YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Seigneurs de l’Instrumentalité (Les) : Coffret Intégrale
Cordwainer Smith
(The instrumentality of mankind)


Œuvre emblématique et indispensable classique que tout amateur de littérature de SF (voire de littérature tout court) devrait avoir lu au moins une fois, « Les Seigneurs de l’Instrumentalité », est porté à nos yeux par la collection Folio SF dans une version corrigée et fortement augmentée.

Lorsque Cordwainer Smith (pseudo de Paul Anthony Linebarger, universitaire, diplomate et aussi spécialiste de la guerre psychologique pour l’armée américaine) commença à publier son long cycle de nouvelles dans les années cinquante et soixante (premier texte écrit en 1945, Smith décède en 1966), les esprits furent frappés par le talent évident de ce nouvel auteur.

C’est que C. Smith avait plus d’une corde à son arc. Ses nouvelles s’inscrivaient petit à petit dans le vaste cycle d’une « histoire du futur » couvrant plusieurs millénaires et d’autre part, la diversité des thèmes, l’imagination globale des récits, les variations stylistiques ne pouvaient que terrifier l’amateur. De nulle part, ou presque, sortait un génie qui révolutionnait grandement le genre. Qui plus est, tout en s’inscrivant dans une tradition explorée à laquelle on peut rattacher des auteurs « classiques » comme Asimov, Heinlein ou Blish et un français dont on attend en vain la réédition de ses superbes « Galaxiales » -je veux bien sur parler de Michel Demuth- C. Smith ne racontait pas le futur, il se contentait d’y situer sobrement ces récits. Les vides historiques devenant ainsi des portes ouvertes par et pour l’imaginaire des lecteurs.

Son cycle devenait ainsi un lieu spatio-temporel où la divergence des temps, des lieux, des personnages, des philosophies et des morales n’étaient pas un enchaînement d’élément historiques constitutifs d’un grand tout mais des épisodes, souvent distincts les uns des autres, du grand tout. Une grande mélancolie habite souvent ces narrations, une douce poésie traverse l’ensemble de sa création. Et toujours ce sentiment indicible d’assister à l’inéluctable. Celui qui a lu « La ballade C’mell » ou « La planète Shayoll » en est marqué pour la vie.

Publié fragmentairement en France dans diverses revues (Fiction par exemple) puis édité une première fois par la mythique collection du CLA chez Opta (3 vol.) -ensuite par le Livre de Poche (3 vol.) puis Presses Pocket (6 vol.)- « Le Cycle des Seigneurs de l’Instrumentalité » ne semble pas encore avoir acquis l’aura dont disposent d’autres œuvres plus connues des amateurs. Et pourtant, il s’agit ici d’une lecture impérative rehaussée par la qualité du glossaire raisonné de l’œuvre de C. Smith qui vient ajouter un gros plus à cette édition. De la même manière, le travail méticuleux de Pierre-Paul Durastanti entraîne également la suppression, l’ajout ou le changement des versions de certains récits dont l’attribution claire et définitive à l’auteur n’est pas évidente, sa femme étant intervenue sur certains textes après le décès de C. S.

Une édition qui viendra donc agréablement et impérativement, grossir les rayons de ceux qui possédaient déjà les anciennes éditions tout comme celles de ceux dont les rayons étaient restés vierges de cet auteur majeur.

Cordwainer Smith (4 tomes séparés ou en double coffret : « Les sondeurs vivent en vain », « Norstralie », « La planète Shayoll » et « légendes et glossaire du futur » tous en Folio SF, numéros 165, 166, 167 et 168 pour un total proche des 26 euros).

Conseils de lecture sur Les Histoires du Futur :

Isaac Asimov : Le cycle de Fondation (+ divers récits Asimov ayant tenté et réussi à unifier l’ensemble de ses écrits sous un cycle global).

James Blish : Le cycle des villes nomades.

Michel Demuth : Les Galaxiales

Robert Heinlein : Histoire du Futur.

Olaf Stapledon : Trilogie des Temps Futurs (Créateur d’étoiles, Les derniers et les premiers, Les derniers hommes à Londres).

Histoires de sociétés futures (anthologie, préface de J. Goimard au Livre de Poche).

En savoir plus sur Cordwainer Smith :

Jacques Goimard in « Critique de la Science Fiction », Pocket N°249. Une superbe analyse par un des très grands analystes et passionnés de la SF, lecture indispensable et pas seulement pour l’article sur C. Smith.


Stéphane Pons
20 juillet 2004






JPEG - 14.6 ko



WebAnalytics