YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Yesterday’s gone - Le Prophète
Sean Platt et David Wright
Fleuve, Outre Fleuve, traduit de l’anglais (États-Unis), science-fiction / fantastique feuilletonesque, 218 pages, septembre 2016, 11,90€

Six saisons déjà en langue originale, soit un nombre considérable d’épisodes pour la série « Yesterday’s gone » de Sean Platt et David Wright, deux auteurs œuvrant au sein du collectif Inkwell, dédié à la résurrection du feuilleton littéraire nourri aux ingrédients dits « addictifs » du feuilleton télévisé. Des épisodes d’une centaine de pages (chaque volume de l’édition française en regroupant deux) et découpés chacun en une douzaine de chapitres, initialement publiés sur le réseau, mais avec également une version papier. Ci-dessous le point sur le quatrième volume, qui, avec les épisodes 7 et 8, marque le début de la « saison 2 »



Il est difficile d’aborder ce volume sans un bref résumé des épisodes précédents. Aux Etats-Unis, ici et là, des personnes se sont réveillées un beau matin pour découvrir que la quasi-totalité de la population avait disparu. Confrontés à de anomalies, poétiques, épouvantables, ou simplement incompréhensibles, les rescapés tentent de s’organiser ou, au contraire, s’entretuent. Parmi les pires anomalies : d’immondes aliens à la dentition délirante, dont on se demande s’ils ne résultent pas de la métamorphose des personnes disparues, qui errent en bandes et attaquent les humains. Parmi les plus étranges, des lieux qui semblent s’être subtilement modifiés, des rêves prémonitoires, et Luca, un enfant doté de pouvoirs impossibles. Tout a changé, donc. Mais pour alimenter la théorie du complot, certains constatent qu’une organisation de type gouvernemental est encore en place. Des soldats entraînés, des véhicules, des hélicoptères. Des gens parfaitement organisés, parfaitement disciplinés, sans aucun scrupule, et qui semblent en savoir infiniment plus que les quelques « survivants » qui errent ici et là à la recherche de leurs proches, de sécurité, ou tout simplement d’explications.

Ce quatrième volume, qui se déroule cinq mois après la nuit fatidique, nous fait donc suivre plusieurs personnages déjà connus. Beaucoup d’affrontements avec les aliens dans ces deux nouveaux épisodes où nous retrouvons Brent Foster, toujours à la recherche de sa femme et de sa fille, l’homme d’action au passé mystérieux Edward Keenan, le spécialiste en information Desmond Armstrong, le tueur en série Boricio et ses jeunes apprentis, ainsi que Luca Harding et un étrange prédicateur que l’on nomme le Prophète. Sean Platt et David Wright nous emportent également dans le passé, celui de Ryan Olson dont nous apprenons les déboires antérieurs à « la nuit qui a changé le monde » à l’occasion d’une série de « flash-backs » qui semble peu utile et donne l’impression d’aller à rebours de la dynamique du récit – mais, avec des auteurs tels que Platt et Wright, il faut s’attendre à trouver une justification à ces chapitres au cours des épisodes ultérieurs.

Ce cinquième volume surprend donc moins que les précédents dans la mesure où il tourne essentiellement sur les acquis des six premiers épisodes. Si l’on excepte l’événement inexplicable ayant conduit à l’émergence du Prophète en fin d’épisode sept, dont il constitue un bon « cliffhanger », ce tome ne contient pas véritablement d’éléments supplémentaires ni d’orientation nouvelle, n’offre pas de bouleversement radical de ce que l’on savait ou croyait savoir, mais propose surtout des chapitres qui paraissent être de transition, des péripéties qui surfent sur l’histoire sans en nourrir le fond. Du moins est-ce ce que l’on pourrait croire, mais Platt et Wright ne pouvaient décidément pas laisser le lecteur sur un tel constat : les toutes dernières phrases du volume redistribuent magistralement les cartes et ouvrent une perspective radicalement différente, allant jusqu’à une relecture entièrement nouvelle de la série. Une fois encore, le lecteur, accroché, n’a plus d’autre choix que d’attendre les épisodes suivants.

Titre : Yesterday’s gone : Le Prophète (Yesterday’s gone – season 2 – episodes 1 & 2, 2013)
Série : Yesterday’s gone (Yesterday’s gone), Saison 2, épisodes 1 & 2
Auteur : Sean Platt et David Wright
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Hélène Collon
Couverture : Mitch Diamond et Richard Price / Getty images
Éditeur : Fleuve
Collection : Outre fleuve
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 218
Format (en cm) : 13,8 x 20,8
Dépôt légal : septembre 2016
ISBN : 9782265116252
Prix : 11,90€



Sean Platt et David Wright sur la Yozone :

- « Yesterday’s gone : le jour où le monde se réveilla désert »
- « Yesterday’s gone : aux frontières du possible »
- « Yesterday’s gone : L’Avènement de la Chose »


Hilaire Alrune
27 novembre 2016






JPEG - 26.5 ko



WebAnalytics