YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




AOC n°41
Une publication du club Présences d’Esprits
Fanzine, n°41, SF - fantasy - fantastique, nouvelles, été 2016, 82 pages, 3,50€

Les numéros d’« AOC » se suivent et ne se ressemblent pas. Cette revue possède à mon sens un atout majeur : en dehors du concours annuel « Visions du futur », elle accueille des textes athématiques. Cette politique éditoriale permet de découvrir des œuvres bien plus variées et étonnantes que lors d’exercices imposés.



Sous une couverture amusante d’Aurélie Lecloux et Jubo, ce numéro démarre très fort avec “Full Metal Western” de Yann Foury. Dans un univers qui participe à la fois de Mad Max et d’Ivanhoé, l’auteur nous raconte le déroulement d’une joute haute en couleur, actionnant avec une certaine maîtrise les leviers adéquats pour parvenir, sans en avoir l’air, à restituer une véritable atmosphère post-apocalyptique sans oublier de donner de l’épaisseur à ses personnages.
Après ce départ en fanfare, le soufflet retombe un peu avec “La Despedida - le départ” d’Anaïs Carli, dont j’ai crû jusqu’à la fin qu’il s’agissait d’un traitement fantastico-SF de la Visitation, mais non, pas du tout. Soit l’auteure a sciemment évité ce parallèle, soit elle est passée à côté de quelque chose qui aurait relevé son texte. Pour une première apparition, quelques indices donnent à penser qu’elle a du potentiel, et c’est tout à l’honneur d’« AOC » que d’ouvrir ses pages à de vrais débutants pour les encourager et leur permettre de progresser.
“Derrière l’écran” de Denis Roditi est d’une autre trempe. Ce long et beau récit décrit avec beaucoup de sensibilité les émotions et les frustrations qui font du personnage de cette histoire un être doté d’une véritable humanité. L’ensemble est classique, bien ficelé, et la peinture que fait Denis Roditi de cette adolescente complexée est remarquable. Du beau travail.
“À Troll et à travers” de Frédéric Szilinder s’inscrit dans un registre plus léger, humoristique, où s’enchaînent trouvailles et situations délirantes – mais logiques vu le contexte - une histoire un peu farfelue d’adoption d’un Troll par une femme en mal d’enfant. Ce récit est mené de main de maître du début à la fin et donne enfin l’occasion de sourire, ce qui n’est pas si fréquent de nos jours.
“Un Périhélie” de Vivien Esnault m’a laissé tout d’abord un peu perplexe. J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire un peu invraisemblable de château de la Belle au Bois Dormant situé sur une comète et qui s’éveille lorsque celle-ci approche du Soleil. Puis la poésie, l’imagination – alors là vraiment débridée – l’ont emporté sur ma réserve et j’en ai terminé la lecture avec beaucoup d’images en tête.

Ce numéro s’achève sur un article de Marthe Machorowski traitant de la difficulté de commencer un récit. J’apprécie beaucoup le travail de Marthe, sérieux, documenté, solidement construit. Son essai sur Nathalie Henneberg m’avait particulièrement intéressé. Une chroniqueuse trop rare à mon goût.
Sans surprise, « AOC » tient donc ses promesses et, plus que jamais, remplit sa fonction de banc d’essai pour les futurs talents de la SFFF. À lire sans modération.


Titre : AOC (Aventures Oniriques et Compagnie)
Numéro : 41
Directeur de la publication : Jocelyn Talureau.
Rédacteur en chef : Olivier Bourdy
Couverture : Aurélie Lecloux et Jubo
Type : fanzine
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : le club Présences d’Esprits ; le numéro 41
Période : été 2016
Périodicité : trimestrielle
ISSN : 1772-3442
Dimensions (en cm) : 12,9 x 19,7
Pages : 82
Prix : 3,50 €



Didier Reboussin
31 juillet 2016






JPEG - 41.7 ko



WebAnalytics