YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

60 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Mon Ami Arnie
Jeremy Behm
Syros, hors collection, roman (France), thriller, 200 pages, juin 2016, 14,95€

Ithaca, NY. Fox, 15 ans, vient encore de se faire racketter et tabasser par Craig et sa bande. Mais cette fois, c’est un peu plus grave quelques bleus et une humiliation de plus : il vient de perdre tout son argent durement gagné l’été précédent, et ne pourra pas acheter la bague à 384$ dont rêve Mia, la fille dont il est dingue. Cliff, son unique ami, qui lui sauve la peau régulièrement tout en essayant de sortir du stéréotype du grand black, tente de lui faire entendre raison (on investit pas toute sa fortune pour un premier amour !) quand arrive Arnie. Si Fox et Cliff sont des collégiens relativement lambda, Arnie est le fils à papa riche que tout le monde déteste. Et le voilà qui propose aux deux amis de profiter d’un voyage d’affaires de son père pour le cambrioler. Car en fait, il déteste son père.
Et pendant ce temps, un tueur en série, le Pretender, a fait une nouvelle victime, une charmante jeune femme qu’on a retrouvé dans la décharge municipale.


Le plan est simple, et satisfait tout le monde : avec le contenu du coffre, Fox pourra acheter sa bague, Cliff soutenir financièrement sa famille nombreuse (et éviter que ses 5 frères virent complètement voyous) et Arnie se venge d’un père froid et absent qui l’abandonne à lui-même.
Bon, là où ça commence à sentir mauvais, c’est que Todd, le bras droit de Craig, a tout entendu, et voit là une bonne occasion de remonter dans l’estime de sa brute de chef avec un coup bien au-dessus des petits rackets quotidiens.
Donc, tandis qu’Arnie sera en camp scout (parfait alibi), Fox et Cliff profiteront que l’alarme a été inopinément désactivée pour aller ouvrir le coffre avec sa combinaison aimablement fournie.
Sauf que... Vous vous doutez qu’il y a un « mais ».
Sauf que je vous dirais rien.

Jeremy Behm alterne les points de vue dans son thriller, nous glissant dans les pensées de ses ados, allant dans certains chapitres jusqu’à donner la parole au tueur en série (un malheureux incompris, qui cherche l’amour et ne tombe que sur des femmes frivoles, si c’est pas triste, tiens.) Ses ados sont ancrés dans leur époque, leur narration truffée de références contemporaines (films, jeux vidéo...) et de quelques classiques. L’auteur se met également à leur niveau intellectuel : si Fox et Cliff sont des « premiers de la classe », plutôt cultivés, ce n’est pas le cas de Craig (qui a été renvoyé) et encore moins de Todd, dont les passages sont truculents (il frappe à la « pomme des dents », entre autres). La douce Mia, en bonne ado travaillée par ses hormones, pique quelques petites crises sentimentales, passant de la fontaine de larmes à la jalouse psychopathe en quelques lignes de journal intime.
Le tout est très drôle, dans l’écriture comme dans les réactions des personnages. La promo du livre cite Tarantino, et c’est bien cet esprit qui flotte : une situation « sous contrôle » qui dérape dangereusement, d’un grand-guignol certain quand les masques tombent et qu’on se retrouve ligoté à une chaise.

La violence physique comme psychologique, de l’agression de Fox à la confrontation finale, me pousse à déconseiller le livre aux moins de 14 ans : c’est un vrai thriller, et même si les deux premiers tiers sont relativement tout publics, émois adolescents, plans sur la comète et tout ça, le dernier tiers se situe entre « Le Silence des Agneaux », « Dexter » et « Pulp Fiction ». Pas pour les gamins. Et évitez d’y puiser des idées d’activités de vacances : les barjos restent dans les livres, OK ?

On en appréciera d’autant plus la levée du mystère final, même si les plus attentifs auront flairé le rebondissement, et le retour à une certaine « normalité », même si bien sûr l’auteur ne nous laisse pas nous en tirer à si bon compte.

Un excellent thriller pour cet été, que ses petites 200 pages comme son style diablement prenant condamneront sans doute à vous tenir éveillé une longue soirée, avant de vous empêcher de dormir ! Lisez la journée, quand il fait trop chaud pour sortir. En plus, ça va vous coller des frissons, mieux que la clim’.

Pour ceux qui en redemanderaient (petits pervers psychopathes, tiens), on conseillera également la trilogie de Barry Lyga : « I Hunt Killers », « Game » et « Sang pour Sang ». Les plus âgés peuvent aller puiser dans les autres ouvrages de Jeremy Behm, publiés en Rivages/Noir.


Titre : Mon ami Arnie
Auteur : Jeremy Behm
Couverture : (photomontage)
Éditeur : Syros
Collection : hors collection
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 200
Format (en cm) : 22,5 x 15,5 x 1,8
Dépôt légal : juin 2016
ISBN : 9782748521269
Prix : 14,95 €




Nicolas Soffray
8 juin 2016







JPEG - 28.6 ko