YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Abyss (T1)
Ryuhaku Nagata
Soleil Manga

Où a-t-il atterri ? Hibiki Dan ne se rappelle pas comment il a pu arriver dans ce couloir, où croupit une lame d’eau. Dans sa main, il tient une étrange manette. A quoi sert-elle ? Il n’en a aucune idée et le bouton servant d’interrupteur ne semble pas fonctionner. Sa tranquillité ne sera pas de longue durée car il n’est pas seul dans ce couloir, une créature monstrueuse lui tient compagnie et ses intentions ne semblent pas du tout bienveillantes. Il est sauvé in extremis par un groupe de jeunes gens, retenus dans ce labyrinthe comme lui. Mais ces derniers en savent bien plus sur ce lieu où ils sont prisonniers depuis quelques temps. Tout comme Dan, ils ne se souviennent pas comment ni pourquoi ils ont atterri dans ce terrain de jeu ou plutôt de garde-manger pour celui qu’il nomme le Eatman. Ils vont même lui expliquer à quoi servent les Triggers. En appuyant sur le bouton, chaque manette donne l’espace d’un instant un pouvoir particulier : télékinésie, radar, télépathie... Mais quel est le pouvoir de Dan ?



Un copycat, un copieur de pouvoir, telle la capacité du Trigger de Dan. Il lui suffit de toucher quelqu’un pour lui emprunter la capacité du Trigger, mais s’il s’en éloigne, il perd le pouvoir. Mais est-ce suffisant pour vaincre un Eatman ? La tentative d’évasion du porteur d’un Trigger de puissance prouve bien que non. Toutefois, Dan est un véritable stratège. Grace au radar et au pouvoir du défunt, il compte bien tendre un piège au Eatman, ou plutôt créer une diversion. Son plan est des plus simples : attirer le Eatman à l’opposé de la sortie et permettre aux autres prisonniers de s’enfuir. Il ne lui restera plus qu’à piquer un sprint à travers les murs des différentes salles pour échapper au Eatman. Et son plan semble parfaitement fonctionner. Le Eatman mord à son hameçon et la course contre la montre peut alors commencer. Les voila enfin devant la porte devant les mener à l’extérieur, mais celle-ci s’ouvre sur un autre couloir qui lui-même débouche sur une nouvelle salle où les attend un Eatman femelle...

JPEG - 56.1 ko

“Abyss” entre dans la longue série des mangas s’inspirant de Saw et de Labyrinthe. Mais plutôt que se retrouver avec un doppelgänger façon Doubt, Ryuhaku Nagata nous entraîne dans une sorte de base souterraine peuplée de créatures à la férocité d’un alien. Pour une première série, le mangaka s’attaque à un style plutôt casse-cou. Certes, ce premier tome est une mise en bouche intéressante : cinq jeunes se retrouvent enfermés dans une sorte de souterrain avec des monstres et risquent leur vie pour s’en enfuir. A leur disposition, des gâchettes leur octroyant un pouvoir spécifique pour tenter cette évasion. Pourquoi se retrouvent-ils dans ce huis clos ? Nous n’en saurons rien pour l’instant, ce qui est des plus logiques pour un premier tome. Les personnages sont sympathiques mais pour le moment, à l’exception de Dan, peu parviennent à tirer leur épingle du jeu. Il faut avouer que Ryuhaku Nagata mise énormément sur son couple de héros Sakura - Dan. Les trois-quarts de ce volume leur sont destinés et tout est fait pour mettre en avant les capacités de stratège de Dan. Mais il y a aussi cette petite voix qui le pousse à protéger Sakura. La ressemblance avec Le Labyrinthe devient alors plus importante, même si le contexte diffère fortement.

Graphiquement, Ryuhaku Nagata offre des personnages très propres, même si l’homogénéité des traits fluctue un peu. Le design de ses Eatmen vaut le détour, toutefois globalement, ce style de monstres n’est pas totalement original. Ce qui est intéressant est surtout la variation des styles de créatures qui feront face à nos héros, commençant par une sorte de sangsue humanoïde pour finir avec un véritable titan. Le « survival horror » peut commencer, une course poursuite sans vraiment de temps mort, hormis celui qui permet de présenter les personnages. Le suspens est bien maintenu, les décors varient assez pour offrir des stratégies très différentes pour vaincre les créatures ou les éviter. Avec un rythme très soutenu, les cases petites et moyennes sont légion, donnant l’impression que l’histoire se déroule bien rapidement, accumulant nombre d’informations.

Difficile d’en dire plus sur cette série qui joue énormément sur les rebondissements, les situations stressantes et surtout une atmosphère anxiogène assez bien rendue. “Abyss” est une série qui peut nous offrir le meilleur comme le pire car ce style de manga est vraiment casse-gueule si la conclusion n’est pas à la hauteur du suspens généré.


Abyss (T1)
- Auteur : Ryuhaku Nagata
- Traducteur  : Sophie Piauger
- Éditeur : Soleil Manga
- Collection : Seinen
- Format : 120x175 mm
- Pagination : 192 pages
- Dépôt légal : 27 janvier 2016
- Numéro ISBN : 978-2-302-04906-2
- Prix public : 6,99 €


© Edition Soleil- Tous droits réservés


Frédéric Leray
21 février 2016






JPEG - 46.9 ko



JPEG - 36.7 ko



JPEG - 40.6 ko



JPEG - 34.9 ko



WebAnalytics