YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

64 visiteurs en ce moment


YozoneDVD / BLU-RAY Japanimation

Garçon et la Bête (Le)
Edition Prestige 2 DVD - Kaze
27 mai 2016

Ren est un garçon de neuf ans vivant dans les rues de Shibuya. Il a rompu tout lien avec sa famille après la mort de sa mère. Alors qu’il espérait enfin revoir ce père qui les avait laissé lui et sa mère après le divorce, ses parents maternels lui apprennent que le juge le leur a confié. Mais Ren ne voulait que ce père qu’il ne connait plus et non ces inconnus qui déboulent soudainement dans sa vie. C’est ainsi que le garçon se retrouve dans la rue, avec comme seul ami une petite souris qu’il nourrit avec le peu de pain qu’il trouve de temps en temps. Ren aurait pu finir ainsi, comme un enfant abandonné, sans l’apparition de cet étrange personnage qui décide sur un coup de tète, lors d’une discussion avec son compagnon, de prendre Ren comme disciple. La main qu’il lui tend ressemble étrangement à une patte d’ours, de quoi interpeller le garçon. Et pourtant quand l’inconnu s’éloigne, Ren décide de le suivre.


En fait, c’est l’intervention de deux policiers qui pousse Ren à suivre les deux étrangers camouflés dans leur cape et leur capuche. Les voyant pénétrer dans une ruelle, Ren les suit mais la rue se transforme peu à peu en labyrinthe, ne semblant mener nulle part. Mais le destin voulait que Ren retrouve son chemin, poussé par un cheval de trait... qui devint soudain un homme cheval se tenant sur deux pattes... En fait, tous les êtres peuplant la ville où se retrouve Ren sont en réalité des hommes-animaux. Et c’est lui, le petit humain qui devient l’étranger, la créature bizarre qui attire la curiosité de tous. Heureusement, une de ces bêtes s’intéresse à lui. En fait, cet homme-animal est un ami de celui qui l’amena jusque dans la cité de Jutengai, un des deux prétendants pour devenir le futur maître de la cité : Kumatetsu. Mais ce dernier est loin d’être digne de porter ce titre et le vieux maître lui a imposé de montrer qu"il était capable de garder un disciple, juste un. Alors pourquoi pas un humain vu que ses semblables ne le supportent pas. Pourtant, il est raconté que les humains sont dangereux, gardant en eux de terribles ténèbres.

JPEG - 58.6 ko

« Le Garçon et la Bête » est le nouvel anime de Mamoru Hosoda, qui nous avait enchanté avec son magnifique « Les Enfants Loups » ou encore dans un autre style « Summer Wars ». Reprenant l’adage “on ne change pas une équipe gagne”, le réalisateur s’est de nouveau associé avec le studio Chizu qui avait mis en images « Les Enfants Loups ». C’est donc avec une certaine excitation que je découvrais « Le Garçon et la Bête », la malchance ne m’ayant pas permis de profiter de ce film sur grand écran. C’est une nouvelle fable contée avec un talent indéniable que nous offre Mamoru Hosoda, celle de deux destinées vouées à ne faire qu’une alors que les deux personnages n’auraient jamais dû se rencontrer, vivant chacun dans un monde différent. Ren est un petit garçon souffrant de la perte de sa mère mais également de l’absence d’un père les ayant laissé. Ren va trouver un père de substitution dans le plus improbable des êtres : une bête, Kumatetsu. Ce dernier vit dans un monde peuplé d’animaux anthropomorphes, où les humains sont craints car recelant en eux de terribles ténèbres. Pourtant, Kumatetsu est loin d’être l’image du père, ni même du maître alors que c’est celle-ci qu’il tente de montrer. Kumatetsu est un des deux postulants pour remplacer le vieux maître du Jutengai mais Kumatetsu est plutôt fainéant, brusque et peu affable. Alors devoir trouver un apprenti pour se montrer digne de succéder au maître apparaît comme une mission impossible. Ren est aussi un peu asocial et pourtant il va accepter de s’ouvrir à cette bête. Le film nous raconte donc le parcours initiatique des deux personnages : Ren prenant Kumatetsu comme maître et ainsi ayant une image du père et Kumatetsu apprenant ce que signifie enseigner mais surtout s’occuper de quelqu’un.

Le film se compose de deux périodes : l’enfance de Ren et son éducation par Kumatetsu, et le passage à l’age adulte et l’émancipation. La seconde période se passera principalement dans le monde des humains, avec surtout la rencontre avec ce vrai père, qui oblige Ren à se remettre en question. Evidemment, l’amour viendra également se mettre de la partie. Ren devient alors un jeune adulte classique mais sans pouvoir oublier celui que Kumatetsu a forgé. D’ailleurs la collision des deux mondes ne se fera pas sans douleur, et Mamoru Hosoda nous rappellera qu’il aime certes les “happy end” mais loin de la mièvrerie si facile à exploiter. Au contraire, il préfère un final riche en émotions, qui prend le spectateur aux tripes, quitte à lui voler une petite larme au passage.

La mise en images de l’univers du « Garçon et la Bête » est très différent des Enfants Loups car le studio Chizu a dû imaginer le monde des bêtes. Ce monde est très riche en couleurs et marquera d’entrée une rupture avec le côté plutôt sombre de Shibuya. Cet univers est très important dans l’animé, au-delà des personnages. Il faut avouer qu’ils sont eux aussi vraiment tous réussis. Le choix de l’animal dans lequel s’incarne Kumatetsu et les autres protagonistes n’est bien évidemment pas un hasard : l’ours Kumatetsu, qui nous fait penser à un Baloo du « Livre de la Jungle » s’étant mis aux arts martiaux. Pour revenir sur les décors, soyez attentifs à tous les détails car le studio Chizu a créé des correspondances entre Shibuya et Jutengai. Un travail particulier a été mené par l’équipe d’animation pour intégrer une foule réaliste dans ces décors, que ce soit une foule de japonais pressés dans Shibuya ou celle assistant à l’affrontement entre Kumatetsu et l’autre prétendant. Une réalisation vraiment impressionnante.

« Le Garçon et la Bête » parvient à nous amuser, nous émouvoir, et surtout démontre encore une fois tout le talent de conteur de Mamoru Hosoda.

Il faut également souligner la qualité des bonus de l’édition Prestige. Tout d’abord, le film durant environ deux heures, cela fait à peu près la même durée en divers bonus : des interviews des doublures voix japonaises, la classique avant-première, mais également un making of et des croquis nous montrant la création graphique des personnages. Mais ce n’est pas tout, le coffret comprend un magnifique livret nous expliquant la réalisation du film à travers l’interview de Mamoru Hosoda. Richement illustré, ce livret comprend également une nouvelle inédite du scénariste. Enfin, pour terminer l’expérience de ce film, le coffret comprend également le roman tiré du film.

Un très beau cadeau pour un très bel animé.


Le Garçon et la Bête
- Studio : Studio Chizu
- Réalisateur : Mamoru Hosoda
- Scénariste : Mamoru Hosoda
- Animation : Takaaki Yamashita, Tatsuzo Nishita
- Musique : Takagi Masakatsu
- Producteur : Seiji Okuda, Yuichiro Sato

Coffret 2 DVD
- Format image : 16/9
- Audio : Stéréo 2.0
- Langue : Japonais - Français
- Sous-titres : Français
- Éditeur : Kaze
- Durée : 230 mn
- Sortie : 27 mai 2016
- Prix public conseillé : 44,95 €

Bonus :
- Le roman écrit par Mamoru Hosoda ( 288 pages )
- Le livret collector ( inclus une nouvelle inédite écrite par Mamoru Hosoda ) ( 96 pages couleurs )
- 2h de Bonus vidéo (visite du studio Chizu, entretiens, croquis, making-of,...)


© 2015 The Boy and The Beast Film Partners
© Edition Kaze - Tous droits réservés



Frédéric Leray
1er juin 2016







JPEG - 23 ko



JPEG - 20.4 ko



JPEG - 27.7 ko



JPEG - 20.5 ko



JPEG - 22.3 ko



JPEG - 12.9 ko



JPEG - 20.5 ko



JPEG - 21.2 ko



JPEG - 26.9 ko



JPEG - 12.8 ko



JPEG - 25.9 ko



JPEG - 13.2 ko



JPEG - 21.5 ko