YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Voitures de légende (T3) La Coccinelle
Nolane & Vladetic
Soleil

Juin 1974 : Valéry Giscard d’Estaing est président de la république, le choc pétrolier sévit avec la flambée du prix de l’essence, les missiles nucléaires du plateau d’Albion servent à la dissuasion, les hippies vivent dans l’esprit Peace & Love et Sabine se rend à un concert d’Heavy Metal. Elle est connue dans son coin du Lubéron, notamment avec sa Coccinelle noire et son chat qui l’accompagne partout. Le groupe qui chante, ou plutôt explose les tympans du public, va l’entraîner à la recherche d’une Coccinelle décapotable de 1937, mais pas n’importe laquelle, celle d’Himmler.
Ce ne sont d’ailleurs pas les seuls à la vouloir...



Richard D. Nolane laisse libre cours à son imagination et n’hésite pas à lancer “La Coccinelle” sur des routes improbables. Le concert auquel se rend Sabine est celui du groupe « Lüger et Paix » - tout un programme !- et choix loin d’être innocent à la vue de la bibliographie BD de Nolane (série de 2 albums en 1987 et 1989, regroupée en un seul en 1995). Et que dire de Gordon, le chat de Sabine, genre Maine Coon de belle taille qui nous fait partager ses pensées et à qui il ne manque que la parole ? C’est un des personnages à part entière de cette bande dessinée qui s’attache à retracer l’histoire de la Coccinelle sur fond d’aventures. Cette voiture mythique est née sous la volonté d’Adolf Hitler d’offrir aux Allemands une voiture du peuple (Volkswagen en allemand), comme a pu l’être la Ford T pour les Américains, ce que la première page explique très bien.

JPEG - 48.4 ko

L’exemplaire personnel d’Himmler, une version décapotable, attire beaucoup de monde. Où est-elle ? La méthode pour la retrouver s’avère savoureuse, le lieu rajoute encore à la dimension humoristique. La fin n’est pas en reste avec en guest star un Lino Ventura nous ramenant aux films d’Audiard !
L’histoire est particulièrement jouissive, car elle n’est pas à prendre au sérieux, et fait rapidement oublier le dessin qui n’est pas des plus aboutis.
En effet, les traits des visages ne sont pas toujours très affirmés, les cases apparaissent souvent surchargées au détriment de l’essentiel, Gordon semble souvent brouillon... Le dessin est pour le moins inégal mais ne dessert en rien “La Coccinelle”. Plongé dans la lecture, il passe très bien, mais en feuilletant l’album, les quelques défauts sont beaucoup plus flagrants. Il n’empêche que Vladetic fait déjà montre de belles dispositions qui laissent présager d’une bonne marge de progression.

JPEG - 34.7 ko

En plus de nous faire passer un très bon moment de lecture, “La Coccinelle” nous replonge dans les années 70, esquissant bien les événements marquants de l’époque sans surcharger le récit. Richard D. Nolane réussit parfaitement à présenter cette mythique voiture, tout en divertissant de la plus belle manière le lectorat à force clins d’œil et trouvailles. Il nous offre une belle galerie de personnages, avec des truands à la petite semaine se faisant doubler par plus forts et retors qu’eux. Malgré quelques petites réserves, Zeljko Vladetic met cette imagination sans limite en images de belle manière, pour une première prometteuse.

La Coccinelle est un véhicule au capital sympathie intact et ce troisième tome de la série “Voitures de légende”, agrémenté d’un dossier sur la Cox, lui offre une belle tribune, se voulant aussi le reflet des années 70.


(T3) La Coccinelle
- Série : Voitures de légende
- Scénario : Richard D. Nolane
- Dessin  : Zeljko Vladetic
- Couleurs : Filippo Rizzu
- Éditeur : Soleil
- Collection : Aventure
- Dépôt légal : 21 octobre 2015
- Format : 23,4 x 32,3 cm
- Pagination : 48 pages couleurs + dossier de 8 pages
- Numéro ISBN : 978-2-302-04296-4
- Prix public : 14,95 €


© Soleil, Nolane & Vladetic - Tous droits réservés


À lire sur la Yozone :
Voitures de légende (T1) La DS


François Schnebelen
14 avril 2016






JPEG - 36.1 ko



JPEG - 40.5 ko



JPEG - 31.9 ko



JPEG - 23.9 ko



JPEG - 22.9 ko



WebAnalytics