YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Maison (La)
Paco Roca
Delcourt

A la mort du vieil Antonio, Vicente, José et Carla héritent de la maison de campagne familiale. José et sa compagne Sylvia sont les premiers de la fratrie à revenir dans la maison. Ça sent le renfermé, des feuilles mortes envahissent la porte de la cour, le volet coince et la chasse d’eau fuit, c’est galère. Ils veulent vendre cette maison, le travail de grand rangement commence. Le jardin est en friche, tout est à l’abandon alors que tout était toujours au carré du temps où Antonio était encore de ce monde.
José est écrivain, il découvre que son père protégeait les grappes de raisin avec les coupures de journaux parlant de ses romans, il est furieux. En dînant, tous les objets lui rappellent des souvenirs de différentes périodes de sa vie. Le rangement lui semble difficile, il ne peut pas tout jeter à la benne. Chaque chose lui rappelle un souvenir d’enfance lié à son père, il n’est pas prêt à tourner la page …



Vicente et Carla rejoignent José pour des travaux de rafraichissement avant la mise en vente de la maison dans laquelle ils ont passé leur enfance. Ils vont retrousser les manches ensemble et même installer une pergola en hommage à leur père.

Mais les souvenirs et rancœurs affluent, tant de choses les séparent et pourtant... Chacun a ses raisons pour mettre un trait sur le passé et vendre cette maison mais tout au fond de leur cœur, aucun n’a envie de s’en séparer. Leur père a tant travaillé, tant économisé pour avoir ce bien, ils ont l’impression de le tuer une deuxième fois.

PNG - 415.5 ko

La maison” est une histoire simple et très authentique. Paco Roca raconte l’histoire d’une fratrie de deux frères et une sœur qui se retrouvent dans la maison de campagne de leur enfance après le décès du père. Ils sont tous différents comme dans toutes les familles et pourtant ils ont tous eu la même éducation. Les flash-backs sont tellement réels que la présence d’Antonio est perceptible, donnant un pincement au cœur. La nostalgie est le personnage principal de ce bel album, les souvenirs enfouis sont douloureux et tellement touchants. Paco Roca a déjà édité cet album en espagnol en 2015 sous le titre “La casa”.

PNG - 180.3 ko

Il n’y a pas un moment de répit dans cette lecture alors que le sujet peut paraître ennuyeux. On en ressort chamboulé tellement c’est criant de vérité. Paco Roca, auteur espagnol a déjà abordé la maladie d’Alzheimer dans “Rides”, il aime les histoires profondes et bouleversantes. A la fin de “La maison”, une photo d’un père et d’un fils apparait sans aucun commentaire. Histoire biographique ? Il y a des chances.

Le format de cet album à l’italienne sort des sentiers battus, en faisant un bel objet. Mon œil n’est pas habitué à ce type de lecture et de temps en autre je ne savais pas trop s’il fallait continuer à droite ou en dessous, mais ça c’est fait très naturellement. Le dessin est particulièrement réussi avec des dominantes d’ocre.

Paco Roca nous livre l’émotion que suscite le rangement des objets ayant appartenus à ses parents, objets qui ont chacun une histoire propre, un souvenir. Cet album intimiste ne peut pas laisser indifférent.


Maison (La)
- Collection : Mirages
- Scénario, dessins et couleurs : Paco Roca
- Éditeur : Delcourt
- Format : 24,3 x 17,8 cm
- Pagination : 128 pages couleur
- Dépôt légal : 4 mai 2016
- Numéro ISBN : 978-2-75608-102-1
- Prix public : 16,95 €


© Delcourt - Tous droits réservés


Anne Schnebelen
20 septembre 2016






PNG - 78.6 ko



PNG - 201.8 ko



PNG - 79.7 ko



PNG - 99.2 ko



PNG - 105 ko



PNG - 149.4 ko



WebAnalytics