YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




AOC n°40
Une publication du club Présences d’Esprits
Fanzine, n°40, SF - fantasy - fantastique, nouvelles, printemps 2016, 86 pages, 3,50€

Pour son numéro 40, « AOC » propose une sélection de textes de très bon niveau, bien supérieur aux deux dernières livraisons.



Première nouvelle, “Un jour sur Terre” de Renaud Balleyguier est une évocation réussie d’une Terre future, usée jusqu’à la corde, habitée par quelques irréductibles désenchantés qui s’acharnent à tirer du sol ou de la mer ce qui est encore possible d’y faire pousser ou ramasser. L’humanité s’est répandue entre les étoiles et la Terre n’est plus qu’une planète un peu arriérée et presque inhabitable. La rencontre entre un jeune homme du cru et une jolie touriste va donner lieu à une belle introspection. Un récit tout en touches subtiles, simplement beau.

Sur un autre registre, “Éclosion” d’Alexandra Jacquet raconte avec justesse le ressenti d’une femme victime d’une mutation forcée et sauvage. Les pulsions induites par sa nouvelle condition et les efforts qu’elle déploie pour les combattre sont au cœur de cette histoire bien construite et efficace. Ce texte renouvelle sans en avoir l’air un thème plus que classique.

“Une sale nuit d’hiver” de Guillaume Capitan nous transporte dans un tout autre univers : celui de la mafia américaine. Un trio de truands doit faire appliquer les règles édictées par l’organisation et collecter les « taxes » auprès des commerçants. L’installation d’un nouveau venu va leur causer quelques soucis... On retiendra de ce récit le très bon travail d’évocation des personnages que l’on visualise parfaitement et dont les ressorts internes sont démontés et remontés avec talent.

“Suzy” de Thomas Baronheid est une androïde de dernière génération offerte par le meilleur ami de Christopher pour le tirer de la dépression dans laquelle il s’enfonce depuis la disparition de sa bien-aimée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Suzy ne respecte pas les lois de la robotique d’Asimov. Une belle histoire, bien ficelée, avec une vraie chute inattendue, que demander de mieux ?

“Moi, cauchemar” d’Olivier Jarrige est à mon avis le texte le plus faible de ce numéro. Je l’ai trouvé un peu décousu, et l’on peine à s’identifier au personnage et à rentrer dans son cauchemar. Peut-être que ce genre de rêve est trop personnel pour être partagé par autrui ?

Ce numéro s’achève avec “Monologue” de Xavier Portebois. Le début en est un peu laborieux, mais tout s’accélère très vite dans cette histoire d’un magnat futur en fin de vie qui cherche à faire d’une intelligence artificielle l’héritière de son empire. Cependant, dès que ce programme entrevoit le pouvoir dont il sera le détenteur, il perd patience et décide d’occire son donneur d’ordre pour précipiter cette échéance. Nous avons là une belle démonstration des rapports homme/machine et des problématiques qui peuvent en découler.

Saluons au passage la couverture poétique de Cyril Rolando. Un excellent numéro d’« AOC » donc qui, à l’instar de ses confrères, œuvre avec ténacité pour donner à de jeunes talents un espace d’expression. Il y a donc aujourd’hui en France une véritable offre en termes de revues semi-professionnelles de SFFF. Il est juste malheureux qu’aucun éditeur d’importance n’ait pris le relais d’Anticipation pour permettre de transformer l’essai. Ah, si seulement Rivière Blanche pouvait bénéficier d’une diffusion grand public !


Titre : AOC
Numéro : 40
Directeur de la publication : Jocelyn Talureau.
Rédacteur en chef : Olivier Bourdy
Couverture : Cyril Rolando
Type : fanzine
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : le club Présences d’Esprits ; le numéro 40
Période : printemps 2016
Périodicité : trimestrielle
ISSN : 1772-3442
Dimensions (en cm) : 12,9 x 19,7
Pages : 86
Prix : 3,50 €



Didier Reboussin
4 juin 2016






JPEG - 31.9 ko



WebAnalytics