YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Platinum End (T1)
Tsugumi Ohba et Takeshi Obata
Kaze Shonen Up

Mirai n’espère plus rien de la vie. Il ne voulait pourtant qu’une chose simple : être heureux. Mais le destin semble s’être acharné sur lui depuis sa petite enfance. C’est très jeune qu’il perdit ses parents dans un terrible accident. Il fut alors placé chez son oncle et sa tante, mais ce n’était alors que le début de son cauchemar. Ces derniers le traitaient comme un esclave, l’obligeant à réaliser toutes les taches ménagères dont personne voulait et à dormir dans le débarras. Toutefois, sa maltraitance ne s’arrêtait pas là car ses cousins en firent leur bouc-émissaire, le torturant toujours plus. Et maintenant que Mirai s’apprête à rentrer au lycée, ses oncle et tante ne voient en lui qu’une vulgaire pompe à fric. Devant cette existence misérable, Mirai n’a plus d’espoir et ne souhaite qu’une chose : mettre fin à ses souffrances en se jetant du haut du toit de l’immeuble. Mais Dieu en avait décidé autrement ou plutôt un de ses anges...



C’est dans les bras d’un ange que Mirai reprit conscience, et non écrasé sur le sol. En fait, cet ange le suit depuis sa naissance et a décidé de lui permettre d’obtenir ce qu’il recherche le plus : être heureux. Pour cela, il lui propose deux pouvoirs : des ailes divines lui permettant de voler et se déplacer à une vitesse imperceptible par un humain, et une flèche rouge qui lui permet de se faire aimer pendant 33 jours par ceux qu’il touche avec sa pointe. Mais plus que cela, l’ange propose à Mirai de venir le nouveau Dieu. Pourtant, Mirai ne veut rien de tout cela, son rêve est des plus simples, un bonheur des plus simples : avoir un toit, un travail, une famille. Devant le scepticisme de son protégé, l’ange décide de lui révéler un terrible secret : ses parents ne sont pas morts dans un accident, mais assassinés par son oncle et sa tante pour récupérer l’héritage de la famille. Il lui serait si simple de réclamer vengeance avec les pouvoirs qu’il lui a été octroyé et le jeune homme est bel et bien traumatisé par cette révélation mais il souhaite surtout savoir s’il s’agit de la vérité de la bouche des intéressés. Une réaction qui surprend l’ange, qui pensait avoir trouvé le meilleur remplaçant... parmi les treize prétendants.

JPEG - 43.3 ko

Une série signée du plus talentueux duo de mangakas de ces dernières années, Ohba et Obata, est toujours un événement. Il aura suffit de deux séries pour que ces deux très grands noms du manga deviennent des auteurs cultes : Death Note et Bakuman. Et la couverture de leur nouveau défi ne laisse aucun doute : les deux auteurs s’apprêtent à nous offrir une nouvelle oeuvre d’exception.

Après nous avoir raconté les pérégrinations d’un duo de mangaka, Ohba et Obata reviennent enfin vers le style de manga qui les a menés au succès international : le fantastique. Et il faut l’avouer, le concept de base de “Platinum End” se rapproche de celui de Death Note, mais en franchissant un nouveau cap. Alors qu’ils avaient offert à un humain de devenir un dieu de la mort, cette fois ce n’est pas moins que devenir le nouveau Dieu qu’il décide de proposer à un simple quidam... ou plus exactement treize postulants. Pourtant, leur nouveau héros est loin d’avoir la superbe d’un Light. Mirai est un un jeune homme détruit par la perte de ses parents et la maltraitance de ses oncle et tante. Nous le découvrons d’ailleurs au moment où il choisit de se suicider. Sa rencontre avec un ange va bouleverser sa vie, mais est-ce vraiment en mieux ? Alors qu’il pensait trouver la tranquillité dans la mort, Mirai se retrouve à participer une forme de tournoi sans règle (en tout cas en apparence) pour devenir Dieu.

Ce premier tome nous présente les pouvoirs dont héritent les prétendants au titre de Dieu et ils sont assez effrayants : en plus d’une jolie paire d’ailes, ils héritent d’une flèche rouge qui vous fait aimer pendant 33 jours par sa cible ou une flèche blanche qui tue instantanément la cible. Comment seront utilisées ces deux armes par les prétendants ? Ce sera une des questions clé de cette série. En tout cas, Mirai est naturellement bon et malheureusement, sa première utilisation de la flèche rouge aura une conséquence tragique. Toutefois, il ne semble pas calculateur et influençable comme Light. Mais si notre héros répugne à faire usage de ses nouveaux pouvoirs, ce ne sera pas le cas de tous et nous allons même avoir droit à un super-héros... en apparence. Mais la justice n’est-elle pas une notion à géométrie variable ? C’était d’ailleurs un des sujets que développèrent le duo de mangakas dans Death Note mais qu’ils n’avaient pas encore poussé jusqu’au bout dans sa déclinaison. Car même si les deux mangakas semblent reprendre certains de leur thèmes fétiches, ils les présentent sous un nouveau jour, une nouvelle exploitation, avec plus de perversion.

Que dire des dessins me direz-vous ? Quelle drôle de question vous répondrais-je ! Car Takeshi Obata est tout simplement un des meilleurs de sa génération. Les traits de ses personnages sont reconnaissables entre tous, mais cette fois, après les dieux de la mort, ce sont évidemment son concept des anges qui nous laisse sans voix, avec des pleines pages et des portraits d’une force et surtout d’une imagination débordante. Le mangaka mélange l’imagerie classique des anges avec ce petit plus qui fait d’Obata un véritable dieu du dessin. Sans oublier des décors somptueux, et des personnages très expressifs aux traits caractérisant chacun à la perfection. Le mangaka se permettra même de représenter Dieu lui-même.

Le duo Ohba / Obata nous offre donc une nouvelle fois une œuvre hors normes avec “Platinum End”... Ne seraient-ils pas en fait divins ?


Platinum End (T1)
- Scénario : Tsugumi Ohba
- Dessin : Takeshi Obata
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Shonen Up
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 25 mai 2016
- Numéro ISBN  : 9782820324603
- Prix : 6,99€


PLATINUM END © 2015 by Tsugumi Ohba, Takeshi Obata / SHUEISHA Inc.
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés


Frédéric Leray
25 mai 2016






JPEG - 27.7 ko



JPEG - 35.3 ko



JPEG - 31.4 ko



JPEG - 27.5 ko



WebAnalytics