YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Roche au démon (La)
Jean-Marc Ligny
Éditions Wartberg, Zones Noires, roman (France), polar, 216 pages, octobre2016, 12,90€

Dimanche 23 octobre 2016, sur le site de La-Roche-aux-Fées est découvert le cadavre d’un homme nu sur lequel l’assassin s’est acharné. Attaché à l’une des pierres, il a été roué de coups de poing et de couteau et, comme si ce traitement ne suffisait pas, il a été énucléé et émasculé. Un triskell aux spires orientées vers la gauche a été gravé sur sa poitrine, signifiant que ce n’est qu’un début.
En effet, les jours prochains apportent aussi leur lot de morts torturés de la sorte. À chaque fois dans un site de mégalithes de la région, ce qui nuit au tourisme. Le commissaire sur les dents met la pression au capitaine Erwann Le Tallec qui, secondé par le lieutenant Marie Prigent, doit plonger dans le passé des victimes et dans les légendes celtiques pour comprendre ce qui motive ce tueur en série.



Jean-Marc Ligny est un auteur particulièrement connu des amateurs de science-fiction et de fantastique. Avec « La roche au démon », il œuvre dans un registre dans lequel il n’était pas forcément attendu. Mais c’est somme toute logique, car la collection Zones Noires des Éditions Wartberg est consacrée aux polars régionaux. Chaque roman se déroule dans une région de France et Jean-Marc Ligny en profite pour mettre en scène la Bretagne particulièrement chère à son cœur. Le passé et les lieux évocateurs se prêtent d’ailleurs très bien à un tel récit. De la majesté se dégagent des sites de dolmens, ils en imposent et donnent une autre dimension aux crimes particulièrement abominables. Plonger dans ses meurtres revient à s’immerger dans les légendes celtiques, à évoquer des figures incontournables comme Morrigane, la déesse de la guerre et des batailles. Le récit débute un peu avant la Samain, l’occasion d’inviter les personnages à cette fête et à la fest-noz, ainsi qu’à rencontrer le Grand Druide de la Gorsedd de Bretagne. Jean-Marc Ligny mène habilement son polar pour un maximum d’ouverture sur la région et ses coutumes, sans sombrer dans le didactisme.

L’auteur ne ménage pas les lecteurs, car l’assassin ne fait pas dans la demi-mesure. En charge de mettre fin à ses agissements, Erwann Le Tallec est un célibataire à l’humour froid que peu de ses interlocuteurs apprécient. Une des rares à le cerner est sa collègue Marie Prigent sur laquelle il fantasme. Le fait qu’elle soit lesbienne et donc inaccessible la rend d’autant plus désirable. Les relations entre les deux s’avèrent particulièrement cocasses avec des hauts et des bas, chacun aimant pourrir la vie de l’autre.
L’enquête les met à l’épreuve, car ils ont beau appartenir à la SRPJ de Rennes, être Bretons (au moins pour Erwann au vu de son nom), ils semblent perdus dans le folklore local et n’avancent qu’avec peine. Et entre services, ce n’est pas la franche camaraderie qui règne. À chaque occasion, le responsable de la scientifique rabroue Erwann pour sa présumée incompétence. Rajoutez à ce petit monde un journaliste toujours à fureter, à la recherche d’un scoop en s’acoquinant avec Erwann. Il est clair que les personnages donnent du relief à « La roche au démon ». Le lecteur s’intéresse autant à leurs interactions qu’à l’enquête jalonnée de nombreux cadavres, constituant autant d’étapes touristiques.

Rapidement le récit nous saisit, l’horreur des mises en scène n’y étant pas étrangère. Arrivé à un certain point, reposer le livre dans l’attente de le reprendre pour connaître le fin mot n’est plus envisageable, une irrépressible envie de poursuivre s’empare de nous. Voyeurisme morbide, soif des légendes celtiques, ballades bretonnes, curiosité de suivre les personnages... autant de raisons de tourner les pages et d’apprécier ce petit roman habilement ficelé pour concilier polar et découverte de la région.
Ce n’est pas sans une pointe de regret que la conclusion est atteinte. Que deviennent les personnages ? Comment leurs relations évoluent-elles ? En 200 pages, Jean-Marc Ligny a conquis les lecteurs, leur instillant le désir de continuer l’aventure, de ne pas quitter aussi tôt la Bretagne et ses protagonistes attachants malgré leur caractère pas facile.

« La roche au démon », une réussite de plus à mettre à l’actif de cette collection de courts polars régionaux particulièrement recommandable.


Titre : La roche au démon
Sous-titre : Meurtres rituels en Bretagne
Auteur : Jean-Marc Ligny
Couverture : © picture alliance/Mary Evans Picture Library
Éditeur : Éditions Wartberg
Collection : Zones Noires
Site Internet : Roman (site éditeur) 
Pages : 216
Format (en cm) : 12 x 20
Dépôt légal : octobre 2016
ISBN : 978-3-8313-2943-4
Prix : 12,90 €


Autres romans de la collection chroniqués sur la Yozone :

- « L’Homme qui valait des milliards » de François Darnaudet
- « Autopsie d’un bouquiniste » de François Darnaudet
- « Marionnettes » de Hervé Mestron
- « Le grand ange rose de Strasbourg » de Françoise Bachmann
- « Sur parole » d’Olivia Dupuy
- « Train d’enfer » de Jeremy Bouquin
- « Danse avec le taureau » de Philippe Ward
- « Salamandre » de Daniel Hernandez
- « Iris picarde » de Jean-Charles Fauque


François Schnebelen
15 novembre 2016






JPEG - 41 ko



WebAnalytics