YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

49 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Camp (Le)
Christophe Nicolas
Fleuve, Outre Fleuve, thriller, 397 pages, mars 2016, 19,90€


Le Lieu-dit La Draille, quelque part dans le Sud de la France. Cyril accompagne Flora, une amie, qui déménage pour s’y installer dans une vieille maison. Son épouse, Marie, doit venir les y retrouver le lendemain. Mais lorsqu’elle arrive à la Draille, tous les habitants en ont disparu.

Dès lors, c’est une bien étrange aventure que vivent les uns et les autres. Cyril et Flora se réveillent avec les autres habitants de la Draille, séquestrés dans un vaste parallélépipède sans issue. Ils sont nourris par un aliment composite apparaissant dans des bacs. En fin de journée, ils sont gazés, et le lendemain se réveillent propres dans le même parallélépipède nettoyé de leurs déjections. Durant quelques jours et quelques nuits, le petit groupe survit tant bien que mal, entre questions et tensions. Puis, un matin, ils se réveillent dans le cimetière de La Draille. Et font d’effarantes découvertes. Alors que selon eux quelques jours à peine ont passé, ce sont en fait sept mois qui se sont écoulés. Le monde a changé.

Marie, elle, a suivi un moment l’enquête, a vu les gendarmes piétiner, ne trouver nulle explication plausible à la disparition des habitants du hameau. Seul Francis Le Gall, un vieux gendarme en retraite a bien quelques idées, mais elles paraissent délirantes. Il semble qu’il ait un peu perdu l’esprit depuis son enquête, six ans auparavant, au sujet d’un jeune homme retrouvé mort de froid, pâle et maigre comme s’il avait fait un séjour prolongé sous terre, et dont la piste remontait au camp militaire proche. Il y serait entré malgré le secret-défense et ce qu’il y aurait vu l’aurait transformé.

Pour Marie, les choses ne s’arrêtent pas là. Montpellier est frappé par une sorte de météore, les survivants évacués par l’armée. Même sort pour d’autre villes, entre Sète, Millau, Bollène, Arles et Nîmes. Mais que deviennent ces survivants ? Parqués dans des camps dont on ne sait pas vraiment s’ils sont de réfugiés, de transit, de rétention, de concentration. Les ombres troubles de l’Histoire planent sur ces lieux étranges. Et l’on ne sait pas non plus ce que deviennent ceux qui sont appelés à en sortir. Où sont-ils emmenés ?

On le devine : les aventures de Cyril et des autres habitants du Draille, celles des rescapés des villes touchées enfermés dans les camps et celles de ceux qui ont échappé aux militaires et sont restés dans les zones dites évacuées vont finir par confluer vers une vérité stupéfiante, hideuse, qui n’est pas sans rapport avec la longue quête du gendarme Francis Le Gall. Une vérité qui mêle épouvante et science-fiction.

Avec « Le Camp », Christophe Nicolas met en scène une série de personnages le plus souvent ordinaires confrontés à une série de phénomènes inquiétants et inexplicables, minimes au départ, puis d’une envergure sans cesse croissante. Il installe des ambiances d’incompréhension, de paranoïa, de complot et de conspirations qui ne vont pas sans rappeler les classiques du genre. Avec une écriture simple et fluide, en cinquante-deux chapitres courts, il fait progresser les quêtes respectives de ses personnages sans temps mort.

Si « Le Camp » apparaît comme un roman honorable, reste que l’on en attendait tout de même un peu plus. L’intrigue demeure trop ténue et trop linéaire pour véritablement emporter. Elle est celle d’un épisode plutôt que d’un véritable roman, et c’est en effet surtout à une série télévisée que « Le Camp » fait penser : un métrage soigné à la X-Files, ou même un vieux feuilleton SF façon années cinquante, la thématique globale évoquant à la fois les « pulps » et les craintes de l’âge d’or du genre, pour une histoire qui, à quelques détails près, aurait tout aussi bien pu se dérouler dans ces décennies révolues. Un aspect légèrement suranné qui est sans doute voulu, et une orientation vers des ambiances télévisuelles qui vient en adéquation avec les autres volumes de la nouvelle collection Outre Fleuve, dans laquelle figure également une série par épisodes, «  Yesterday’s gone »


Titre : Le Camp
Auteur : Christophe Nicolas
Couverture : Jamel Ben Mahammed / Manuel Mayr / Arcangel Images
Éditeur : Fleuve
Collection : Outre Fleuve
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 397
Format (en cm) : 14 x 21
Dépôt légal : mars 2016
ISBN : 9782265115750
Prix : 19,90 €



Christophe Nicolas sur la Yozone :
- Projet Harmonie



Hilaire Alrune
21 avril 2016







JPEG - 17.5 ko