YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

34 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Albums

Chroniques d’Arawn (Les) (T1) L’Ile des Géants
Ronan Le Breton et Tomas Giorello
Soleil

Arawn, pleurant sa bien-aimée Deirdre, pense au passé et à ce qui a poussé Math à commettre ce meurtre.
Il nous raconte alors le périple de son frère sur l’Ile d’Erin et nous fait découvrir ce qui a contribué à forger la légende de cet être cruel et insensible.
De son amour perdu à ses batailles gagnées, l’ascension de Math ne manque pas d’aventures, ni de sang.


A la fois intéressantes d’une point de vue tant scénaristique que mercantile, « Les Chroniques d’Arawn » creusent les zones d’ombre de la saga principale de Ronan Le Breton. En effet, entre moments juste survolés et personnages à peine présentés, il y a de quoi épiloguer autour de la belle série celtique.

Et c’est Math, le maléfique demi-frère du Seigneur de la Terre Brûlée, qui inaugure avec ce premier one-shot.

Arawn se fait le conteur de l’histoire de son plus féroce adversaire, narrant son ascension au pouvoir sur l’île d’Erin. D’un caractère brutal et vindicatif, le personnage principal n’a rien de vraiment attachant. La colère et l’ambition sont les moteurs de sa fulgurante réussite, avec une pointe d’aide divine tout de même.

Fulgurant, le récit l’est tout autant. Les 31 pages qui séparent le naufrage de Math de son accession au trône s’écoulent comme un rien, d’autant qu’elles incluent perte d’un amour absolu, éradication d’une race légendaire, épreuve d’un oracle divin et, bien sûr, batailles épiques. De fait, on se retrouve spectateur très passif d’une histoire de fantasy bateau, l’absence de pics émotionnels pointant cruellement le manque d’inventivité du scénario.

JPEG - 59.8 ko

Malgré ces grosses lacunes, on passe quand même un moment assez agréable, le contexte mythologique et quelques trouvailles restant intéressants. La première bataille contre Coichenn, le monstre des profondeurs, la rencontre avec la race des Fommhoirés, créatures marginales de la mythologie celtique irlandaise, ou encore l’œil de Balor sont quelques éléments qui rehaussent la saveur un peu trop fade de cet album.

Côté dessin, c’est à Tomas Giorello qu’incombe la lourde tâche de relayer Sébastien Grenier. De fait, son trait un peu old-school est plutôt plaisant et approprié, ses femmes aussi pulpeuses que dénudées et ses héros musculeux faisant honneur au genre.

L’aspect graphique qui souffre le plus de la comparaison avec « Arawn » est la mise en couleur. Travaillées, nuancées, avec des textures chaleureuses dans l’original, elles sont ici d’un numérique froid qui fait une réelle différence. Alors qu’elles participent activement à l’ambiance et à l’univers des dessins de Grenier, elles desservent ici le trait de Tomas Giorello et renforce le côté « vite-fait » de l’album.

Un bilan très moyen donc pour ce premier opus des « Chroniques d’Arawn ». Les fans inconditionnels ou peu exigeants pourront y trouver leur compte, les autres auront surement mieux à lire. Peut-être les prochains opus renverseront-ils la tendance ?


(T1) L’Ile des Géants
- Série : Les Chroniques d’Arawn
- Scénario : Ronan Le Breton
- Dessins : Tomas Giorello
- Couleurs : Oigikore Studios
- Éditeur : Soleil
- Collection : Soleil Celtic
- Format : 23,4 x 32,3 cm
- Pagination : 48 pages couleur
- Dépôt légal : 19 septembre 2012
- Numéro ISBN : 978-2-302-01781-8
- Prix public : 14,50 €


Illustrations © MC Productions / Le Breton / Giorello



Myriam Bouchet
7 avril 2016







JPEG - 62 ko



JPEG - 62 ko



JPEG - 62.7 ko



JPEG - 38.9 ko