YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

67 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Time Riders, tome 9 : Le Piège Infini
Alex Scarrow
Nathan, traduit de l’anglais (Grande-Bretagne), Science-Fiction, 410 pages, juin 2015, 15,90€

Avec ce neuvième tome, « Le Piège Infini », Alex Scarrow clot sa série des « Time Riders ». La série est fixée sur une équipe composée de clones humains aux souvenirs fabriqués et d’unités de soutien, sorte d’humanoïdes possédant une I.A. hors du commun. Coincés entre leur pseudo-mission et leurs questionnements existentiels, les membres de cette équipe déjà diminuée vont se séparer.


Il n’est pas forcément évident de commenter un ouvrage qui termine une série de neuf livres pas toujours au même niveau. La série, prise en cours sur son septième tome, « Les Seigneurs des Mers », s’était montrée fort distrayante, agréable à lire car bien écrite et s’ancrant délicatement dans notre Histoire. Les histoires individuelles des personnages étaient assez légères pour permettre à l’ouvrage de se consacrer au thème du voyage dans le temps plutôt bien traité. Le tome 8, « La Prophétie Maya », semblait se référer beaucoup plus aux tomes précédents, les histoires personnelles tenaient le haut du pavé et l’ouvrage plongeait tête la première dans de la science-fiction pure et dure avec une histoire de colonne de déplacement spatio-temporelle, un entre-monde dangereux et la prévision de la fin du monde.
Le tome 9, et donc le dernier de la série, « Le Piège Infini », entend répondre à toutes les questions des précédents ouvrages mais enchaîne, il semble, les aberrations temporelles. En effet, l’équipe n’étant pas d’accord sur ce qu’elle a à faire, au lieu de faire les missions qu’elle se fixe à la suite, se sépare. Ainsi personne ne reste au bercail pour pouvoir rapatrier les collègues en cas de problème. Il est vrai qu’il est tellement urgent de partir dans le passé pour obtenir des réponses, il risquerait de changer si on attendait une ou deux semaines que l’autre partie de l’équipe ait fini sa mission dans le futur….Ou pas d’ailleurs, puisqu’avec une machine à voyager dans le temps, les individus restés sur place peuvent régulièrement vérifier la mission en cours (attendre une heure la charge des batteries par exemple pour vérifier l’état de l’équipe une semaine après son arrivée), ou cela fait beaucoup de signaux pour des gens qui veulent se faire discrets mais vu que finalement un tel sondage se fera au cours du récit pourquoi pas dès ce moment-là ?

Enfin, je m’égare, un peu. Finalement, le tome 9 n’offrira en guise de réponse qu’une ficelle scénaristique assez connue et surtout dévoilée dès le premier paragraphe du présent récit. Ce qui, forcément, ôte beaucoup d’attrait à la lecture, cela va sans dire (mais tellement mieux en le disant !). Boucle temporelle et petits hommes verts gardiens de l’Univers / grands frères bienveillants de notre humanité balbutiante mais ô combien prometteuse feront donc leur apparition pour une histoire cousue de fil blanc. Heureusement notre équipe de héros, réduite quasiment à sa plus simple expression, est là pour sauver l’Humanité d’une destruction programmée par ces mêmes grands frères bienveillants (pour notre plus grand bien, soyez-en certain). Ce dernier tome se finit en queue de poisson, comme le dit l’expression, puisqu’une partie de l’équipe part sauver le monde, tandis qu’une autre tente de se sauver elle-même et de se mettre les doigts de pieds en éventail par la même occasion….

Honnêtement, je ne vois pas vraiment l’intérêt de faire neuf tomes à une série si c’est pour ne pas la finir proprement. Et laisser une part d’imaginaire au lecteur pour finir l’histoire de ses personnages préférés est une pirouette trop facile, même pour un livre pour ados.


Titre : Le Piège Infini (The Infinity Cage, 2014)
Série : Time Riders, tome 9/9
Auteur : Alex Scarrow
Traduction de l’anglais (Grande-Bretagne) : Anne Lauricella
Couverture : James Fraser / Neil Spence
Éditeur : Nathan
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 410
Format (en cm) : 14 x 21 x 2,6
Dépôt légal : juin 2015
ISBN : 9782092548349
Prix : 15,90 €



À lire également sur la Yozone :
- tome 7 : Les Seigneurs des Mers
- tome 8 : La Prophétie Maya



Emmanuelle Mounier
8 août 2016







JPEG - 55.8 ko