YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Etrange vie de Nobody Owens (L’) (T2)
P. Craig Russel, David Lafuente, Scott Hampton, Kevin Nowlan & Galen Showman
Delcourt

Sauvé du couteau assassin du terrible Jack par les fantômes du cimetière, il est devenu Nobody Owens. Elevé par ses étranges amis, il a aussi pour père de substitution, Silas, un vampire. Il a déjà vécu d’étonnantes aventures, des rencontres terrifiantes avec les loups-garous, des goules ou des wendigos. Aujourd’hui, adolescent, il vient connaître la ville, rejoindre l’école, comme d’autres jeunes de son âge. Pourtant, s’exposer ainsi, c’est se remettre en vue du terrible Jack Frost et de la confrérie qui a juré sa mort.



JPEG - 204.7 ko

Bod en apprendra ainsi un peu plus sur la nature humaine, dans un premier récit amusant, mais un peu décevant, qui marque l’époque de rupture et d’envie de s’assumer seul du jeune adolescent. Beaucoup plus intéressant est le long récit suivant, “Chaque Jack ici présent”, illustré par le dessin un peu figé de Scott Hampton. Bod y retrouve Scarlett, son ami des premiers épisodes. Une joie intense pour le jeune homme, car il sent peu à peu, son monde - celui de ses vrais repères, dans le cimetière avec sa famille de fantômes - évoluer peu à peu, prendre de la distance à mesure qu’il grandit. Les souvenirs affluent, ceux de la rencontre avec l’homme Indigo et la vouivre, dans les profondeurs de la colline... mais c’est surtout le temps des réponses. Scarlett, bien involontairement, va amener avec elle le meurtrier de toute une famille, celui qui cherche à éliminer l’enfant qu’il n’avait pu autrefois égorger. La dramatique va livrer tous ses secrets, la mort s’invite brutalement en ce... cimetière, terre de refuge pour Bod, territoire des morts de tous temps et de sinistre résonance pour qui y cherche le meurtre.

Neil Gaiman donne alors toute sa puissance dans ce récit qui se partage entre fantastique,horreur et imaginaire merveilleux, même s’il est particulièrement sombre.

PNG - 437.2 ko

C’est sans doute un peu moins original, dans le récit comme dans le dessin, que le premier volume. Mais on apprend, lutte et s’interroge avec Nobody, glissant vers la note finale “Adieux et départs”. Le temps de cette « Étrange vie » s’achève, dans ce second volet d’un diptyque très agréable à découvrir. Ce second temps révélant quelques faiblesses dans l’intensité de l’histoire comme dans la réalisation graphique (Scott Hampton est ici omniprésent et c’est le dessinateur que j’avais le moins apprécié dans le tome 1).

Cette adaptation du roman de Neil Gaiman, “The Graveyard”, par P. Craig Russell est néanmoins un bon moment d’évasion, d’aventures fantastiques abordées avec un imaginaire à l’étonnante diversité. Maintenant que l’histoire est disponible dans son intégralité, je ne peux que conseiller à de nouveaux lecteurs de lire “L’Étrange vie de Nobody Owens” en un seul et long moment de découverte, entre réel et imaginaire.


L’Étrange vie de Nobody Owens (T2)
- Scénario : P. Craig Russel d’après le roman de Neil Gaiman
- Dessin : P. Craig Russel, David Lafuente, Scott Hampton, Kevin Nowlan & Galen Showman
- Couleurs : Lovern Kindzierski
- Éditeur : Delcourt
- Pagination : 172 pages couleurs
- Format : 21x27,5 cm
- Dépôt légal : 6 janvier 2016
- Numéro ISBN : 978-2-7560-6944-9
- Prix public : 17,95 €


À lire sur la Yozone :
L’Étrange vie de Nobody Owens (T1)


Illustrations © P. Craig Russel, David Lafuente, Scott Hampton, Kevin Nowlan & Galen Showman et Éditions Delcourt (2016)


Fabrice Leduc
17 décembre 2016






JPEG - 90.8 ko



JPEG - 96.2 ko



PNG - 106.8 ko



JPEG - 133.8 ko



JPEG - 82.7 ko



WebAnalytics