YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Karma City (T1)
Pierre-Yves Gabrion
Dupuis

Bienvenue à Karma City, ville où règne l’harmonie générale grâce aux quatre lois fondatrices du karma qui définissent les règles de bonne conduite. L’article 1 de la constitution édicte la loi de base : “Karma City se veut une cité idéale basée sur les lois universelles du Karma et où la recherche de l’intérêt général prime sur tout l’intérêt personnel. C’est l’unique but de ses résidents". Née sur les cendres de l’ancien monde englouti par une vague géante, cette soi-disant démocratie a été fondée par des savants, des scientifiques férus de physique quantique et de nanotechnologies. Pour faire respecter les principes du karma, la police veille sur les habitants en mesurant leur karma qui doit être positif sinon les portes de la zone blanche de la capitale leur sont fermées.
Et pourtant l’archéologue Emma List arrive à passer la frontière malgré son karma négatif. Cette belle blonde sait jouer de son charme et de prétextes, un de ses enfants l’aurait contrariée au petit déjeuner !
L’agent ne savait pas qu’elle n’avait pas d’enfant et ne pouvait pas deviner qu’elle allait mourir peu de temps des suites d’un accident de la route.



Trois agents aux profils complément différents sont chargés de l’enquête.

PNG - 243.7 ko

Napoli est brillant, expérimenté et le plus teigneux. Asuka, d’origine asiatique, donne un semblant de gai luron. Et pour chapeauter cette folle équipe, la jeune Kate Cooper vient d’être recrutée, tout juste sortie major de promo de l’École Supérieure des Enquêteurs avec les félicitations du jury. Brillante et adepte du suivi des procédures, il lui manque un peu de souplesse surtout face à sa nouvelle équipe qui agit librement sans tenir comptes des lois karmiques. Elle doit s’imposer, ce qui ne sera pas simple pour cette belle jeune femme qui a tout à prouver. Napoli lui mène la vie dure et fait son enquête en solo. Il faut avouer qu’il a du flair, et Kate s’en rend compte très rapidement.

Notre trio de choc se rend sur le lieu de l’accident mortel d’Emma. La thèse de l’accident est rapidement démontée, elle est morte d’un AVC... pas fréquent à son âge. D’autres cas d’AVC douteux vont suivre, ça ne tourne pas rond à Karma City.

PNG - 366.1 ko

Cet album de 176 pages (ça surprend un peu, je l’avoue) commence par énoncer les quatre lois karmiques, mettant immédiatement dans l’ambiance. Les citoyens sont tous dotés d’une montre qui donne leur taux de karma en cas de contrôle de la police karmique, cela s’appelle de la surveillance rapprochée.

PNG - 186.9 ko

Karma City” est un bon polar, original dans un univers d’anticipation. Les personnages ont de fortes personnalités avec un coup de cœur pour l’agent Napoli, qui ressemble étrangement à Clint Eastwood dans “L’Inspecteur Harry”. Le découpage de l’album en épisodes donne plus de force narrative et de rythme à ce long récit de 148 planches. Pierre-Yves Gabrion réalise parfaitement ce premier tome, d’un dessin semi-réaliste qui ne s’encombre pas de design futuriste. On est bien dans un polar, certes d’anticipation, où, sous la casquette du scénariste cette fois, Gabrion (auteur de Primal Zone) nous explique dans un petit dossier final, les origines de la ville, ce qui permet de mieux comprendre comment on a pu en arriver là.

PNG - 227.7 ko

Le second tome est déjà attendu avec grande impatience. Il nous donnera les clés de la conspiration qui se dessine à “Karma City”. Car il y a conspiration ! Mais la question reste : peut-on vivre dans une société basée sur une utopie du bonheur ?


(T1) Karma City (T1)
- Série : Karma City
- Scénario et dessins : Pierre-Yves Gabrion
- Éditeur : Dupuis
- Collection : Dupuis Grand Public
- Pagination :164 pages couleurs
- Format :177 x 243 mm
- Date de parution : 9 septembre 2016
- Numéro IBSN : 9782800164212
- Prix : 20,50 €


A lire sur la Yozone :
Primal Zone (T1)


Illustrations © Pierre-Yves Gabrion et Éditions Dupuis (2016)


Anne Schnebelen
5 décembre 2016






PNG - 108.8 ko



PNG - 97.4 ko



PNG - 115.1 ko



PNG - 136.6 ko



PNG - 122.9 ko



PNG - 118.8 ko



PNG - 29.4 ko



WebAnalytics