YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Frida Kahlo
Jean-Luc Cornette & Flore Balthazar
Delcourt

En 1937, Trostky, contraint à l’exil, débarque au Mexique. Son épouse Natalia et lui iront trouver refuge chez Diego Rivera et sa femme, artistes aux mœurs bohèmes et au langage fleuri. Entre une vie politique animée, un quotidien tumultueux et une carrière artistique en construction, c’est une période dense dans la vie de Frida Kahlo.
Jean-Luc Cornette nous dresse un portrait à la fois ciblé et concentré de cette icône de l’art du XXe siècle.



Avec un titre aussi explicite, on s’attend à plonger sans bouée dans le monde de l’artiste mexicaine. Et pourtant, c’est plus nuancé.

Si, évidemment, la peintre exceptionnelle a la part belle de l’ouvrage, l’auteur a choisi de commencer son histoire en 1937, lorsque Frida et son mari accueillent Trotsky en exil.

JPEG - 96.6 ko

Frida, alors trentenaire, est en couple avec Diego depuis plusieurs années, leur renommée faite. Entre livres et films biographiques, il est vrai que les documents ne manquent pas sur la fascinante artiste et qu’ils expliquent son œuvre en s’axant pour l’essentiel sur sa vie privée, de son accident et de ses souffrances à sa passion tumultueuse pour son mari, talentueux muraliste volage, ainsi que sur ses désirs inassouvis de maternité.

Ici, on parle finalement assez peu de l’art de Frida et on se consacre plus largement au contexte politique, au rapport au Communisme du couple et à la vie d’exil de l’opposant de Lénine. L’axe politique prend le dessus sur l’axe artistique, l’histoire de Trotsky prenant presque autant d’importance que celle de Frida. On suit, entre autres, l’histoire de l’assassin du leader communiste, qui n’est pas loin de prendre trop de place.

Néanmoins, l’auteur distille tout au long de l’ouvrage des anecdotes et des scènes qui brossent le portrait de l’intense Mexicaine, de l’univers dans lequel elle évolue et des rencontres qui jalonnent son existence.

JPEG - 84.8 ko

De fait, on saisit bien l’ambiance dans laquelle vivent les Rivera-Kahlo. Entre jurons (nombreux), coucheries (on ne les compte plus) et insoumissions, il faut dire qu’il serait aussi difficile que préjudiciable de laisser de côté la personnalité de ce couple haut en couleur. Jean-Luc Cornette insère ça et là des citations réelles des différents protagonistes et nous fait suivre Frida dans bons nombres de situations et de rencontres, qui se révèlent parfois un peu difficile à suivre. L’auteur fait le choix de consacrer de nombreuses pages à certains éléments anecdotiques - l’épisode de la peinture du suicide de Dorothy Hale par exemple - et passe en accéléré sur certains autres. Il est néanmoins plaisant de découvrir tout un tas de petits riens disséminés ça et là (guettez donc le bref passage des guest-stars Kandinsky et Picasso qui passent faire un coucou).

JPEG - 80.3 ko

Flore Balthazar a fait le choix d’une palette de couleurs vives et d’un dessin minimaliste, qui pourrait paraître simple si sa construction n’était pas aussi juste. On identifie bien les différents personnages, leurs attitudes sonnent vrai et leurs expressions sont variées. Cependant, ce n’est pas vraiment le genre de dessin que l’on contemple. Efficace et dynamique, il est au service du récit et ne fait pas dans le détail.

Les inconditionnels de l’artiste trouveront dans cette BD un intéressant point de vue sur un épisode important de sa vie. Les néophytes en revanche pourraient être un peu frustrés de ce zoom un peu trop pointu qui passe sous silence des périodes à la fois captivantes et essentielles dans la construction de la légende Frida Kahlo.


Frida Kahlo
- Scénario : Jean-Luc Cornette
- Dessins et couleurs : Flore Balthazar
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Mirages
- Format : 19,8 x 26,3 cm
- Pagination : 128 pages couleurs
- Dépôt légal : 18 février 2015
- Numéro ISBN : 978-2-7560-3996-1
- Prix public : 16,95 €


Illustrations © Flore Balthazar et Éditions Delcourt (2015)


Myriam Bouchet
8 novembre 2016






JPEG - 41.3 ko



JPEG - 34.4 ko



JPEG - 39.1 ko



JPEG - 38.9 ko



JPEG - 33.8 ko



JPEG - 85.1 ko



WebAnalytics