YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Il
Loïc Le Borgne
Syros, Soon, roman (France), X-men en Bretagne, 260 pages, juin 2015, 15,90€

Elouan a toujours préféré la solitude. Enfant, lors d’une sortie en planche à voile, il a entendu les dauphins lui parler.
Quelques années plus tard, il passe les vacances d’été en Bretagne, à Templeuve, chez sa cousine Romane. Romane a perdu sa mère dans un accident de voiture, qui lui a laissé une jambe paralysée, comme morte.
A Templeuve, on aime pas trop les étrangers. Et les chaînes d’info parlent de plus en plus de ces « mutants », des jeunes du monde entier qui développent des pouvoirs de télépathie ou de télékinésie.
Elouan, lui, se plonge mentalement dans un grand fleuve, un delta où les consciences des « mutants » ne font qu’un, et où leur parle Océan, une entité mystérieuse.
Quand Valentin, Connor et leur bande viennent asticoter Romane et son ami Baptiste, la colère bute d’Elouan provoque des choses... surnaturelles.
Tandis qu’avec Pierre, l’oncle de Baptiste auteur de SF, Elouan apprend à comprendre et à maîtriser ses pouvoirs, au villages les gens parlent, exagèrent, la xénophobie fait son œuvre. On parle bientôt d’une battue au mutant, fusils de chasse en main...



Cela fait une soixantaine d’année que les « X-Men » ont été inventés. Quand Loïc Le Borgne reprend l’idée de la mutation de l’espèce humaine, elle n’a pas pris une ride. Mais bien loin des USA, d’un temps divergeant et apocalyptique, son histoire se passe en Bretagne, de nos jours. Voire un peu moins, tant les smartphones sont rares à Templeuve.
Le village est calme, isolé, pour le bonheur de tous ou presque : on apprécie son entre-soi, on rejette les touristes, ces « étrangers » venus de Paris. Tout en les regrettant tandis que le village meurt à petit feu, son économie et ses forces vives drainées par la grande ville.
Dans ce contexte, la xénophobie et la recherche d’un bouc émissaire sont hélas une conséquence logique de la nature humaine. Les chaines d’info en continu, seul lien du village avec le reste du monde, déverse des images que chacun interprète à l’aune de ses peurs et ses allégeances. Les hommes désœuvrés, ados ou adultes, cherchent un exutoire pour leur violence contenue. Quand frapper son gamin ou son chien ne suffit plus, allons casser du mutant. Affirmer notre pouvoir, notre virilité. Bien peu d’hommes de Templeuve sont à sauver dans « Il », et les femmes, les mères, forment deux camps distincts : avoir enfanté ne donne pas envie de protéger toute progéniture : certaines pensent d’abord à leurs enfants, et tant pis pour les autres.

Mais « Il » est avant tout un roman jeunesse, et c’est du côté des personnages adolescents qu’il faut aussi regarder.
Avec Elouan, on assiste à la découverte de ses capacités, qui l’effraient avant toute chose. S’il s’habitue à la télépathie, et joue un peu avec, la télékinésie, et les blessures qu’il peut infliger, volontairement ou non, lui inspire une grande peur.
Sa cousine Romane et son ami Baptiste le soutiennent sitôt qu’il leur révèle son secret, et c’est grâce à eux qu’il rencontre Pierre. L’auteur prend le temps de les faire vivre, sans les cantonner à des stéréotypes.
Dans la bande des voyous, il y a Valentin, qui oscille sur le fil de cet âge de transgression, et qui démontrera que l’amitié est plus forte que la peur. C’est probablement le personnage le plus intéressant avec Elouan. Chef de bande charismatique, ses hésitations font lui faire perdre le pouvoir au profit du brutal Connor, comme on le devine dès le dérapage de la première scène (l’initiation de Kévin).

La tension monte crescendo jusqu’à l’assaut final, spectaculaire, et une fin surprenante pour un roman jeunesse, qui marquera sans nul doute les lecteurs.
Stan Lee peut dormir tranquille, la relève est assurée. Au-delà de la tension qui monte au fil des pages, l’auteur explique avec clarté le principe et l’inéluctabilité de la mutation de l’espèce humaine. Ses mutants, les Alphas, sont bien moins « folkloriques » que les super-héros en collants flashy, et leur pouvoir répond à une réelle problématique, ce qui ajoute encore à la qualité de cette histoire.


Titre : Il
Auteur : Loïc Le Borgne
Couverture : photomontage Shuttershock / Subbotina Anna / Sergey Nivens
Éditeur : Syros
Collection : Soon
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 260
Format (en cm) : 21 x 14 x 2
Dépôt légal : juin 2015
ISBN : 9782748516739
Prix : 15,90 €



Loïc Le Borgne sur la Yozone :
Le Sang des Lions
Je suis ta nuit
Le Bout du monde
Le Garçon qui savait tout
Hysteresis(+ une interview)


Nicolas Soffray
14 février 2016






JPEG - 25 ko



WebAnalytics