YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

49 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Brèves

L’Art de revenir à la vie
Le nouveau roman de Martin Page
Seuil, fiction, avril 2014, 14 euros

Martin Page, une littérature (parfois) sérieuse, ou tout du moins littérature « blanche », versus Pit Agarmen, anagramme et pseudonyme assez transparent pour une littérature plutôt dit « de genre » dont nous avions précédemment chroniqué la veine zombiesque avec « La Nuit a dévoré le monde. » Le voici donc de retour au Seuil pour un récit oscillant sur la frontière poreuse entre réel et fiction.


La présentation de l’éditeur :

« Martin, le narrateur, vient d’avoir quarante ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Il loge chez un ami artiste qui lui prête son appartement. Il y découvre la dernière oeuvre de celui-ci : un sarcophage de métal curieusement titré : « Machine à remonter le temps ». Il s’y glisse et s’y endort. Le voilà revenu, 29 ans plus tôt, dans la ville de sa jeunesse, face à un double de lui-même alors âgé de 12 ans. Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l’adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille. Le projet de film est annulé et les exigences de la cinéaste deviennent pour le moins surprenantes. Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune moi poursuivent l’échange. Le quadragénaire cherche à donner des conseils au jeune ado, en échange de nouvelles sur son propre avenir. Mais la relation se complique : décidément, ce double-là a l’esprit de contradiction, au point de mettre Martin, qui ne désire que l’aider, en difficulté, dans sa vie réelle comme dans l’autre, la vie rêvée. Que faire du passé ? Comment être fidèle à l’enfant que l’on a été ? Sous des dehors volontiers humoristiques et fantasques, L’art de revenir à la vie met en scène les concessions, les négociations et le bricolage qui président à notre existence. »

Martin Page alias Pit Agarmen sur la Yozone :
- « La Nuit a dévoré le monde »
- « Je suis un dragon »



Hilaire Alrune
3 mai 2016







JPEG - 10.4 ko