YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Trilogie Valisar (La), tome 2 : Le Tyran
Fiona McIntosh
Milady, Fantasy, traduit de l’anglais (Australie), Fantasy, 667 pages, avril 2016, 9,20€

Dans un monde où la magie, possédée par si peu de gens, est capable de tant de grandes choses, les luttes de pouvoir vont déchaîner les forces en présence. Entre un empereur barbare qui a pris le pouvoir dans un bain de sang et des héritiers Valisar qui refont surface, y compris dans d’autres dimensions, la tension monte en flèche dans les royaumes.



Cet ouvrage commence dans notre monde. Il s’agit juste d’un petit paragraphe mais, comme l’auteure le dit elle-même, c’est un pari risqué d’intégrer notre époque à un récit fantastique. Cependant, vu le petit passage dont il s’agit, le risque n’est finalement pas bien élevé. Passé cet aparté, le lecteur se retrouve à Penraven où le barbare Loethar a pris le pouvoir il y a maintenant dix ans. Cet empereur autoproclamé est maintenant un souverain relativement respecté et apprécié, qui a su fédérer de nombreuses provinces et faire prospérer son empire. Malheureusement, avoir édulcoré son comportement n’est pas toujours du goût de ses anciens sujets des Steppes, à commencer par son demi-frère, général militaire qui se verrait bien calife à la place du calife. Et ce n’est pas l’impératrice, incapable de lui donner un héritier, qui va lui faciliter la tâche. Par ailleurs, les personnes restées fidèles aux Valisars commencent à s’agiter car il se murmure qu’un héritier serait toujours vivant. De plus, les personnes dotées de pouvoirs magiques, après avoir bénéficié d’une paix relative, sont de nouveau soumis à des persécutions.

Fiona McIntosh présente dans cette série la même qualité d’écriture que pour tous les ouvrages que nous avons pu croiser de cette auteure. Les rebondissements sont bien placés, même si certains sont prévisibles. Difficile de chroniquer un ouvrage dépourvu de faux pas. Tant dans le fond que dans la forme, « Le Tyran » est toujours juste, sans d’incohérence visible, que ce soit dans la psychologie des personnages ou dans le déroulement des actions. Le livre est hautement addictif et les plus de 600 pages écrites en pattes de mouche se dévorent à chaque minute disponible.
Quant aux personnages, ils sont presque tous attachants et, pour certains, bien plus complexes qu’ils n’en ont l’air. Même Leothar apparaît comme bien plus qu’un barbare sur lequel on aurait juste passé une couche de vernis de civilisation.

Autre élément très appréciable, en cas d’erreur, vous pourrez parfaitement lire ce second tome sans avoir eu l’opportunité de lire le premier, cela ne nuira absolument pas à la compréhension du récit puisque Fiona McIntosh s’assure que vous ayez à votre disposition les éléments nécessaire à sa compréhension, par des retours sur l’histoire du premier tome, par un lexique et par un glossaire reprenant les personnages, les lieux mais aussi les termes de magie et d’herboristerie utilisés tout au long du livre.
Un excellent ouvrage encore de Fiona McIntosh qui a d’ores et déjà suffisamment de livres à son actif pour contenter un moment vos besoins littéraires.


Titre : Le Tyran (Tyrant’s Blood, 2009)
Série : La Trilogie Valisar (Valisar), tome 2/3
Auteur : Fiona McIntosh
Traduction de l’anglais (Australie) : Isabelle Pernot
Couverture : Frédéric Perrin
Éditeur : Milady (édition originale : Bragelonne, 2011)
Collection : Fantasy
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 667
Format (en cm) : 11 x 17,8 x 3
Dépôt légal : avril 2016
ISBN : 9782811217006
Prix : 9,20 €



À lire également sur la Yozone :
- L’Appel du Destin


Emmanuelle Mounier
19 août 2016






JPEG - 51.9 ko



WebAnalytics