YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fortress of Apocalypse (T5 et 6)
Yu Kuraishi, Kazu Inabe
Pika

Les zombies sont parvenus à entrer dans la prison, attirés par l’appel du Bokor. Dans une rage folle, Maeda a massacré le meneur des zombies, mais les capacités de régénération du Bokor dépassent l’entendement et même la tête détruite, les morceaux de cervelle se rassemblent à nouveau pour créer une nouvelle tête, un crâne d’enfant apparaissant au-dessus de la mâchoire inférieure. A peine une esquisse de tête est-elle reconstituée que le Bokor tente immédiatement de s’enfuir, mettant de nouveau en danger les prisonniers si par malheur il parvient encore une fois à émettre un son. La chasse au Bokor est lancée et pour la seconde fois, Maeda explose la tête du monstre. Mais cela ne suffit pas et l’ersatz de bébé parvient à le mordre. Pour le jeune homme, c’est une condamnation à mort car même s’il ne devient pas un monstre, les autres prisonniers feront tout pour le tuer, ses amis en premier.



Un hélicoptère rempli de militaires de l’ONU est arrivé dans la prison. Les soldats s’annoncent comme des sauveurs venus emmener les survivants dans le pays de leur choix, en échange d’informations sur le Bokor. Mais quand les soldats découvrent les cadavres de monstres, leur réaction attise la méfiance de Yoshioka. Pourquoi prient-ils devant ces monstres ? Et leur intérêt pour le Bokor est encore plus suspect. Alors quand ils décident de passer à la manière forte pour récupérer la vidéo réalisée sur l’étrange corps du meneur des zombies, le groupe de prisonniers décide de se rebeller. Sans oublier que Maeda reste encore un point d’interrogation : lui avoir tranché la main a-t-il suffit pour stopper la contamination de son corps par la morsure du Bokor ? Les militaires n’auront d’ailleurs pas mis longtemps pour révéler leurs véritables intentions. Ce sont des vénérateurs des zombies, voyant en eux la nouvelle race dominante et le Bokor, leur nouveau dieu, le fils de la lumière. Mais si les prisonniers sont toujours dans de sales draps, Yoshioka et son groupe ont décidé de passer à l’action en se débarrassant dans un premier temps des deux militaires venus les exécuter.

JPEG - 47.2 ko

Nos héros n’auront donc aucune minute pour se reposer. Même de retour dans la prison, leur sécurité n’a guère tenue longtemps. Un seul son du Bokor aura suffit pour attirer une nouvelle horde de créatures dans l’enceinte qui semblait sécurisée. La chasse au Bokor sera de nouveau le thème du jour, mais ce meneur de zombies ne fera illusion qu’un instant. Il apparaissait pourtant comme la Némésis de nos héros et aurait par la même reçu la protection de Yu Kuraishi, mais le mangaka va surprendre son monde en s’en débarrassant en prenant de court son lecteur, mais pas sans nous donner une indication de taille sur la voie qu’il compte prendre. La morsure de Maeda n’est pas non plus surprenante vu le trailer à la fin du tome 4. Yu Kuraishi suit sa logique du harcèlement du Bokor sur Maeda. La cause est encore obscure mais se concrétisera à la fin du tome 6. En tout cas, le mode de soin pour tenter de sauver Maeda n’a rien d’original et rappellera évident une scène identique de World War Z. Mais alors que l’on s’attendait à voir Maeda devenir le centre de tous les intérêts, il va au contraire être totalement éludé au profit de nouveaux arrivants.

Très rapidement, les soi-disant représentants de l’ONU montrent leurs vrais visages : des fanatiques vénérant le Bokor surnommé le fils de la lumière. S’ils ne sont pas des casques bleus, ils sont toutefois pour une bonne partie de vrais militaires. Ils vont provoquer un chaos qui entraînera une fin qui laissera nombre de lecteurs sans voix. Très vite, l’opposition entre le groupe de Maeda et les militaires s’annonce comme le fil rouge du tome 6. Tous les moyens seront bon pour survivre, même les plus vicieux comme contaminer des armes pour transformer l’adversaire en monstre et semer la pagaille dans son camp. D’ailleurs, les vénérateurs des monstres feront moins les malins face aux leurs transformés. L’action s’accélère, un peu trop vite d’ailleurs, obligeant les mangakas à utiliser le classique flash-back pour gagner du temps. Cela permettra de découvrir la genèse de cette secte étrange mais également ses limites qui seront utilisées contre eux. Mais rien ne préparait le lecteur au dernier chapitre avec une scène qui marquera les esprits et démontrera que cette série sort totalement du lot, avec des conclusions qui posent la question : mais que va-t-il bien pouvoir se passer dans le tome 7 ?

“Fortress of Apocalypse” met la barre très haut pour devenir une des meilleures serie de 2016.


Fortress of Apocalypse (T5 et 6)
- Scénario : Yu Kuraishi
- Dessin : Kazu Inabe
- Traducteur  : Soizic Schoonbroodt
- Éditeur français : Pika
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 6 avril et 1er juin 2016
- Numéro IBSN : 9782811627393 ; 9782811630072
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Fortress of Apocalypse (T1 et 2)
Fortress of Apocalypse (T3 et 4)


© 2012 Yu KURAISHI and Kazu INABE
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
27 juillet 2016






JPEG - 40.8 ko



JPEG - 32.6 ko



JPEG - 32.1 ko



JPEG - 28.6 ko



JPEG - 24.8 ko



WebAnalytics