YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

36 visiteurs en ce moment


YozoneMusique Brèves

RIP : Prince Rogers Nelson
Le Kid de Minneapolis s’est éteint à l’âge de 57 ans.
21 avril 2016

Connu pour son cumul des casquettes de producteur, auteur, compositeur, arrangeur et performeur sur ses albums, et ses talents de danseur largement mis en contribution lors de prestations scéniques hors normes, Prince Rogers Nelson a été trouvé mort le 21 avril 2016 à Paisley Park, son studio d’enregistrement et sa résidence dans le Minnesota


Si nous devions définir Prince en un seul mot ce serait sans hésitation : Génie.

Prince est né le 7 juin 1958 sous le nom de Prince Rogers Nelson à Minneapolis dans le Minnesota.
Il est l’homme aux femmes et aux pseudos avec plus de dix connus à son actif dont le plus célèbre le pictogramme Love Symbol.

Prince a révolutionné la Funk. Il était un orchestre à lui tout seul. Il aimait expérimenter la musique, la distendre, la rendre vivante. Il poussait son art au plus loin des frontières. Il fut un des premiers à tester la diffusion sur internet.

Prince explose en 1979 avec son single « I Wanna Be Your Lover ». Dans les années 80, il touche les étoiles avec la sortie de « 1999 », pour ensuite atteindre le firmament, en 1984, avec son album- film « Purple Rain » dont la chanson titre sera couronnée par un Oscar de la meilleure chanson de film.
S’en suivront les albums « Around The World in a Day », « Parade », « Sign O" The Times » avec des tubes comme « Raspberry Beret », « Somtimes it snows in april », « Kiss », et tant d’autres que je ne saurais tous les citer.

Mais, en dépit de ses succès (l’album « Diamonds and Pearls » (1991) se vend à 6 millions d’exemplaire), Prince, qui tient à conserver le contrôle total de son art, entre en conflit avec sa maison de disque, la Warner Bros.
Maison qu’il quittera définitivement en 1996, comme l’indique le titre de son album, « Emancipation », sorti chez EMI.

En 2004, l’expérience « Musicology » permet à Prince de renouer avec son public. Si mes souvenirs sont bons, c’est dans cet album que Prince avait joué les Willy Wonka en y glissant des Purple Tickets. Ces derniers étaient le Saint Graal ultime pour tous les fans. Un concert privé dans la demeure de Prince à Minneapolis.

N’oublions pas de retenir son amour fou de jouer. Après le concert au Stade de France le 30 juin 2011, où le show avait duré 3 heures avec en final un hommage émouvant à Michael Jackson, Prince s’est rendu dans un bar parisien... pour jouer.

D’ailleurs, dernièrement, il a joué dans plusieurs pubs londoniens pour éprouver son art et se retrouver au plus proche de son public. Il devait jouer à Paris le 5 décembre dernier à l’opéra Garnier avec un piano, seul en scène. Les attentats terroristes ont eu raison de cet événement.

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition du Kid de Minneapolis. Restera sa musique.



Ingrid Etienne
22 avril 2016







JPEG - 13.9 ko



JPEG - 9.3 ko



JPEG - 14.9 ko



JPEG - 7.7 ko