YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

49 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Interviews

Inepou : l’interview Dixième Peuple
Entretien avec Emmanuel Despujol
27 août 2016

“Le Dixième Peuple” revient avec son troisième volet, “Inepou”, une nouvelle plongée dans les origines des mythologies.
C’est le moment d’une rencontre avec le créateur de la série, Emmanuel Despujol.


JPEG - 80.6 ko

Emmanuel Despujol, ta vie, ton œuvre...

Bien que né à Bordeaux, je n ’y habite que depuis une quinzaine d’année.
Pour autant que je me souvienne, le dessin a toujours accompagné mon quotidien. Dès que j’ai pu, de manière totalement autodidacte, j’en ai fait mon métier. J’ai commencé en faisant de l’illustration pour des magazines de jeux de rôles puis j’ai continué en travaillant pour l’industrie du prêt-à-porter. Il y a quelques années, quand celle-ci s’est transformée, je me suis tourné vers la communication, la publicité et les identités visuelles. Cela m’a laissé beaucoup plus de temps et j’ai pu reprendre mes premières amours et travailler sur des projets de bandes dessinées.

Comment est née la série du Dixième Peuple ?

Avec ma compagne, nous avions commencé une histoire sur la construction des pyramides. J’ai pu rapidement me mettre en contact avec un éditeur qui nous a accompagnés et aidés dans son élaboration avant de nous dire que l’Égypte n’était pas un sujet vendeur. Suite à cette déconvenue, j’ai revu ma copie en y mettant plus de moi même et “Le Dixième Peuple” est née.

Quel objectif est visé alors et quels sont les résultats à parution chez Paquet ?

Les éditions Paquet, qui étaient en train d’élargir leur ligne éditoriale, ont été les premières à répondre positivement pour mettre un peu d’heroic fantasy dans leur collection. Malheureusement, entre une sortie mi-septembre et un accompagnement limité, les résultats n’ont pas été à la hauteur de nos espérances. Au vu des chiffres de vente, il ne leur était pas possible d’envisager une suite. Mais les critiques étaient plutôt bonnes, et cela se confirmait lors des festivals ou pendant les séances de dédicaces en librairie. La suite était attendue et je voulais la faire. En insistant auprès de mon éditeur, la meilleure réponse que je pouvais avoir était « on va attendre un peu ». Mais en tant que lecteur, je trouve frustrant de devoir attendre des années avant d’avoir une suite. On a donc mis le problème à plat pour trouver une solution et c’est l’idée du crowthfuding qui s’est présentée.

JPEG - 82.7 ko

Emmanuel Despujol en pleine séance de dédicace...

Le tome 3, “Inepou”, verra donc le jour grâce à une opération de crowthfuding chez Ulule. Tu en es où exactement ? Sachant que ce tome 3 est programmé pour le 24 août.

C’est une solution hybride entre l’auteur et l’éditeur qui, je le sais, suscite beaucoup d’interrogations et de suspicion envers le rôle de l’éditeur. Je n’ai pas encore le recul nécessaire pour analyser pleinement cette solution, mais elle a le mérite d’avoir permis à l’album d’exister, ce qui n’aurait pu être le cas au vu des chiffres. Elle permet aussi de me rémunérer correctement, plus qu’un éditeur n’aurait pu le faire. Et surtout, sans elle, il n’y aurait pas eu de suite au “Dixième Peuple”.

Voici en quelques mots en quoi cela consiste. Il y a deux tirages distincts du tome 3. Le premier, qui est réservé aux souscripteurs, est un tirage spécial avec cahier graphique, dos toilé et tirage limité. Le second est une édition normale, à l’identique des deux premiers tomes. “Inepou” est sorti en librairie le 24 août. La souscription a permis de financer le premier tirage, de payer le coloriste, MiKl, et une partie de mon travail. Sur l’édition Paquet, je conserve tous les droits que je percevrais dès le premier album vendu.

Quel est ta part de travail, et celle de l’éditeur, Paquet ? Beaucoup pensent que cette option crowthfuding correspond à des albums que les éditeurs ne veulent plus porter et que retombe sur le dos des auteurs le boulot de chercher l’argent de fabrication, voire plus, d’un album. Je crois que c’est moins simpliste et que tu défends cette option et ton éditeur sur ce coup. Explique nous tout s’il te plaît, Emmanuel...

Mon rôle à consisté, avant la réalisation de l’album, de mener la campagne Ulule qui s’est avérée être un vote de confiance. « Voulez vous que “Le Dixième Peuple” continue ? » En cela, le résultat de 113% est très positif car la barre de 12 000 €, qui était volontairement haute, a été dépassée. A noter que cela s’est fait avec ma notoriété naissante et seulement 205 souscripteurs. Ce qui est encourageant pour la souscription du tome 4 qui va bientôt avoir lieu.

À part la décision éditoriale qui était soumise au résultat de la campagne, l’éditeur a, à mes yeux, rempli son rôle en fabriquant les deux tirages, en accompagnant la sortie de son tirage et en m’envoyant dans des festivals ou en librairies. Pas moins que pour les deux précédents albums.

JPEG - 152.7 ko

La différence, qui fait grincer plus d’un par manque d’éclaircissement, est que l’éditeur s’est affranchi de l’avance sur droits mais, encore une fois, pas des droits !
Pour un jeune auteur comme moi (je n’ai commencé ce métier que fin 2013), avec deux albums sans grands tirages, cette solution m’a permis de continuer à faire vivre ma série tout en ayant une rémunération correcte. Aujourd’hui, c’est à mes yeux une bonne solution que je vais reconduire pour le tome 4 en espérant, bien sûr, faire encore un meilleur résultat.

À quoi pourront s’attendre les souscripteurs en cas de meilleur résultat ?

La souscription pour le tome 4 aura un plancher moins élevé que pour le tome 3, avec l’espoir de l’atteindre bien plus rapidement. Je prévois donc plusieurs récompenses que je dévoilerai au fur et à mesure que les paliers seront atteints. Mais je peux vous dire que le premier sera comme pour la précédente campagne : huit pages de plus pour l’histoire.
Même si je n’ai pas encore complètement établi l’ensemble des récompenses, en grande partie par modestie vis à vis du montant espéré. J’aime beaucoup l’idée de rajouter des pages, concernant l’histoire, des illustrations originales ou d’autres surprises complémentaires de cet univers. Cela me semble plus valorisant pour l’ouvrage que des stickers ou autre goodies. Il faudra un peu de patience pour découvrir tout cela.

JPEG - 85.5 ko

Entrons dans ce tome 3, intitulé “Inepou” et dis-nous tout de l’avenir de ce “Dixième Peuple”. Toujours 10 albums à l’horizon ? Et à quel rythme ?

Les deux premiers albums m’ont permis de présenter l’univers et, brièvement, chacun des neuf peuples animaliers. Dans ce nouvel album, je rentre plus précisément dans l’histoire de l’un d’entre eux, les Imenty, le peuple des chiens, tout en continuant à approfondir l’univers et son passé tumultueux. Dahouti, le principal personnage récurrent prend plus de consistance et lève un peu de son mystère.

Ce troisième album, bien que chronologiquement dans la continuité des deux précédents, est une histoire indépendante centrée sur un nouveau personnage : Inepou. Ce sera la façon d’être de chacun des prochains albums qui, je l’espère, seront nombreux. Dix, si tout se passe comme prévu.

JPEG - 163.6 ko

La toile de fond sera toujours Dahouti et son Dixième Peuple, mais chaque album contera l’histoire d’un personnage, à chaque fois différent, dont le destin est chamboulé par ce Dixième Peuple. Cela permettra de visiter et de découvrir tous les peuples un par un.
En changeant de point de vue pour chaque album, on donnera à la série la forme d’une succession d’histoires indépendantes, une formule sans doute moins contraignante pour le lecteur. C’est pour cette raison qu’avec l’éditeur, et à partir de ce troisième opus, nous avons abandonné la numérotation des albums pour les placer dans un même ensemble, l’univers du Dixième Peuple.

JPEG - 146 ko

Pour ceux qui ne le savent pas encore, “Le Dixième Peuple” raconte une histoire qui serait à l’origine de la mythologie égyptienne. A ce titre, l’univers, bien que vaste, reste limité. Je ne ferai donc pas une série qui s’éternise et je devrais pouvoir à peu près tout raconter à travers les dix tomes que j’ai prévus au rythme d’un par an.

Aujourd’hui tes qualités de dessinateur sont reconnues au point que tu prennes le relais sur la série “Aspic”, avec le tome 5 à venir chez Quadrants, dès le 14 septembre. D’autres projets te sont proposés ?

J’ai eu la grande chance que Thierry Gloris s’intéresse à mon travail et pense à moi pour reprendre la série “Aspic”. J’en suis heureux car cet univers fin 19e est très éloigné de celui antique du “Dixième Peuple”. Les héros d’Aspic m’emmènent graphiquement là où je ne serais pas allé naturellement. Cela me permet d’explorer et de montrer une autre facette de mon dessin.
J’ai pu convaincre les auteurs et l’éditeur, j’espère que les lecteurs le seront aussi.

Je n’ai pas eu d’autres propositions depuis mais je ne suis pas sans projets. J’en ai deux ou trois en train de prendre forme dont un d’anticipation qui me tient beaucoup à cœur. L’histoire et l’univers sont écrits, ils prennent doucement leurs marques graphiquement. J’espère pouvoir m’y mettre bientôt.
Dans l’immédiat, je travaille sur le tome 6 d’Aspic qui devrait être suivi, je l’espère, du tome 4 du “Dixième Peuple”. Là, ce sont les souscripteurs qui m’aideront à nouveau.

JPEG - 87.9 ko

Quel regard et quels espoirs portes-tu sur ces deux sorties ?

Avec deux albums paraissant à 3 semaines d’intervalle, j’ai une belle rentrée. C’est le fruit d’un an de travail soutenu. Mais j’ai toujours le sentiment d’être un « jeune » auteur et de devoir faire mes preuves. Je suis très critique sur mon travail qui a encore beaucoup à progresser. C’est pourquoi, même si je suis malgré tout relativement confiant, j’appréhende les prochains mois avec les réactions des lecteurs et des critiques.

Merci Emmanuel pour cet entretien et le temps que tu nous a accordé. Longue vie à ton univers, très ambitieux et que tu défends avec une belle énergie. Humanoïdes et zoomorphes ont encore beaucoup à nous dire sur cette mythologie des mythologies, comme tu aimes définir ta série.

Je ne te souhaite qu’une chose : voir la conclusion de la série dans un tome 10 de feu.


(T3) Inepou
- Série : Le Dixième Peuple
- Scénario et dessin : Emmanuel Despujol
- Couleurs : MiKl
- Éditeur : Paquet
- Format : 23,5 x 31,5 cm
- Pagination : 48 pages couleur
- Dépôt légal : 24 Août 2016
- Numéro ISBN : 9782888907800
- Prix public : 14 €


À lire sur la Yozone :
- Le Dixième Peuple (T3) Inepou

Liens utiles :
- Emmanuel Despujol sur Facebook
- MiKl Olivier sur Facebook


Illustrations © Emmanuel Despujol et Éditions Paquet (2016)



Fabrice Leduc
27 août 2016







JPEG - 97.1 ko
« Inepou », tirage normal du T3 du « Dixième Peuple » chez Paquet



JPEG - 33.2 ko
Emmanuel Despujol



JPEG - 88.8 ko
Le Dixième Peuple (T1)



JPEG - 80.7 ko
Le Dixième Peuple (T2)



JPEG - 72.6 ko
Tirage Spécial d’Inepou, réservé aux souscripteurs...



JPEG - 80.7 ko



JPEG - 65.8 ko
Page 5 d’Inepou...



JPEG - 89.2 ko



JPEG - 290.1 ko
Page 7 d’Inepou...



JPEG - 43.2 ko
Dédicace d’Emmanuel Despujol...



JPEG - 83.5 ko



JPEG - 67.2 ko



JPEG - 250.3 ko
Page 9 d’Inepou...



JPEG - 76.7 ko



JPEG - 67.7 ko