YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chevalier à la licorne (Le)
Piatzszek & Escalada
Soleil

Bataille de Crécy, 26 août 1346 : les troupes françaises affrontent les Anglais. Lors d’une énième charge, le roi de France se lance aussi dans la bataille. Son cheval est touché et il tombe à terre. Le chevalier Juan Fernandez de Heredia lui cède alors sa monture et combat l’adversaire à pied dans de furieux corps à corps. Mais le nombre vient à bout de sa vaillance et une épée le transperce.
Contre toute attente, le coup n’est pas fatal, car une licorne le sauve. Juan sait qu’il aurait dû mourir et qu’il ne doit sa survie qu’à l’intervention de la licorne. Il aimerait comprendre.



JPEG - 75.8 ko

Le début nous plonge dans la bataille de Crécy, prélude à la Guerre de Cent Ans. La mise en scène de ce fait d’armes s’avère d’une beauté vénéneuse, car elle dénonce sans complaisance l’horreur de la guerre. Les hommes se transforment en bêtes animées par le seul souci de survivre en tuant l’ennemi. La haine se dégage des visages, le sang gicle sous les coups d’épées ou de lances, les flèches sèment la mort... Le dessin hyper réaliste d’Escalada fait merveille, permettant d’autant mieux d’exposer l’abjection des combats.
La réalité autour de Juan change et c’est la mort qui en veut à sa vie. Il a fait son temps sur cette terre. Pourtant, un animal légendaire ne voit pas les choses sous cet angle et vient à son secours. En quelques cases, le scénariste Piatzszek apporte une touche de lumière au milieu de la noirceur. La licorne est très bien amenée et d’un récit purement guerrier, “Le chevalier à la licorne” devient une quête. Juan sait qu’il est un miraculé et s’estime désormais lié à la licorne. Il ne sait comment interpréter ce qui lui arrive, alors il se lance à la poursuite de l’animal qui se dérobe à lui.

JPEG - 30.8 ko

Le récit nous permet de suivre l’évolution du personnage, les différentes phases par lesquelles il passe, perdant même son humanité durant un temps. Mais la licorne rôde toujours autour de lui, superbe dans son écrin blanc. Certains passages la magnifient. Intelligemment, le mystère plane toujours autour d’elle. Existe-t-elle seulement ou Juan a-t-il besoin de cette béquille pour expliquer son sursis et continuer à avancer ? Différents érudits donnent leur version de cet animal mythique devenu réalité pour Juan.

Le duo Piatzszek / Escalada fonctionne à plein. Le récit possède une envergure que le graphisme rend très bien. Rien qu’en feuilletant l’album, il fait sensation ! Une fois dans l’histoire, le lecteur se laisse porter, ne pouvant qu’apprécier la profondeur du scénario et la beauté des planches.
“Le chevalier à la licorne” nous transporte à la fin du Moyen Âge. Dans un contexte des plus difficiles (guerre, épidémie, misère), une touche de merveilleux est insufflée : la licorne apporte de l’espoir et annonce le changement.

Un superbe album chaudement recommandé !


Le chevalier à la licorne
- Scénario : Stéphane Piatzszek
- Dessin et couleurs : Guillermo G. Escalada
- Éditeur : Soleil
- Collection : Quadrants
- Dépôt légal : 16 septembre 2015
- Format : 24 x 31,8 cm
- Pagination : 56 pages couleurs
- Numéro ISBN : 978-2-3020-4757-0
- Prix public : 14,95 €


Illustrations © Éditions Soleil, Piatzszek & Escalada - Tous droits réservés



François Schnebelen
6 mars 2016






JPEG - 28.8 ko



JPEG - 35.1 ko



JPEG - 30.8 ko



JPEG - 20.5 ko



JPEG - 21.2 ko



JPEG - 52.3 ko



WebAnalytics