YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

28 visiteurs en ce moment


YozoneDVD / BLU-RAY Japanimation

Brynhildr, in the Darkness, intégrale non censurée
Coffret 2 Blu Ray - Kaze
6 juillet 2016

Enfant, Ryota était amoureux d’une jeune fille passionnée par les étoiles, Kuroneko. Pour elle, il aurait fait n’importe quoi, même croire dans l’existence des extra-terrestres comme elle le faisait. Malheureusement, il n’aurait jamais dû la suivre sur ce barrage, du haut duquel il chuta, entraînant avec lui Kuroneko. Lorsqu’il se réveilla à l’hôpital, Ryota apprit que la jeune fille n’avait pas survécu à la chute contrairement à lui. Depuis, le jeune homme observe les étoiles dans l’observatoire mis à sa disposition en tant que président du club d’astronomie. Mais quand une jeune fille débarque dans sa classe, Ryota est convaincu de reconnaître en elle la défunte Kuroneko. Est-ce un hasard si Neko ressemble tant à Kuroneko ? Toutefois, le jeune homme n’est pas au bout de ses surprises car le soir même, Neko le rejoint à l’observatoire pour lui annoncer qu’il mourra s’il rate son bus...


Pourquoi Ryota a-t-il encore une fois défié le destin. En tout cas, sans l’intervention de Neko, il aurait été écrasé par les rochers délogés de la falaise par les fortes pluies. Seulement, Neko l’a sauvé en détruisant purement et simplement le rocher. La jeune fille possède d’étranges pouvoirs, elle se qualifie elle-même de magicienne et si elle est parvenue à savoir qu’il était en danger, c’est grâce à une autre magicienne, Kana, capable de voir l’avenir. Seulement, son amie est paralysée et ne peut parler que par l’intermédiaire d’un appareil vocal. Mais Ryota découvre également le terrible secret de ces deux magiciennes. Elles se sont enfuis d’un laboratoire secret, le Centre, qui semble créer d’autres magiciennes pourvues de pouvoirs toujours plus dévastateurs. Toutefois, les jeune filles ne peuvent survivre qu’en prenant tous les jours une pilule à la mystérieuse composition. Si par malheur elles arrêtent de les prendre, leur organisme se met à se décomposer jusqu’à totalement se désagréger. De plus, chaque magicienne est pourvu d’un harnais, placé à la base du cou. Il permet de limiter l’usage de leurs pouvoirs mais également de les détruire si on le retire.

JPEG - 85.5 ko

“Brynhildr, in the Darkness” est l’adaptation en série télé du manga de Lynn Okamoto. Le scénario de cet animé ne surprendra donc pas ceux qui ont déjà lu le manga car celui-ci est parfaitement fidèle à l’oeuvre originale. Toutefois, l’animé est sorti au Japon en 2014 et propose donc une fin alors que le manga était encore loin de s’achever. D’ailleurs, le lecteur français n’est encore qu’au tome 13 alors que le tome 18 est paru au Japon. C’est là souvent la difficulté des animés qui se retrouvent à devancer l’oeuvre originale. Pour ceux qui n’auraient pas encore lu le manga, ce point n’a finalement pas beaucoup d’importance, pour ne pas dire aucun, mais cela permet au moins de savoir que, si le spectateur a aimé l’animé, le manga serait une suite toute logique pour qu’il découvre d’autres aspects de la série.

“Brynhildr, in the Darkness” nous raconte donc l’histoire de Ryota, un jeune garçon qui se retrouve entraîné dans une histoire de complot secret où une organisation appelée le Centre crée des jeunes filles aux pouvoirs surnaturels ? Dans quel but ? Il vous faudra attendre les derniers épisodes pour savoir le fin mot de l’affaire. Cette série comme le manga associe deux éléments classiques pour attirer les jeunes adultes : de la violence pure et un petit côté sexy. Je dis « petit » car il n’y aura pas vraiment de quoi fouetter un troupeau de chats. Certes, nos jeunes magiciennes auront tendance de temps en temps à nous dévoiler leur poitrine, poussées par le personnage de Kazumi qui semble obnubilée par la petitesse de ses seins. Mais au-delà de ce côté sexy, c’est surtout la grande violence de la série qu’il faut retenir pour savoir mettre la bonne limite au niveau du spectateur. Comme le manga, la série animé frôle à certain moment le gore, les magiciennes ne faisant pas dans la dentelle quand elles s’affrontent. L’intérêt de la série, au-delà de la découverte des pouvoirs des différentes magiciennes, ce sont les stratégies mises en place par Ryota pour parer la faiblesse de ses alliées en utilisant à bon escient leurs capacités.

Le studio à la manœuvre pour cette adaptation est Arms Corporation, qui nous avait impressionné avec son travail sur la série Elfen Lied. Le style de ces deux séries est bien sûr l’horreur, même si “Brynhildr, in the Darkness” est plus modéré dans le style gore que leur autre série. Toutefois, si le studio a gardé le design des personnages, il les a parfaitement intégrés à des décors détaillés par ordinateur pour nous donner un rendu le plus réaliste possible. Le livret fourni dans le coffret nous montre avec force d’images l’évolution du crayonné pour arriver à l’image visionnée par le spectateur. Le côté sexy n’est pas non plus une innovation pour le studio qui a déjà dépiauté nombre de jeunes filles sur la saga des Ikki Tousen. Mais pas de vêtements en papier cette fois, le scénario original de “Brynhildr, in the Darkness” offre déjà la solution avec le personnage de Kazumi, qui jouera les effeuilleuses. La jeune fille découvre la sexualité tout en essayant de se montrer forte, voire plus mature qu’elle ne l’est en réalité. Le côté explosif de Neko créera des quiproquos à la chaîne, cette dernière refusant d’admettre ses sentiments pour Ryota, qui ne sait trop s’il aime Neko ou l’image de Kuroneko.

En devant inventer une fin, l’animé sort de la ligne directrice de la mangaka mais s’en sort plutôt bien, gardant une cohérence à l’histoire.

“Brynhildr, in the Darkness” mélange intelligemment le sexy et l’horreur, avec un scénario bien ficelé qui saura éveiller la curiosité des amateurs qui ne connaissent pas le manga et ravira ceux qui l’ont lu.


Brynhildr, in the Darkness, intégrale non censurée
- Réalisation : Kenichi Imaizumi
- Scénario : Yukinori Kitajima
- D’après le manga de : Lynn Okamoto
- Studio d’animation : Arms Corporation
- Musique : Nao Tokisawa
- Directeur du son : Masanori Tsuchiya
- Production : Ayuri Taguchi, Hiroyuki Inage, Kojiro Naotsuka, Shunsuke Nara

Coffret DVD
Épisodes 1 à 12 + bonus
DVD 9- Zone 2- pal
- Format image : 16/9 - 1920x1080p (Blu Ray)
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais
- Sous-titres : Français
- Navigation  : lecture des épisodes en bloc ou au choix
- Éditeur : Kaze
- Sortie : 6 juillet 2016
- Prix public conseillé : 35,65 €

Bonus
- OAV épisode 11,5
- Opening
- Ending
- Director’s cut
- Livret (64 pages)


© Lynn Okamoto/Shueisha
© VAP, YTV, YTE, GENCO, DAX PRODUCTION
© Edition Kaze Manga - Tous droits réservés



Frédéric Leray
17 août 2016







JPEG - 49.3 ko



JPEG - 5.6 ko



JPEG - 6.3 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 4.3 ko



JPEG - 9.5 ko



JPEG - 6.9 ko



JPEG - 8.8 ko



PNG - 45.7 ko



JPEG - 11.5 ko



JPEG - 7.1 ko



JPEG - 8.5 ko



JPEG - 6.7 ko