YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

46 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Re:Monster (T1)
Kogitsune Kanekiru et Haruyoshi Kobayakawa
Ototo

Malgré les pouvoirs qu’il avait acquis pour se fortifier, Kanata est mort bêtement, assassiné par une femme de ses connaissances, quelque peu déséquilibrée. La soirée commençait plutôt bien, en charmante compagnie, mais alors qu’il ressortait pour acheter un peu d’alcool, cette femme le poignarda, avec une arme inhabituelle, comme adaptée à ses propres capacités. Mais peu importe, car s’il est mort ainsi dans le monde des humains, voila Kanata se réveillant dans un autre univers et dans la peau verte et peu ragoutante d’un gobelin. Passer de surhomme à vulgaire gobelin, voila une réincarnation peu flatteuse, mais ces êtres ont au moins le mérite de grandir vite, et Kanata, ou plutôt dorénavant Gobu-Ro, a gardé un pouvoir qui allait s’avérer vital dans ce nouvel univers : le capacité d’absorption. Grace à elle, à chaque fois que Gobu-Ro ingérait quelque chose, viande comme matériau, il héritait de nouvelles capacités surnaturelles.


La chair des animaux lui permit d’obtenir des qualités très importantes dans un milieu où la chasse est le seul moyen de subsistance. Gobu-Ro se fit également deux amis d’importance parmi les gobelins : le puissant Gobu-Kichi et la femelle et habile Gobu-Mi. Grace à l’expérience qu’il emmagasinait et les capacité qu’il cumulait en dévorant les animaux du coins, Gobu-Ro parvint à évoluer rapidement du stade de Gobelin à celui de Hobgobelin divergent. Gobu-Ro prit peu à peu le pouvoir parmi les gobelins de sa génération, les dominant par son savoir et sa force, mais leur enseignant également comment chasser et devenir indépendant. En évoluant, Hobgobu-Ro pouvait s’attaquer à des créatures plus puissantes comme les orques ou les kobolts. A chaque fois, il ingérait sa victime et apprenait de nouveaux pouvoirs, et même quelques éléments de magie. Mais pourquoi son cerveau l’avertissait à chaque nouvelle compétence apprise ? Et surtout dans quel univers avait-il bien pu atterrir après son assassinat ?

JPEG - 61 ko

“Re:Monster” est le premier titre de Kogitsune Kanekiru que nous découvrons. Et le mangaka va sortir très vite son titre du lot commun. Ou plutôt il va orienter le lecteur vers un style connu par les gamers : le jeu de rôle à la première personne. Son héros, Kanata, se réincarne sans trop savoir comment en gobelin, dans un monde d’heroic fantasy, peuplé de créatures qui parleront à tous les joueurs de RPG et de jeux de rôle façon “Donjons et Dragons”. L’histoire nous est d’ailleurs contée par le personnage principal qui nous décrit le monde qu’il découvre sans la moindre objectivité, ne cherchant qu’à trouver son intérêt dans ce nouvel univers. Toutefois, Kanata n’est pas non plus un simple humain ayant péri sous les coups d’une psychopathe. Il avoue avoir utilisé la magie et certains pouvoirs pour devenir un être supérieur. Et celle qui le tue utilise une arme un peu trop élaborée pour n’agir que sous un coup de tête ou par jalousie amoureuse.

Nous suivons l’évolution du personnage de Kanata comme un joueur suit l’évolution du personnage qu’il incarne, avec les mêmes systèmes d’avertissement quand une capacité est apprise. Kanata augmente ses pouvoirs en ingérant la chair d’animaux mais aussi de ses ennemis et même de matériaux pour posséder leurs propriétés. C’’est clairement une méthode originale de faire avancer rapidement l’histoire sans pour autant donner l’impression au lecteur qu’il en perd le contrôle ou que celle-ci est raccourcie au minimum, ce qui est pourtant le cas. Hormis, Kanata ou plutôt Gobu-Ro, les autres gobelins sont présentés très succinctement et sont réduits à leur caractéristique principale. D’ailleurs, la vie du clan de gobelins est résumé rapidement à l’entrainement militaire et la chasse. L’aspect de leur reproduction par l’utilisation d’humaines prendra de l’importance dans la seconde partie du tome, et demeure anecdotique pendant une grande partie du premier volume.

Au crayon, nous découvrons également Haruyoshi Kobayakawa, qui avait auparavant travaillé sur la série “BlazBlue”. Ses planches se focalisent clairement sur les personnages et les diverses créatures que rencontre Gobu-Ro. Leur design est vraiment réussi, ce qui met d’ailleurs en avant la pauvreté des décors et de l’univers dans lequel évolue le héros. Le monde de “Re:Monster” n’est clairement pas développé pour le moment, se bornant à des fonds de forêt, sans grand intérêt. C’est actuellement la faiblesse de cette série, qui ne s’y intéresse d’ailleurs pas. Les autres races plus évoluées que les gobelins ne sont qu’évoquées et les humains n’apparaissent qu’à travers les prisonnières des gobelins. On peut d’ailleurs s’étonner du peu de réactivité des humains face aux kidnappings de leurs femmes. Toutefois, ce n’est que le premier tome et les deux mangakas se sont surtout attardés sur l’évolution de Gobu-Ro, le temps qu’il devienne un véritable combattant capable de défier des êtres civilisés et surtout lourdement armés et préparés.

“Re:Monster” se montre original par son approche de l’histoire. Va-t-on retomber dans un jeu vidéo façon Sword Art Online ? Les prochains tomes nous le diront...


Re:Monster (T1)
- Scénario : Kogitsune Kanekiru
- Dessin : Haruyoshi Kobayakawa
- Character design : Yamaada
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 128 x 179, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 220 pages
- Date de parution : 22 mai 2015
- Numéro IBSN : 9782351809938
- Prix : 7,99 €


Re :Monster © KOGITSUNE KANEKIRU © HARUYOSHI KOBAYAKAWA © YAMAADA Originally published in Japan in 2015 by AlphaPolis Co., LTD.
© Edition Ototo - Tous droits réservés



Frédéric Leray
8 juillet 2016







JPEG - 60.1 ko



JPEG - 27.7 ko



JPEG - 34.7 ko



JPEG - 38 ko