout faire pour mettre en difficulté Sasaki dont il cherche à prendre la place. Toutefois, il est loin d’être aussi bon qu’il le pense et le lecteur sent très vite que son expérience pourrait très mal tourner, surtout sans être préparé à l’influence des cellules de goule sur un organisme humain. Le second personnage vraiment mis en valeur est Toru Mutsuki. La jeune femme est la seule de l’équipe à ne pas pouvoir utiliser son kagune, ayant comme un blocage l’empêchant de le contrôler, et elle a malheureusement le terrible oeil rouge des goules en permanence d’où son cache-oeil. La jeune femme se fait passer pour un garçon car elle semble avoir une véritable aversion pour les hommes. Toutefois, elle a un vrai sens de l’équipe et une admiration sans faille pour Sasaki. Elle aura aussi tendance à se mettre dans les pires guêpiers, que ce soit dans le cas de Torso ou de Nutcracker, une véritable porteuse de poisse.

Après avoir regardé les goules de l’intérieur, Sui Ishida a choisi de nous faire intégrer le CCG et nous montrer l’autre envers du décor. Cette suite de “Tokyo Ghoul” part sur de bonnes bases et surtout est en continuité de l’excellente série originale.


Tokyo Ghoul : Re (T1 et 2)
- Auteur : Sui Ishida
- Traduction : Akiko Indei et Pierre Fernande
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 224(T1) et 228(T2) pages noir et blanc
- ISBN : 9782344013267 ; 9782344013250
- Parution : 6 janvier et 2 mars 2016
- Prix : 6,90 €


A lire sur la Yozone :
Tokyo Ghoul (T1)
Tokyo Ghoul (T2)
Tokyo Ghoul (T3)
Tokyo Ghoul (T4)
Tokyo Ghoul (T5 et 6)
Tokyo Ghoul (T7 et 8)
Tokyo Ghoul (T9 et 10)
Tokyo Ghoul (T11 et 12)
Tokyo Ghoul (T13 et 14)


© Edition Glénat - Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 décembre 2016






JPEG - 23.3 ko



JPEG - 28.4 ko



JPEG - 28.4 ko



JPEG - 22.9 ko



JPEG - 25.4 ko



JPEG - 26.1 ko



WebAnalytics