YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Immortal Hounds (T1)
Ryo Yasohachi
Ki-oon Seinen

Comment le corps humain a-t-il obtenu cette capacité de se régénérer naturellement ? Nul ne le sait mais aujourd’hui, les hommes ont vaincu toutes les maladies. Ou plutôt, il leur suffit de mourir pour se soigner et comme dit le dicton, se faire flinguer est la meilleure façon d’y passer. Toutefois, pour ceux qui n’aiment pas les armes à feu des médicaments létaux sont à disposition des malades, quelle que soit la gravité de la maladie. Toutefois, la tranquillité de la société est soudain remise en cause par l’apparition d’une terrible maladie : le syndrome de déficience régénérative ou SDR. Les personnes contaminées perdent leur capacité de régénération et deviennent alors de simples mortels. Les porteurs de la maladie sont appelés vecteurs et sont traqués par une unité spéciale de la police. Toutefois, même s’ils sont arrêtés vivants, ils ont de grandes chances de finir exécutés dans les 24 heures qui suivent. Seulement, une mystérieuse organisation semble protéger les vecteurs en leur octroyant les services en cas de problème d’une exfiltreuse



Teru pensait avoir une vie heureuse avec sa petite amie. Mais tout fut chamboulé le jour où cette dernière lui demanda d’officialiser leur relation en rencontrant son grand frère. Ce dernier s’avérait très protecteur, mais surtout, il était membre de la police. Malheureusement, Teru est un vecteur et en acceptant de le voir, le jeune homme savait également qu’il ne pourrait très longtemps cacher sa nature dans un monde où plus rien n’était organisé pour s’occuper des mortels. Et ce qu’il craignait arriva. Shinichi Kenzaki n’eut pas beaucoup à fouiller pour trouver les failles dans la couverture de Teru et c’est sans surprise que le jeune homme vit un jour celui qui aurait dû devenir son beau-frère l’arrêter en pleine rue. Toutefois, l’organisation ne laisse pas ses brebis sans défense et à peine les policiers le menacent-ils qu’une exfiltreuse fait son apparition. Lourdement armée, elle blesse les agents de police assez gravement pour les immobiliser mais sans qu’ils puissent mourir et se régénérer. Grâce à un système installé sur un ruban dans ses cheveux, son visage est parfaitement caché, lui permettant une énorme liberté d’action...

JPEG - 77.6 ko

Ryo Yasohachi s’est fait connaître en France avec la série “Uwagaki”, éditée chez Doki-Doki, une série sentimentale très loin de ce qu’il nous offre aujourd’hui avec “Immortal Hounds”. Il passe cette fois au seinen hyper-violent et des plus sanglants. Il faut dire que le mangaka s’est créé une hypothèse de base lui permettant ensuite les plus grand délires côté action et carnage. Dans son univers, les hommes ont acquéri une incroyable capacité de régénération leur permettant de soigner n’importe quelle maladie ou blessure, même les plus mortelles. Toutefois, comme madame nature déteste ce genre de cas, un virus apparaît, qui retire la capacité régénératrice de ses victimes : le SDR. On se retrouve donc dans un monde où la mortalité est devenue une exception et surtout où les vecteurs, ceux portant le SDR, sont considérés comme des animaux pestiférés devant être irrémédiablement éliminés. Il faut dire que dans un monde où toute médecine a disparu, les gens se soignant à grand coup de flingues dans la tête, impossible de trouver un soin à cette maladie. D’ailleurs, à aucun moment, cette civilisation ne cherche à soigner les victimes. Nous sommes dans un monde paradoxal où en devenant immortels, les hommes sont en fait devenus encore plus sensibles à des maladies attaquant leur système de régénération. Le mystère entourant la façon dont l’humanité a hérité de cette faculté demeure entier, mais la question a le mérite d’être posée.

Dans cette lutte des autorités contre les vecteurs, apparaît alors une étrange organisation protégeant les vecteurs et mettant à leur surveillance des tueuses impitoyables : les exfiltreuses. C’est là que le côté hyper violent fait son apparition, car pour exfiltrer les vecteurs, ces damoiselles extropient sans remords les flics sur leur passage, sachant pertinemment qu’ils pourront se régénérer. Ce seront donc parfois de véritables scènes de boucherie que nous offrira Ryo Yasohachi sans vraiment tomber dans le gore, ce qui serait pourtant d’une grand facilité. Le personnage de l’exfiltreuse est l’archétype de l’antihéros sombre, sans le moindre sentiment, qui se voit soudain devoir aller contre sa nature. Tel un zorro des temps modernes, le lecteur voit très vite tout l’enjeu derrière son identité secrète. Un petit jeu du chat et de la souris commence entre elle et Kenzaki, le flic cherchant à venger la mort de sa soeur par le SDR. Kenzaki est l’archétype de héros aveuglé par sa soif de vengeance, qui ne cherche pas une seule seconde à comprendre pourquoi le SDR existe ni comprendre les vecteurs. Il est pour le moment décrit comme une brute épaisse, ne connaissant que la violence pour régler ses affaires. A voir comment il évoluera.

“Immortal Hounds” est une de ces séries efficaces, au rythme rapide qui attrape le lecteur au vol et ne le lâche plus jusqu’à la dernière page.


Immortal Hounds (T1)
- Auteur : Ryo Yasohachi
- Traducteur  : Jean-Benoit Sylvestre
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 208 pages
- Date de parution : 13 octobre 2016
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0035-8
- Prix : 7,90 €


© Ryo Yasohachi 2014 / published by KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN


Frédéric Leray
11 novembre 2016






JPEG - 30 ko



JPEG - 28.4 ko



JPEG - 14.2 ko



JPEG - 36.6 ko



WebAnalytics