YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Maîtres Inquisiteurs (Les) (T1) Obeyron
Peru et Goux
Soleil

1110, l’Oscitan sort d’une terrible guerre qui sema le chaos et la mort sur tout le continent. Les trois juges servant l’empereur, grand vainqueur de cette guerre, créèrent une caste de mages devant faire respecter la loi : les maîtres inquisiteurs. Obeyron est un de ces mages, mais contrairement aux autres maîtres, il semble incapable de résoudre une enquête sans user de violence. Pour lui, tous doivent appliquer la loi sans la moindre incartade sous peine de subir son jugement et celui de son épée, celle-ci faisant couler le sang de sa cible uniquement si l’accusation lancée par Obeyron s’avère vraie. Mais Obeyron est un peu trop rigoureux dans l’application de la loi et il a fini par se faire des ennemis mortels, assez pour l’envoyer aux confins de la forêt des soupirs où devait l’attendre une mort certaine. Un piège qui devait éliminer Obeyron, son fidèle ami elfe et tout son convoi, mais...



1150, quarante ans sont passés depuis la fin de la guerre, Ares est devenu la capitale de l’empire. Mais un homme est revenu pour réclamer vengeance. Il rend d’abord visite à un ancien ami pour lui demander son aide. En tout cas, rien n’avait préparé Paluran à se retrouver en face d’Obeyron. Ce dernier a le visage couvert de cicatrices et demeure toujours aussi dangereux. Comment a-t-il pu survivre à la forêt des soupirs et à ses terribles dragons noirs ? Et pourquoi a-t-il mis quarante ans pour revenir ? Certes les pages vieillissent moins vite que les humains normaux, mais cela n’explique pas tout. Surtout, le maître inquisiteur ne semble plus avoir toute sa raison car parler avec son défunt ami elfe n’est pas un très bon signe. En tout cas, Obeyron est en mission, celle qui doit lui permettre d’identifier celui qui a convaincu les juges de l’envoyer soi-disant enquêter sur la disparition d’un convoi dans la forêt des soupirs. Et il leur fera payer en les passant par le fil de son épée de justice.

JPEG - 35.2 ko

“Les Maîtres Inquisiteurs” est une nouvelle série des éditions Soleil. Composée de six tomes, cinq enquêtes et une conclusion, chaque tome sera confié à un duo de scénariste et dessinateur. Chaque duo devra reprendre à son compte l’univers créé par une valeur sûre des éditions Soleil, Jean-Luc Istin (Excalibur-Chroniques, “Merlin”,...).

Olivier Peru et Pierre-Denis Goux inaugurent donc cette série avec le personnage d’Obeyron. Olivier Peru est un scénariste des plus prolifiques, ayant travaillé en quelques années sur “Zombies” aux éditons Soleil, ou encore pour revenir à l’heroic fantasy sur “Les Elfes”, “Mjolnir” ou encore Lancelot, le tout toujours chez Soleil. Entrer dans l’univers des “Maîtres Inquisiteurs” n’était donc pas un problème pour lui. Et il ne mettra pas longtemps pour immerger le lecteur dans ce monde, zappant entre le retour d’Obeyron pour trouver qui a voulu sa mort et des flash-backs sur les événements ayant amené à la tragédie de la forêt des soupirs. Par sa nature hyper violente, Obeyron ne perd pas de temps dans des interrogatoires fastidieux, préférant la bonne vieille torture, mais Peru utilise aussi les flash-backs pour limiter les discussions. Ce choix permet de donner un rythme soutenu à l’histoire et fait avancer l’enquête rapidement sans trop léser le lecteur. Clore une enquête en 56 pages était loin d’être évident mais la nature d’Obeyron permet à Olivier Peru de raccourcir le tout et garder une cohérence à son récit.

La force de ce premier tome vient également du dessin de Pierre-Denis Goux, soutenu par la judicieuse colorisation des incontournables studios Digikore. Le style de Goux est très réaliste et le dessinateur aime à donner de vraies gueules cassées à ses personnages, et Obeyron en sera un cas d’école. Certes, les traits des personnages sont parfois ressemblant à cause d’une trame commune, mais cela ne pose pas de difficulté de lecture, chaque scène présentant les protagonistes. Digikore a utilisé la bonne vieille technique du sépia pour différencier le présent du passé, cette époque prenant ainsi cette teinte comme si les images étaient délavées par le temps. Les scènes de combats sont très courtes pour laisser un temps suffisant à l’enquête. De même, les fantômes issus de l’esprit d’Obeyron sont parfaitement identifiables, en tout cas quand le lecteur a besoin de les identifier comme tels. La folie d’Obeyron laisse également planer un suspens sur la véracité de certains faits jusqu’aux dernières planches ouvrant sur le prochain tome, pour lequel un nouveau duo d’auteurs prendra la relève.

Si ce premier tome est prometteur, le choix de changer les auteurs afin d’offrir des volumes à un rythme accéléré est toujours risqué, surtout pour l’homogénéité de la série. Les prochains tomes nous diront si “Les Maîtres Inquisiteurs” ont évité cet écueil.


(T1) Obeyron
- Série : Les Maîtres Inquisiteurs
- Scénario  : Olivier Peru
- Dessin : Pierre-Denis Goux
- Couleurs : Digikore Studios
- Storyboard : Benoit Dellac, Pierre-Denis Goux, Jean-Luc Istin
- Créateur de l’univers : Jean-Luc Istin
- Éditeur : Soleil
- Collection : Heroic Fantasy
- Dépôt légal : 25 mars 2015
- Format : 234x323 mm
- Pagination : 56 pages couleurs
- Numéro ISBN  : 978-2-302-04519-4
- Prix public : 14,95 €


© Editions Soleil - Tous droits réservés


Frédéric Leray
28 juillet 2016






JPEG - 45.4 ko



JPEG - 44.5 ko



JPEG - 45.7 ko



JPEG - 48.1 ko



WebAnalytics