YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Walking Dead (T23) Murmures
Robert Kirkman, Charlie Adlard, Gaudiano et Rathburn
Delcourt

Carl a choisi d’apprendre le métier de forgeron et de migrer dans la colonie de la colline. Même s’il a beaucoup de mal à s’y faire, Rick a fini par l’accepter et repart de son côté. Si son retour a mis mal à l’aise Anna dans un premier temps, la jeune fille s’est livrée sur le papier et a tenté d’exprimer ce qu’elle ressentait. Et si son style est hésitant, cela suffit à remonter le moral du jeune homme. Toutefois, Anna n’a pas que des amis dans la colonie et la position de Maggie, sa mère adoptive, fait des jaloux dont Gregory, l’ancien chef de la communauté. Un groupe de jeunes qu’Anna avait humiliés décide de lui donner une leçon d’une extrême violence, agressant d’abord Carl pour le faire fuir. Surpassée par le nombre, la jeune fille est sur le point d’être violée quand Carl revient armé d’une pelle et démoli les assaillants. Il s’arrête en laissant les jeunes à moitié morts, mais quand il ramène Anna à sa mère, la jeune fille s’évanouit.



Le groupe de Dante n’est pas rentré de sa ronde à la frontière du territoire de la colline. Jésus part à son tour en repérage. Le groupe surveillant la frontière a perdu un de ses membres, un peu trop curieux, et leurs recherches les poussent trop en avant dans la zone non explorée au goût de Jésus. Et ce dernier a raison de se méfier car ils sont agressés par des morts-vivants non seulement armés mais parlant. Peu importe, Jésus est prêt à vendre chèrement sa peau, tuant tous les marcheurs à sa portée mais quand certains se mettent à crier de douleur, le doute s’installe : que peuvent bien être ces zombies qui ressentent la douleur ? Il ne tardera pas à le savoir car le dernier survivant le prie de ne pas le tuer. Ramené à la colline et sans son masque, le zombie s’avère être une jeune femme, se disant être une chuchoteuse qui a appris à se mêler aux morts-vivants, les suivant dans leurs déplacements, imprégnée de leur odeur pour ne pas être repérée.

JPEG - 38.4 ko

Comme le fait comprendre la couverture de ce tome 23 de “Walking Dead”, ce volume est dédié au fils de Rick : Carl. Il faut avouer que le garçon est un personnage très ambigu et cela depuis pas mal de temps. Souvenez-vous, il n’avait pas hésité à tuer un autre enfant qui mettait le groupe en danger et il avait défié ouvertement Negan. Carl est psychologiquement très déséquilibré et le début du tome nous le rappelle de la plus violente des façons. En effet, personne n’imaginait Carl fuir devant un groupe d’ados et abandonner son amie, par contre qu’il soit à la limite de les tuer à coups de pelle est une autre paire de manches. Il fallait donc lui trouver un personnage à la hauteur de sa folie latente et ce sera la jeune Lydia qui prendra ce rôle. Commence alors une romance des plus étranges mais qui saura tenir en haleine le lecteur car il est impossible de savoir si la jeune fille joue avec les sentiments de Carl ou si elle est vraiment attirée par lui. De plus, si Carl éprouve quelque chose pour Lydia, il lui rappelle qu’il la tuera sans hésitation si elle s’en prend aux siens. Tout rapproche les deux ados : l’univers pervers dans lequel ils ont vécu, le fait qu’ils ont tué pour survivre et qu’ils en sont toujours capables.

Ce tome 23 est certainement un des plus subversifs que Robert Kirkman ait écrit, au point que l’on se demande si il est vraiment le scénariste de ce dernier. Bon, je suis peut-être méchant mais les déceptions précédentes expliquent ma surprise en lisant ce tome. Viol, homosexualité totalement assumée, perversion, ce volume cumule en plus d’une centaine de pages plus de politiquement incorrect que dix volumes antérieurs. Et je serai bien de mauvaise foi de le critiquer, bien au contraire. Ce tome est tout bonnement un des meilleurs depuis bien longtemps. Robert Kirkman sort de ses intrigues préfabriquées, sans suspense. Cette fois, il contrecarre des plans cousus de fils blancs comme pour nous dire : « vous voyez, les méchants ne gagnent pas toujours au départ, je peux également leur mettre une rouste ». Et c’est tout ce que l’on pouvait demander, surtout que cela permet de créer des fils rouges plus intéressants, comme celui de l’amourette entre Carl et Lydia qui ouvrira sur un excellent cliffhanger. On pourrait presque rapprocher la relation entre les membres de la communauté de la colline et les chuchoteurs, ces humains travestis en zombies, avec celle des cowboys et des indiens. Les sédentaires contre les nomades.

Charlie Adlard se voit offrir une occasion en or pour développer des personnages, jouer sur leur ambiguïté par des sourires, des mimiques qui mèneront le lecteur vers des fausses pistes ou au contraire de faux leurres. Les réactions des personnages sont très émotionnelles et elles sont parfaitement rendues par Adlard qui peut montrer toute l’étendue de son talent, tout en mettant en scène quelques zombies au passage.

Les gens heureux n’ont pas d’histoire, et ceux de “Walking Dead” ne sont pas prêts de trouver le bonheur.


(T23) Murmures
- Série : Walking Dead
- Scénario  : Robert Kirkman
- Dessin et encrage : Charlie Adlard, Stefano Gaudiano
- Trames et niveaux de gris : Cliff Rathburn
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Contrebande
- Format : 167x257 mm
- Pagination : 168 pages
- Numéro ISBN : 978-2756069883
- Dépôt légal : 16 septembre 2015
- Prix public : 14,95 €


A lire sur la Yozone :
Walking Dead (T1)
Walking Dead (T2)
Walking Dead (T3)
Walking Dead (T4)
Walking Dead (T5)
Walking Dead (T6)
Walking Dead (T7)
Walking Dead (T8)
Walking Dead (T9)
Walking Dead (T10)
Walking Dead (T11)
Walking Dead (T12)
Walking Dead (T13)
Walking Dead (T14)
Walking Dead (T15)
Walking Dead (T16)
Walking Dead (T17)
Walking Dead (T18)
Walking Dead (T19)
Walking Dead (T20)
Walking Dead (T21)
Walking Dead (T22)
Walking Dead, Art Book
Walking Dead : Le guide de A à Z


© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Frédéric Leray
5 mars 2016






JPEG - 25.1 ko



JPEG - 33.5 ko



JPEG - 37.8 ko



JPEG - 27.5 ko



WebAnalytics