YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




VS, versus Earth (T2 et 3)
Kazutomo Ichimoto, Yoshihiko Watanabe
Kurokawa

Haruto est parvenu à contrer les attaques du pilier en utilisant la structure même des piliers. Le fragment qui s’est logé dans son crane lui donne la faculté d’utiliser les mêmes armes que ces étranges colonnes sortant de terre. Des yeux poussent dans la paume de sa main et lui permettent de générer des armes à base d’écorce de pilier. Mais le motard en face de lui possède les mêmes caractéristiques et c’est armé d’une gigantesque épée en carapace de pilier qu’il s’approche de Haruto pour le tuer. Cela laisse le temps à Léo de s’attaquer à la colonne pourvue d’yeux qui continue de les menacer. Entre les armes de Léo et de Haruto, le motard comprend qu’il n’est pas à la hauteur et préfère s’enfuir. Nos héros peuvent enfin souffler et il était temps car entre Léo avec un bras en charpies et un Haruto qui ne comprend pas ce qu’il lui arrive, l’équipe n’aurait pu tenir longtemps. Mais les pouvoirs d’Haruto intéressent fortement la responsable du laboratoire préparant les armes de Léo et de ses acolytes. Et cette dernière compte bien faire du jeune homme son arme secrète.



Alors que le fragment de pilier tente de prendre possession de Haruto, les créatures surgissant des entrailles de la terre commencent à évoluer, se modelant des membres pour s’extraire du sol et attaquer les humains. Mais le danger ne s’arrête pas à l’écorce terrestre, la nature envoie ses anges de la mort également par les cieux. C’est ainsi qu’une créature ressemblant à un ver géant pourvu d’une bouche tombe sur terre. Alors que les autorités tentaient de cacher la réalité de ces attaques à la population, il ne leur est plus possible de taire le danger qui menace l’humanité. Surtout que cette nouvelle créature a les qualités d’un pilier sans sa rigidité et peut dévorer les humains. Même l’armée est impuissante face à ce nouvel ennemi. Hyoma est envoyé sur le terrain avec un nouveau bouclier pour stopper la créature, le temps que les renforts arrivent. Mais le rayon de lave du ver géant vient bien trop rapidement à bout de sa nouvelle arme. Pendant ce temps, Haruto ne sait plus quoi faire : doit-il trouver seul une solution contre le mal qui le ronge ou doit-il accepter l’aide du labo et leurs injections permettant de stopper sa mutation en pilier, avec comme contrepartie, devoir se battre pour eux ?

JPEG - 47 ko

Nous avions laissé notre jeune héros Haruto, alors que ce dernier commençait à développer les mêmes capacités que les piliers meurtriers sortant de terre. Il ne faut pas plus pour comprendre que le pauvre garçon va devenir un cobaye et la proie de transformations loin d’être contrôlées. Mais pour son premier combat, il va surtout faire face à un homme ayant trahi l’humanité. Décidément, on ne peut faire confiance à personne, pas même à nos semblables. Ce mystérieux motard incarne à la fois notre lâcheté qui nous pousse à rester en vie quitte à se trahir soi-même, mais également toute la haine que l’homme peut éprouver pour lui-même. Seulement, il est difficile au lecteur de prendre parti pour ce personnage qui est rendu rapidement très antipathique. Mais alors qu’il apparaissait comme le super vilain ou presque de l’histoire, il va disparaître à la moitié du tome 2 pour ne plus reparaître. Pourquoi une si courte apparition ? Kazutomo Ichimoto n’aurait-il pas encore bien décidé ce qu’il allait faire de lui ou bien le garderait-il pour un nouveau cliffhanger ?

Ces deux tomes vont alors se focaliser sur deux mutations majeures chez les différents protagonistes. La plus évidente sera celle des piliers, chacune faisant d’ailleurs l’objet des couvertures de ces deux volumes. Il faut dire que combattre des piliers allaient devenir un rien assomant pour le lecteur. Et dans un shonen, le mangaka doit être percutant sans attendre. L’évolution la plus évidente sera de type anthropomorphique avec des bras poussant sur le pilier qui prend la forme d’un monsieur patate cyclopéen, et particulièrement dangereux. La pauvre Léo sera encore mise à rude épreuve face à ces créatures et ne pourra pas soigner son bras pendant l’intégralité des trois tomes, à croire qu’elle est surhumaine ! Certes sa tenue lui confère une force sans égale, mais tout de même, ses bras vont finir en bouillie à force. Et que dire de ce mixte entre un ver et un serpent qui tombe du ciel ? Oui, nos cousins nippons ont repris à leur compte la fameuse crainte de nos ancêtres les gaulois : celle de voir le ciel leur tomber sur la tête. Deux créatures qui prennent des formes de plus en plus animal et qui ne gardent au finale comme point commun que ces fameux yeux projetant des jets à haute température. Graphiquement, cela reste tout de même des créatures classiques, déjà vues à de nombreuses reprises et qui ne surprendront que modérément les habitués des shonen.

L’autre transformation concernera le pauvre Haruto qui devient la proie de son fragment de pilier. Le jeune homme est totalement impuissant face à ses nouveaux pouvoirs qui pourraient bien le dépasser. Evidemment, le labo n’est pas vraiment capable de le soigner mais a pour le moment un palliatif. L’évolution de sa « maladie » sera au cœur de la série car, non seulement il est le seul pouvant défier les monstres que la terre lance à l’encontre des humains, mais il pourrait même finir par dominer ces créatures. Risque-t-il de tomber dans une forme de côté obscur ? La suite nous le dira mais le jeune Haruto n’est pas au bout de ses mauvaises surprises et de ses souffrances. A noter que Kazutomo Ichimoto a tendance à perdre l’homogénéité des traits de ses personnages au cœur de l’action. Certes on les reconnait mais les différence dans les traits des visages montrent un besoin de peaufiner la qualité de ses personnages, même dans des cases moyennes.

Quelle mauvaise surprise leur réserve la terre et surtout, Haruto va-t-il dominer son fragment cranien ?


VS, versus Earth (T1)
- Scénario : Kazutomo Ichimoto
- Dessin : Yoshihiko Watanabe
- Traducteur  : Fabien Vautrin
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de Parution  : 10 décembre 2015 et 11 février 2016
- Numérotation ISBN : 9782-368-52001-5 ; 9782-368-52002-3
- Prix public : 6,80 €


A lire sur la Yozone :
VS, versus Earth (T1)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés


Frédéric Leray
17 février 2016






JPEG - 32.4 ko



JPEG - 35.7 ko



JPEG - 40.2 ko



JPEG - 33.5 ko



JPEG - 40.3 ko



WebAnalytics