YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Lost Seven (T3 et 4)
Kazuki Nakashima et Ko Yasung
Doki-Doki

Qui est donc ce mystérieux guerrier qui n’hésite pas à attaquer les convois de démons ? Son objectif est simple : leur voler leur eau du miroir. Cette eau leur permet de pallier leur manque de lumière du miroir, qui leur est nécessaire pour garder leur intégrité et ne pas se transformer en d’horribles monstres. Mais à quoi peut bien lui servir cette eau ? Pendant ce temps, Petite Rose vient visiter les chantiers qui doivent permettre d’installer dans tout le pays des réflecteurs. Une fois leur mise en place achevée, le miroir de Sephiroth pourra répandre sa lumière dans tout le pays et le monde des démons ne fera plus qu’un avec celui des humains. Rose Rouge s’essaie de son côté à ses nouveaux pouvoirs mais pour s’entraîner, elle prend des risques inconsidérés, n’hésitant pas à faire face à plusieurs démons sans avoir la garantie que ses formules magiques aient l’efficacité escomptée... Ce qui n’est malheureusement pas le cas.



Deux mois ont passé, deux mois durant lesquels Rose Rouge et ses sept défenseurs ont rallié à eux le plus d’humains possible pour mener à bien un ultime assaut contre le château de Petite Rose. Rose Rouge a prouvé que sa magie était plus forte que celle de cet ersatz de sa mère. Pourtant Rose Rouge n’est pas aussi sure d’elle, le passé ayant prouvé qu’elle ne pouvait avoir confiance qu’en elle-même. Mais elle trouve un soutien inattendu en Tanlo. Malgré le lourd passé qui devrait les séparer, Rose Rouge n’est pas insensible à toutes les attentions du jeune homme et c’est donc confiante dans cette nouvelle relation que la jeune fille guide son armée vers les mur du château cachant le terrible miroir de Sephiroth. Leur but est simple : détruire le miroir pour empêcher le monde des démons de prendre possession du monde des humains. Et la rage des soldats de Rose Rouge dépasse de beaucoup le peu de ferveur des démons défendant Petite Rose. Mais sont-ils vraiment libres d’agir ? En tout cas, Rose Rouge ne veut plus perdre de temps et vaincre une fois pour toute la copie de sa mère.

JPEG - 65.6 ko

Quatre tomes composent donc cette mini-série qu’est “Lost Seven”. Après la mise en bouche donnée par les deux premiers tomes, nous plaçant dans une version plus sanglante du mythe de Blanche Neige, nous retrouvons le jeune Tanlo, forme d’anti-héros forcé malgré lui de réparer l’échec de l’assaut mené avec ses six camarades pour vaincre la reine Rose. Les deux tomes suivants seront, une nouvelle fois, publiés en même temps pour clore cette histoire bien rapidement. C’est toujours la crainte que l’on peut avoir en voyant si peu de pages offertes aux deux mangakas pour nous conter leur histoire. Le tome 3 semble vouloir simplement ramener dans le groupe des sept, le guerrier Kaman. Mais la tragédie des enfants démons ne sera pas avec un « happy end » car contre toute attente, Petite Rose va venir régler le problème du voleur d’eau de miroir elle-même. La confrontation entre la quasi mère et sa semble-t-il fille aura donc lieu bien plus tôt que prévu et leur affrontement sera bien plus court que prévu. On sent alors la pression du nombre limité de pages et il n’est alors pas étonnant que le tome 4 débute par le grand final.

Bon, le coup des « deux mois plus tard » est une ficelle un peu grosse pour éluder bien des événements et nous ramener au moment critique sans devoir subir les épanchements de Rose Rouge et l’évolution de son pouvoir. L’avantage de cette ficelle est certainement que le lecteur n’a une véritable idée du pouvoir de la jeune fille sur ses soldats que durant le combat. Cela laisse d’ailleurs une drôle d’impression car on peut se demander si ces humains sont de son côté de leur plein gré ou plutôt comme étant des marionnettes, un peu comme les démons suivant Petite Rose. Le deuxième round entre Petite Rose et Rose Rouge est le centre de ce tome mais le lecteur va encore une fois resté sur sa fin car Kazuki Nakashima nous voulait pas que son histoire finisse aussi simplement, il voulait nous rappeler qu’une destinée était incontournable et que Rose Rouge ne pourrait échapper à la sienne. Et les sacrifices vont alors s’enchaîner jusqu’au final qui sera un « happy end » convenu, un peu trop d’ailleurs. Toutefois, en si peu de temps, les deux mangakas ne s’en sortent pas si mal même si on aurait pu espérer un peu plus d’originalité.

Allez, pour une mini-série en quatre tomes, “Lost Seven” réussit à tirer son épingle du jeu. Mais le synopsis aurait mérité une plus grande déclinaison, une plus longue surtout.


Lost Seven (T3 et 4)
- Scénariste : Kazuki Nakashima
- Dessin : Ko Yasung
- Traducteur  : Lucie Thomas-Lépine
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 192 pages
- Date de parution : 1er juin 2016
- Numéro ISBN : 978-2-81893-621-4 ; 978-2-81893-622-1
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Lost Seven (T1 et 2)


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
24 août 2016






JPEG - 59.9 ko



JPEG - 33 ko



JPEG - 55.3 ko



JPEG - 35.1 ko



JPEG - 30.6 ko



WebAnalytics