YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

55 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Bordemarge
Emmanuelle Nuncq
Castelmore, roman (France), aventures romanesques transmondes, 320 pages, avril 2012, 15,20€

Au royaume de papier de Bordemarge, Roxane, la fille du roi, est en fuite, échappant à l’infâme usurpateur Silas et à Angus Khaltourine, son âme damnée, qu’elle a de nombreuses fois affrontée en duel. Poursuivie une nouvelle fois, elle trouve refuge dans la caravane de roulottes de l’Orfèvre, un vieil infirme également inventeur de machines incroyables.
Pour échapper au cruel pirate, Roxane plonge à travers un tableau, et déboule de l’autre côté sur Violette, bibliothécaire dépressive à Allancourt. Échangeant ses vêtements avec la jeune femme, elle échappe aux sbires de Khaltourine qui enlèvent Violette à sa place ! Mais voilà, à Bordemarge le tableau est rangé dans un placard, l’empêchant de revenir.
Pendant ce temps, Violette, qui trouvait sa vie fade, découvre un monde fabuleux... mais factice, car nous sommes dans un roman !


Il y a longtemps que ce « Bordemarge » me faisait de l’œil, avec sa couverture signée Boulet mais surtout son intrigue qui n’est pas sans rappeler des désormais classiques comme « L’histoire sans fin » de Michael Ende ou l’excellente trilogie « Coeur d’encre » de Cornélia Funke. Ici, Emmanuelle Nuncq pousse encore davantage le jeu et la réflexion à propos d’un univers de papier, figé ; tel qu’il a été écrit, que ses « envahisseurs » humains enrichissent par leur seule présence.

Une histoire de famille sous-tend l’intrigue de cape et d’épée. Ainsi qu’on le découvre dans le prologue, le père de Violette est retourné à Bordemarge via le tableau, laissant Éléonore, sa mère enceinte, à la bibliothèque d’Allancourt. Mais Éléonore a elle aussi vécu à Bordemarge, ainsi qu’on le comprendra vite devant le trouble de Khaltourine qui, confronté à une Violette débarrassée de son jean noir au profit d’une robe, lui rappellera son amour disparu. Tous les codes romantiques du roman de cape et d’épée sont là, vibrant hommage à « Cyrano » ou aux « Trois Mousquetaires ».
Roxane réussira tout de même à retourner à Bordemarge, emmenant avec elle Christian, le farfelu collègue de Violette, scientifique reconverti dans l’animation pour les enfants, qui découvre le royaume comme un gamin lâché dans un parc d’attractions. Mais son esprit cartésien sera le fil principal de la compréhension de ce monde, de ses règles immuables (les gentils s’échappent toujours in extremis, les méchants font une tirade, le duel final à toujours lieu.. chut !) comme des modifications qu’ils y apportent (les livres jusqu’alors vierges se remplissent des romans qu’ils ont lus et aimés...), de leur seule présence d’êtres humains et non de simples personnages plus ou moins archétypaux. Ces derniers étant eux-mêmes lentement contaminés par leur (mauvaise) fréquentation, à l’instar de Khaltourine dont le rôle se met à évoluer grandement.

On remarquera également la réflexion autour du temps, dans un Bordemarge immuable, avec toutes les conséquences que cela peut avoir, ou pas. Personne ne vieillit. Personne ne se souvient avoir été plus jeune. Je ne vous en dis pas plus.

Emmanuelle Nuncq réussit un adroit mélange d’hommage au genre et de parodie respectueuse. Le lecteur qui ne se laisserait pas entraîner par la magie de « Bordemarge » pestera quelque temps contre ces personnages qui ne voient pas l’évidence leur crever les yeux, au point que c’en est tantôt drôle, mais le plus souvent émouvant. Violette, liée à différents personnages, fait des ravages scénaristiques par sa seule présence. Le roman se conclut heureusement, comme toute bonne histoire, avant des séparations nécessaires : chacun devrait regagner son monde... mais tous ont trouvé des raisons de ne pas le faire. Et ainsi l’histoire ne s’arrêtera pas...

Si comme moi vous avez trop tardé à découvrir « Bordemarge »... corrigez au plus vite cette erreur !

Il existe une préquelle, « Les Chercheurs de temps », et depuis cet automne une suite, « Novalys », disponibles uniquement (en numérique surtout) via Amazon.


Titre : Bordemarge
Auteur : Emmanuelle Nuncq
Couverture : Boulet
Éditeur : Castelmore
Site Internet : fiche du roman
Pages : 320
Format (en cm) : 20 x 13 x2
Dépôt légal : avril 2012
ISBN : 9782362310454
Prix : 15,20 € ou en epub à 7,99€




Nicolas Soffray
2 avril 2016







JPEG - 52.9 ko