YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

54 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Albums

Lady S (T11) La Faille
Aymond
Dupuis

Shania est devenue membre d’une ONG, Action 19, défendant les droits de l’homme. Lors d’une conférence se déroulant au palais des Nations à Genève, la jeune femme retrouve Conrad, le bel espion de la CIA. Très vite, Shania retombe sous le charme de Conrad et surtout, elle peut laisser libre cours à ses sentiments sans avoir d’arrières pensées. Mais devenir l’amante d’un agent de la CIA impose de nombreux sacrifices comme de devoir attendre que ce dernier reprenne contact avec toi pour fixer un nouveau rendez-vous. Car si Shania est juste venue assister à des réunions organisées par le Conseil des droits de l’homme, Conrad est sur les traces d’un terroriste international. Sa cible doit prendre contact avec un commanditaire que la CIA souhaite rapidement identifier. Malheureusement, en voyant Shania dans l’entrée du palais, la cible est prise de panique et s’enfuie, obligeant les services secrets américains à intervenir.


Shania est certaine que l’homme qui vient de se faire arrêter devant les marches du palais n’est autre qu’Anton, son ami d’enfance. Mais que faisait-il donc ici et surtout pourquoi la police l’a-t-elle appréhendé ? Cela fait beaucoup de questions et la seule personne pouvant lui donner un début de renseignement n’est autre que Conrad. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes du tout. Considéré comme un dangereux terroriste, Anton a été envoyé dans la prison de Guantánamo, sans possibilité de visite par des personnes extérieures. Toutefois, Shania n’est pas sans ressources et si les autorités ne veulent pas la laisser le voir légalement, alors elle trouvera une autre solution, tout aussi légale : grâce à son ONG. Maître Lawson est un avocat défendant les droits des prisonniers de Guantánamo et pouvant intervenir sur demande d’une association ou de l’ONU. Quand Shania lui expose le cas d’Anton, ou plutôt une version légèrement arrangée, l’avocat n’hésite pas très longtemps et accepte de partir en compagnie de Shania pour la prison américaine sur l’île de Cuba.

JPEG - 45.9 ko

Après un bon retour aux sources avec le tome 10 “ADN”, Aymond devait confirmer sa reprise en main de la série de Jean Van Hamme. Et encore une fois, il ne nous déçoit pas. Surtout qu’il va rajouter la petite touche sexy à la James Bond qui manquait aux tomes précédents. Certes, il était difficile de faire de Shania une croqueuse d’hommes comme James est un tombeur de la gent féminine mais, par contre, lui trouver une relation amoureuse digne d’elle s’avère une excellente option. Et Aymond ne fait pas dans la demi-mesure, osant même le couple mixte, avec le bel espion noir de la CIA que Shania avait rencontré dans “ADN”. La première scène de cet album est d’ailleurs dédiée à la première soirée et première nuit entre les deux nouveaux amants. Je vous rassure tout de suite, sans trop jouer au spoiler, ce ne sera pas une histoire sans lendemain mais bien une histoire d’amour sincère et des plus sérieuses pour notre chère Shania.

Mais très vite, l’action et l’espionnage reprennent le dessus avec l’arrestation d’Anton et son envoi dans la prison de Guantánamo. A l’heure du rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis, Aymond préfère nous rappeler cette épine dans le pied de la « démocratique » amérique qu’est ce lieu de quasi non droit nommé Guantánamo. Et le portrait qu’en fera l’auteur ne sera guère flatteur, montrant des gardiens ne sachant que torturer les prisonniers et ne connaissant que la violence comme mode d’interrogatoire. Le suspens sera présent sur tout l’album qui renoue clairement avec les premiers de la série. Mais Shania a aussi mûri et est capable de mener à bien une mission en s’adaptant aux bouleversements de situation. Cette fois, les différentes agences gouvernementales vont devoir apprendre à travailler ensemble pour éviter une catastrophe au sein de la prison. Même si l’identité du traître est assez facile à trouver, Aymond joue surtout sur le côté « film d’action » tout autant que « film d’espionnage » de la série. Il nous offrira même une machine presque infernale que nos héros devront stopper avec qu’elle ne provoque la fin de Guantánamo.

Encore une fois, le dessin d’Aymond est impeccable, avec l’excellent travail de colorisation de Sébastien Gérard. A noter aussi l’effort fait sur la couverture qui nous fait oublier l’accident industriel du tome 10.

Aymond est parvenu à redresser la barre et donner un véritable second souffle à la série, en la rapprochant de plus en plus d’une formule à la James Bond loin d’être désagréable, bien au contraire.


(T11) La Faille
- Série : Lady S
- Scénario et dessins : Philippe Aymond
- Couleurs : Sébastien Gérard
- Éditeur : Dupuis
- Format : 212 x 292 mm
- Pagination : 48 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782800164458
- Dépôt légal : 20 novembre 2015
- Prix public : 12 €


A lire sur la Yozone :
Lady S (T5) Une Taupe à Washington
Lady S (T6) Salade Portugaise
Lady S (T7) Une seconde d’Éternité
Lady S (T8) Raison d’Etat
Lady S (T9) Pour la peau d’une femme
Lady S (T10) ADN


© Editions Dupuis - Tous droits réservés



Frédéric Leray
12 juin 2016







JPEG - 21.5 ko



JPEG - 30.6 ko



JPEG - 25.1 ko



JPEG - 33.5 ko