YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Wrenchies (The)
Farel Dalrymple
Delcourt

Sherwood et Orson, deux frères, jouent dans les bois où ils découvrent une caverne dans laquelle ils pénètrent. Mauvaise idée, car ils y rencontrent un shadowman et Sherwood sort changé à jamais par l’expérience.
Dans ce qui ressemble à un futur post-apocalyptique, des enfants combattent pour leur survie des créatures effrayantes, des semblants d’humains dégénérés. Hollis, un garçon un peu enveloppé, se grimant en super-héro et amateur du comic “The Wrenchies”, est projeté parmi eux. Il leur amène le médaillon que Sherwood portait au cou. Commence alors la quête pour délivrer ce monde de l’emprise malsaine qui le corrompt.



JPEG - 48.6 ko

“The Wrenchies” n’est pas un comic facile à appréhender, car Farel Dalrymple y développe plein de thèmes : espaces parallèles, voyage dans le temps, les extra-terrestres, les zombies, le savant fou, le super-héros, futur post-apocalyptique...
Le début mettant en scène Orson et Sherwood demeure longtemps une énigme, avant que le lien ne soit fait avec l’histoire principale se déroulant dans un ailleurs effrayant et si mystérieux. L’auteur fait preuve d’une imagination fertile, il part dans tous les sens, sans crainte de perdre les lecteurs en route. Chacun collera les morceaux selon sa compréhension du récit, un joyeux fourre-tout quand il s’agit de retracer la vie de Sherwood.

JPEG - 36.3 ko

Nombre d’adolescents interviennent dans “The Wrenchies”, des enfants qui ont dû brûler les étapes en grandissant avant l’heure pour survivre sur une terre sans pitié où il faut tuer l’ennemi avant d’être tué. Un groupe d’adultes (les Wrenchies, personnages de comics s’invitant dans le comic !) leur apporte leur soutien dans une quête pour sauver rien de moins que le monde. Une dimension initiatique se dégage de ses pages, les enfants passent par des épreuves dont ils sortent grandis. Hollis, le garçon en couverture, n’est pas capable de se battre mais il n’en est pas inactif pour autant. Lui aussi change, évoluant vers une plus grande maturité.

JPEG - 66.2 ko

Graphiquement, Farel Dalrymple nous plonge dans son imaginaire décalé et terrifiant. Il donne vie à sa création de superbe manière, immergeant chacun dans l’histoire par des ambiances bien choisies, souvent éclairées par une couleur dominante. La perversion nous saute à la figure, le lecteur se retrouve ailleurs, le genre qu’il est préférable d’éviter. Même s’il faut avouer que des éléments m’ont échappé, ce qui sera sûrement l’apanage de beaucoup, le dessin efface cette impression de ne pas tout suivre, il s’avère très accrocheur et apporte de la matière à la vision de l’auteur. C’est vraiment de la belle ouvrage !

Avec “The Wrenchies”, Farel Dalrymple se fait plaisir, il s’abreuve à une multitude de sources science-fictives qu’il régurgite à sa façon : pas toujours facile à appréhender dans ses détails, mais si prenante par le graphisme et ses grandes lignes.
Ce comic pèse ses 300 pages et trouvera des échos en chacun de ses lecteurs avides d’inconnu et qui n’auront pas peur de pénétrer dans un labyrinthe à quatre dimensions dont la sortie n’existe peut-être pas...

Belle surprise qui place d’emblée Farel Dalrymple dans les auteurs de comics à suivre, car il dispose d’un imagination foisonnante qu’il sait parfaitement mettre en scène à l’image.


The Wrenchies
- Scénario, dessin & couleurs : Farel Dalrymple
- Traduction : Margot Negroni
- Lettrage : Belen Fernandez
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Hors collection
- Dépôt légal : 23 mars 2016
- Format : 16,5 x 23 cm
- Pagination : 304 pages couleurs
- Numéro ISBN : 978-2-7560-8016-1
- Prix public : 19,99 €


© 2016 Éditions Delcourt pour la présente édition


François Schnebelen
8 octobre 2016






JPEG - 27.7 ko



JPEG - 30.5 ko



JPEG - 37.7 ko



JPEG - 26.9 ko



JPEG - 21.3 ko



JPEG - 20 ko



JPEG - 16.1 ko



WebAnalytics