YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

60 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Pacte des suicidés (Le)
John Everson
Black Coat Press, Rivière Blanche, collection Noire, roman traduit de l’anglais (États-Unis), fantastique/horreur, 316 pages, avril 2016, 20€

Après une désillusion à Chicago où il menait une vie prometteuse de journaliste, Joe Kieran s’est réfugié à Terrel, une petite ville des États-Unis. Il y travaille pour le quotidien local. Rien de bien folichon au programme jusqu’au suicide d’un adolescent qui s’est jeté du haut d’une falaise.
Pour une fois qu’il se passe un fait sortant de l’ordinaire, il est atterré de la réaction de son supérieur qui ne désire pas y donner de l’importance. Malgré tout, sa curiosité le pousse à investiguer dessus et il découvre que Terrel’s Peak est le théâtre de nombreux suicides. En poussant ses recherches, il comprend alors l’ampleur du phénomène : depuis plusieurs années, des jeunes gens du coin y mettent fin à leur vie le même jour et pour les gens de passage, chaque Halloween amène une victime. Tueur en série, sacrifice... ? Un étrange silence entoure cette vague meurtrière.


« Le pacte des suicidés » a remporté le Bram Stoker Award 2004 du premier roman. Dans une intéressante préface, l’auteur évoque son parcours : le fait divers qui a donné le fil directeur, l’écriture en plusieurs étapes du roman, la difficulté de le publier jusqu’à ce que Delirium Books le sorte en tirage limité de 250 exemplaires, puis la victoire au Bram Stoker qui lui a enfin donné une plus grande visibilité.

En début de roman, chacun affichera le même scepticisme que Joe Kieran. Qu’est-ce qui pousse annuellement quelqu’un à se jeter du haut de Terrel’s Peak ? Il ne s’agit pas de cas isolés, mais vraiment d’un phénomène récurrent depuis des dizaines d’années. Il est difficile d’imaginer quelqu’un perpétrant ces meurtres aussi longtemps et surtout impunément, mais la voie de la raison est au moins respectée. Des indices, des gens connaissant toute l’affaire évoquent bien un étrange pacte, mais y donner foi revient à abandonner son esprit cartésien. Le lecteur le fera, avant que le journaliste n’accepte l’évidence.

John Everson signe là un roman fascinant. Toute l’horreur de la situation n’apparaît que petit à petit, la tension ne cesse de monter. En menant son enquête journalistique, Joe perd au fur et à mesure ses illusions et, une fois qu’il les a abandonnées, il prend le problème à bras-le-corps, il y est bien obligé.
La situation ne cesse de dériver, allant toujours de mal en pis. D’abord, le récit donne tous les accents d’une vie normale, d’un banal et triste suicide d’un jeune, puis naît une certaine terreur face à l’ampleur de cette vague de morts, avant une dernière partie de roman alliant l’horreur psychologique aussi bien que physique.
Le déroulement de « Covenant » s’avère diabolique, l’histoire s’empare des lecteurs, les force à s’immerger dans le drame. Tous les ingrédients sont au programme : manipulations mentales, victimes impuissantes, viols, blonde se jetant quasiment dans les bras du héros, hémoglobine... Habilement, John Everson n’a de cesse de faire monter le malaise en nous et il y parvient aisément. Pourtant le livre reste collé entre nos mains, une irrépressible curiosité malsaine nous oblige à poursuivre, à découvrir jusqu’où la situation peut aller. Le résultat est : très loin !

« Le pacte des suicidés » n’est pas de ces romans que l’on achève avant d’en commencer un autre aussi vite, comme si de rien n’était. En effet, il secoue pour le moins. S’il se suffit à lui-même, la fin reste tout de même ouverte et John Everson lui a donné une suite « Sacrifice ». Le titre donne le ton et ce second opus des aventures de Joe Kieran s’avère bien plus sanguinolent que « Covenant ».
Il est d’ailleurs à noter que l’auteur est revenu à l’élément marin avec son quatrième roman « Siren ».

John Everson est un auteur méconnu en France. Très peu de traductions, juste quelques nouvelles par-ci par-là, parfois dans des supports à faible diffusion comme “Tronche de citrouille” et “Les justiciers de l’amour” dans les fanzines « Borderline » n°8 et 20. Saluons d’autant plus cette belle initiative des éditions Rivière Blanche et de Thomas Bauduret de rendre son premier roman « Covenant » accessible en France. Et espérons bien sûr qu’elle ne sera pas isolée.

Avec « Le pacte des suicidés », John Everson livre une histoire redoutable qui happe insidieusement le lecteur. Impossible de lâcher ce bouquin, alors que le malaise ne cesse de grandir. Un roman imparable, justement couronné d’un Bram Stoker Award.


Titre : Le pacte des suicidés (Covenant, 2004)
Auteur : John Everson
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Thomas Bauduret
Couverture : Mike Hoffman
Éditeur : Black Coat Press / Rivière Blanche
Collection : Noire
Directeur de collection : Philippe Ward
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 316
Format (en cm) : 20,3 x 12,7
Dépôt légal : avril 2016
ISBN : 9781612275222
Prix : 20 €



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
21 juin 2016







JPEG - 26.1 ko
L’envoûtante édition française



JPEG - 30.9 ko
L’édition originale (Delirium Books, 2004)



JPEG - 23.6 ko
L’édition poche (Leisure Books, 2008)