YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Porcelaine (T2) Femme
Benjamin Read & Chris Wildgoose
Delcourt

Enfant de la misère, elle a été adoptée par un homme, inventeur de génie d’étonnantes créatures de Porcelaine, qui peuplent son immense propriété isolée du monde. Gamine, petite voleuse colérique, sarcastique et complexe, venait mettre de la vie, de la joie, dans celle de celui qu’on appelait l’Oncle. Et se mettait à l’abri des terribles morsures de la froide Snowy City.

JPEG - 153 ko

Tout cela est passé, aujourd’hui, celui qu’elle appelle P’pa, après le dramatique final du tome 1, est devenu également Porcelaine.
C’est le seul moyen que Gamine a trouvé pour entretenir une lueur d’espoir, entre cet être cassé et ce qu’elle est devenue, pour que demain, peut-être tout redevienne comme avant.



Car aujourd’hui, dix ans après, Gamine est devenue Femme et elle a appris à créer et utiliser les runes, celles qui lui permettent de commander ses féroces animaux de Porcelaine. Héritière de la fortune de l’Oncle et de son savoir-faire, elle subit sans faillir les assauts de la Générale qui a décidé d’utiliser ses formidables créatures pour changer le cours de la guerre. Si elle lui a vendu quelques chevaux, elle refuse de vendre des hommes de porcelaine, brusquant la militaire par son entêtement moqueur et gouailleur. Elle adore encore jouer à la sale gamine des rues ! Mais la lutte pour la possession de ses Porcelaine ne fait que s’engager, et si Gamine est devenue Femme, elle a encore beaucoup à apprendre en termes d’intrigues et de manipulations, de mensonges et de trahisons... Les faux-semblants de la politique, la cruauté de la guerre et l’apprentissage de l’Amour vont la faire grandir. Vite, dans une dramatique qui la poussera aux pires excès. Femme, elle connaîtra les plus belles comme les plus hideuses facettes de l’Amour.

JPEG - 173.5 ko

Pour le deuxième tome de ce conte gothique, poétique et cruel, Benjamin Read a choisi de faire mourir Gamine, cette jeune héroïne qui a tant séduit dans le tome 1. Une mort redoutable, celle qui consiste à perdre son enfance. Dans une dramatique qui oppose trois personnes, celle qu’on appelle aujourd’hui Madame, la Générale et le Capitaine, le scénariste fait goûter à son héroïne de nombreux sentiments, des plus doux, des plus délicieux, aux plus violents et exacerbés. Donner sa confiance lui sera terrible, accepter l’Amour deviendra un délice, comprendre la trahison pourra être rédemption jusqu’à ce que l’extrême la pousse au pire. Gamine devenue Madame est un personnage d’exception, mais le scénariste a créé plusieurs autres très bons personnages avec le Capitaine, la Générale et la très serviable Mariem.

Runes et Porcelaine livrent aussi quelque peu leurs mystères, les tâtonnements et l’apprentissage de l’étrange alchimie par Gamine révèle aussi de beaux moments d’humanité et de fantastique. Pourquoi Madame ne veut en rien céder à la guerre, refuse de mettre le moindre de ses enfants face l’horreur et à la mort, quelques jolis moments emplissent ce conte, proche de la poésie facétieuse d’un Lewis Carroll. Avec ce dessinateur, Chris Wildgoose, qui possède sans doute une rune magique pour enchanter ce monde de “Porcelaine” qui engendre des enfants à l’esprit empli de naïve bonté ou de terrifiants molosses qui griffent, lacèrent et arrachent la vie par grands lambeaux de chair... On est très proche des délicieuses aventures merveilleuses et cruelles d’Alice, dans l’âpreté d’une ville de misère créée par Dickens.

JPEG - 144 ko

Tout me séduit dans cette étrange aventure, l’esthétique fabuleuse du dessinateur, les couleurs d’André May qui use d’une très grandes variétés d’ambiances, jusqu’au découpage de l’album qui, sur un format tout en hauteur, sert de très belles doubles pages, multipliant grandes cases, hautes, larges, pages muettes (quelles trois jolies premières pages de l’épisode Été).
Ce monde a encore beaucoup à dire, sur une “Femme” amenée a devenir “Mère” (ce sera le tome 3), qui a pris possession de tout ce qui allait du Manoir jusqu’au port. Maintenant, elle le sait, si on la laisse en paix, elle les laissera tranquilles. Mais d’ores et déjà, elle bâtit pour protéger les siens, car rien au-dehors n’est bon ou décent.

Delcourt a eu le bon choix d’aller chercher cette BD chez les Anglais d’Improper Books. Une formidable BD a pris encore plus d’intensité dans cette seconde époque, partagée en quatre épisodes dont le rythme épouse les quatre saisons d’une année. Elle possède une équipe créatrice qui sait marier magie et fantastique avec une poésie et une beauté juste incroyables.

Ce conte gothique est une merveille.


(T2) Femme
- Série : Porcelaine
- Scénario : Benjamin Read
- Dessins : Chris Wildgoose
- Couleurs : André May, aidé d’Alexa Rosa (aplats)
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Contrebande
- Format : 32 x 23 cm
- Pagination : 96 pages couleur
- Dépôt légal : 24 février 2016
- Numéro ISBN : 978-2-7560-5445-2
- Prix public : 17,95 €


Illustrations © Chris Wildgoose et Éditions Delcourt (2016)



Fabrice Leduc
29 octobre 2016






JPEG - 79.4 ko
« Porcelaine (T2) Femme »



JPEG - 87 ko



JPEG - 91.7 ko



JPEG - 89.7 ko



JPEG - 83.4 ko



JPEG - 67.4 ko



JPEG - 65.6 ko
« Porcelaine (T1) Gamine »



WebAnalytics