YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bifrost n°84
Rédacteur en Chef : Olivier Girard
Revue, n°84, nouvelles - articles - entretien - critiques, octobre 2016, 192 pages, 11€

Robert Ervin Howard et son héros Conan, voilà des noms qui m’ont fait rêver. Je lisais les aventures du Cimmérien et m’évadais dans des temps reculés pleins de violence et de fureur. Chez le bouquiniste, je cherchais les titres qui me manquaient, je me souviens dans la collection Titres SF. D’ailleurs les derniers portaient les noms de Lin Carter, Sprague de Camp. Pour quelle raison ? Je n’en avais cure, il me fallait ma dose d’évasion barbare. Même « Conan le rebelle » de Poul Anderson y est passé !
À l’époque, je n’ai pas creusé la question de cette multiplicité et, avec le temps, ai perdu de vue Robert E. Howard. Mais dans un coin de mon esprit, il n’a jamais disparu et je voue toujours une admiration à son œuvre. Aussi est-ce avec la plus grande joie que j’ai accueilli ce « Bifrost » spécial Howard. Et je n’ai pas été déçu.



En charge du dossier, le spécialiste du Texan : Patrice Louinet qui a fait éditer une intégrale des textes de genre en 12 volumes chez Bragelonne, dont les chroniques figurent en fin de dossier. Howard a eu une vie brève, il s’est suicidé à l’âge de trente ans. Vivant de sa plume, il a écrit beaucoup dans différents genres. En France, il est surtout connu pour ses personnages de Conan, Solomon Kane, Kull... mais sa production est bien loin de se limiter à ces seuls personnages.
Différents axes permettent de cerner l’écrivain : sa vie, le doute sur la classification bien trop restrictive de son œuvre, son parcours littéraire, ainsi que deux parallèles des plus intéressants, l’un avec Tolkien, les deux étant considérés comme les pères fondateurs de la fantasy moderne, l’autre avec Lovecraft avec qui il a entretenu une importante correspondance. Patrice Louinet montre à juste titre tout ce que les lecteurs doivent à Howard.
François Truchaud et Néo ont été de grands pourvoyeurs de la production du Texan en France : 37 volumes sur un total de 218 de la collection Fantastique/SF/Aventure. Le tout sous les superbes couvertures de Nicollet. Le recueil d’histoires de boxe « Poings d’acier » a clos ces publications.
Patrice Louinet achève l’ensemble en nous parlant de l’important pan méconnu de l’œuvre de Robert Ervin Howard. Un dossier exemplaire, une mine d’informations.

Bien sûr, pour ce numéro spécial Howard, il fallait une nouvelle et si possible inédite de l’écrivain. Pas facile à dénicher suite à l’intégrale Bragelonne. Aussi “Les eaux en furie” lorgne plus du côté western que du fantastique, même si l’abondante pluie qui se déverse en une nuit tient du déluge. Reynolds ne supporte plus l’exploitation des basses classes et s’impose justicier en tuant Hopkins comme au temps passé du Far West. Il réserve un sort identique à tous les profiteurs du même genre et il ne cédera pas sans un ultime baroud d’honneur.
Si les raisons de son acte sont compréhensibles, c’est la méthode qui n’est pas acceptable. Pourtant, il a une ligne de conduite, un certain code moral, comme la fin le laisse découvrir.
Un texte bien loin de se limiter à la seule action : les éléments se déchaînent, les hommes trahissent leur vrai visage, le poids du passé... Du Howard pur jus, mais en marge.

Deux nouvelles complètent le volet Fictions.
Bérénikè vit recluse sur une planète. La solitude ne lui pèse pas, car son cerveau a été tripatouillé pour qu’elle ait toujours une impression de déjà-vu. Rien ne peut la surprendre. Même quand Antiochus débarque après un long voyage spatial pour lui apprendre que le tyran, la cause de ses soucis, a été éliminé, elle n’éprouve guère d’émotions.
Romain Lucazeau donne la fausse impression de faire dans le minimalisme, mais là réside sa force, car il développe une histoire étonnante. Les informations sont distillées au compte-gouttes, ce qui amène une compréhension progressive des tenants et aboutissants. “De si tendres adieux” sait captiver les lecteurs qui se prennent à ce dialogue plein de sous-entendus. Un auteur trop peu connu et qui vient de publier en deux tomes le space opéra « Latium » chez Denoël Lunes d’Encre, ce qui pose le bonhomme tout de même.

Si je ne savais pas à quoi m’attendre auparavant, il en était tout autre avec “Les Hôtes” de Christian Léourier. Chacun de ses textes représente une nouvelle occasion de goûter son imaginaire. Les hôtes du récit ne sont autres que des bêtes géantes à l’intérieur desquelles les hommes vivent comme des parasites, car la planète est trop inhospitalière pour eux. Aussi, quand Rek tombe à terre, car l’animal a senti une femelle, n’a-t-il que peu de chance de s’en sortir. À moins de trouver un autre refuge à quatre pattes...
Comme d’habitude, l’auteur nous transporte ailleurs, si près et si loin à la fois : une chaleur écrasante, des rayons d’un soleil meurtrier, un abri animal... De belles valeurs sont ici mises en exergue, les humains ne se combattent pas mais se soutiennent pour survivre, pour avoir un avenir. Je m’émerveille à chaque fois de lire Christian Léourier, un auteur si attachant par son imaginaire. Un conseil : lisez-le !

Après une partie critique fournie, Mélanie Fazi partage son métier de traductrice, mené en parallèle avec sa carrière d’écrivain et J.Sébastien Steyer et Roland Lehoucq extrapolent “De l’origine des espèces...” du moins l’adaptent au cas des extraterrestres. La science présentée de la sorte s’avère toujours intéressante et propice à plaire au plus grand nombre.

Un excellent numéro de « Bifrost ». Il fallait bien cela pour rendre justice à Robert Ervin Howard et ils l’ont fait. Bravo !


Titre : Bifrost
Numéro : 84
Rédacteur en chef : Olivier Girard
Couverture : Greg Manchess
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, nouvelles, entretien, etc.
Sites Internet : le numéro 84, la revue (Bifrost) et l’éditeur (Le Bélial’)
Dépôt légal : octobre 2016
ISBN : 978-2-913039-81-0
Dimensions (en cm) : 14,9 x 21
Pages : 192
Prix : 11€


Robert E. Howard sur la Yozone :

« Les Dieux de Bal Sagoth »
« Bran Mak Morn »
« Solomon Kane »
« Conan le Texan », un essai de Simon Sanahujas sur les traces de Howard
« Le Guide Howard » de Patrice Louinet

Pour contacter l’auteur de cet article :
[email protected]


François Schnebelen
4 décembre 2016






JPEG - 32.2 ko



WebAnalytics