YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Art du Crime (L’) (T1) Planches de sang
Marc Omeyer et Olivier Berlion
Glénat Comics

Neuf arts, neufs crimes, une vie.
Tel est le concept de la série “L’art du Crime”, initiée chez Glénat par Marc Omeyer et Olivier Berlion. Neuf crimes a différentes époques, différents endroits géographiques, avec comme moteur la fièvre créatrice autour des neuf arts majeurs : peinture, littérature, sculpture, cinéma, musique, architecture, théâtre, audiovisuel et bande dessinée.
C’est par cette dernière que commencent Omeyer et Berlion, eux qui ont en charge l’écriture des scénarios. Le dessinateur réalise ce tome d’ouverture et achèvera l’aventure en dessinant également le 9e.
Avec “Planches de sang”, c’est un thriller sur le sol américain que propose le duo.



Manhattan, 1972.
Autour d’un comic book inachevé, datant de 1939, “La Piste de Mesa Verde”. Beaucoup de collectionneurs se sont déjà cassés les dents... pour l’obtenir ou pour découvrir la véritable identité d’un auteur signant d’un pseudonyme, Woolton Chase. À savoir même si ce dernier a dessiné les cinq dernières pages jamais vues dans le quotidien de San Francisco qui le publiait. Mais un journaliste, Herbert Kittes, a découvert la véritable identité de Chase et a même une interview de celui qui se nommait Harry Bernstein.

JPEG - 186.1 ko

Aujourd’hui, Kittes est mort, assassiné. Rapidement suivi par le milliardaire Art Blumenfeld, justement collectionneur de comics. Il venait d’envoyer un courrier et un exemplaire du fameux collector à la jeune métisse Nora Hathaway, venue précipitamment à New-York et retrouvée par la police penchée sur le corps ensanglanté du vieillard. Sa quête familiale autour du portrait d’une mère qu’elle n’a jamais connue, mais qui orne la couverture de “La Piste de Mesa Verde”, ne convaincra pas les flics new-yorkais, bornés et trop heureux de tenir une coupable. Seul, l’inspecteur John Stoner, dit « Snail », aux méthodes atypiques, se laissera séduire par les arguments de Nora. Il sait que tout l’affaire est liée à “La Piste de Mesa Verde” et qu’au bout du chemin l’attend un serial-killer. Comme le tueur, il doit se mettre à la recherche des cinq planches manquantes. Si elles existent...

Avec la naissance de “L’Art du Crime”, on fait connaissance avec Rudi Boyd Fletcher, un homme prisonnier d’une obsession née dans une enfance tumultueuse, qui entre en prison pour y finir sa vie, mais va devenir le conteur de cette saga où le crime se nourrit de la force créatrice.
Cette première histoire lance donc cette nouvelle série-concept, après celles des “7” de Delcourt, voici les 9 crimes de Glénat. 9 histoire indépendantes, des lieux et époques différents, des dessinateurs différents (Éric Stalner a dessiné le tome 2 “Le Paradis de la Terreur” publié le 27 avril), et une ultime révélation promise pour le tome 9. Tout cela programmé sur deux années. On peut être séduit, l’idée est ambitieuse. Oui, le thème de la fièvre créatrice qui devient vertige et engendre la folie meurtrière est intéressant. Là, avec une mise en abyme amusante de la bande dessinée, dans ce premier tome, les auteurs nous livrent un regard sur la démesure qu’adoptent certains collectionneurs ou atteignent des marchés fabriqués pour l’argent. Mais au final, cette histoire qui paraît complexe par le nombre de personnages intervenant au début, devient vite très linéaire, convenue et bourrée de clichés.

JPEG - 146.6 ko

Comme toujours, le dessin d’Olivier Berlion, accompagné des sombres couleurs bien de circonstance de Christian Favrelle, dégage de la puissance, avec son encrage fort et des décors urbains réussis qui marquent de très belles ambiances. L’album est juste distrayant, mais pas du tout incontournable comme devrait l’être la pierre angulaire de ce genre de série. C’est un premier caillou sur un cheminement qui connaîtra des hauts et des bas, comme toute création de ce type. Dommage de démarrer aussi poussivement au niveau de l’histoire.
Ce “Planches de sang” est une distraction d’un instant, qui me laisse un peu sur ma faim et partagé par rapport à l’ambition affichée. Le crime est là, l’art aussi, mais la fièvre ne monte pas à des seuils vertigineux.

À suivre dans “Le Paradis de la Terreur”, avec la peinture comme moteur artistique...


(T1) Planches de sang
- Série : L’Art du Crime
- Scénario : Marc Omeyer et Marc Omeyer et Olivier Berlion
- Dessins : Olivier Berlion
- Couleurs : Christian Favrelle
- Éditeur : Glénat
- Pagination : 48 pages couleurs
- Dépôt légal : 6 avril 2016
- Numéro ISBN : 9782723495608
- Prix public : 13,90 €


Illustrations © Olivier Berlion et Éditions Glénat (2016)


Fabrice Leduc
20 octobre 2016






JPEG - 56.3 ko



JPEG - 92.2 ko



JPEG - 85.8 ko



JPEG - 91.1 ko



JPEG - 84.6 ko



JPEG - 43.1 ko



JPEG - 56.9 ko



WebAnalytics