YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Book of Ivy (The)
Amy Engel
Lumen, traduit de l’anglais (États-Unis), Fiction post-apocalyptique, 341 pages, mars 2015, 15€

La guerre nucléaire a éclaté il y a maintenant deux ou trois générations. L’humanité, réduite à sa plus simple expression, tente vaille que vaille de survivre hiver après hiver. Chaque communauté a tendance à croire qu’elle est la dernière et tout est bon pour que survive l’espèce, y compris le recours à des pratiques d’un autre âge.



« The Book of Ivy » est le tout premier roman d’Amy Engel, une jeune américaine qui, après avoir beaucoup vadrouillé pendant son enfance, à l’intérieur des USA ou dans le monde entier, s’est finalement installée avec homme et enfants et s’est mise à l’écriture, un choix de carrière bienvenue tant sa plume est de qualité, la preuve…

Après une guerre nucléaire et l’hiver qui l’a naturellement suivi, l’humanité s’est trouvée fortement affaiblie. Pour affronter la famine et un climat exacerbé, de petits groupes se sont formés. Pour contrer les malformations congénitales liées aux radiations et aussi augmenter la population, certains de ces groupes ont mis en place des règles d’un autre âge. Ivy fait partie de la communauté de Westfall, une communauté renfermée sur elle-même qui se croit la dernière sur la planète. Maintenant qu’elle a 16 ans révolus, et parce qu’elle est la fille du fondateur de Westfall, elle va se trouver mariée au fils du président de la ville. Deux familles ennemies, et une jeune fille que l’on a élevée pour tuer celui qu’elle doit épouser.
Comme nous sommes sur du YA et qu’Amy Engel semble respecter ses codes à la lettre, le lecteur n’échappera pas au flottement amoureux. Pas de triangle amoureux pour « The Book of Ivy », mais une jeune fille manipulée par sa famille qui doit lutter contre son éducation pour choisir sa propre voie, un concept sans âge. Sans trop spoiler le lecteur, disons qu’Ivy va accepter d’endosser la responsabilité d’un acte qu’elle se refuse à commettre et que cela va la conduire à la pire punition que sa communauté puisse imaginer. Mais loin de la soumettre, Ivy va, au contraire être révélée par cette aventure.

Au-delà d’un scénario fort intéressant, présentant de nombreux rebondissements et avec des personnages aux caractères complexes, y compris dans le cas de certains personnages secondaires, Amy Engel a également offert au « Book of Ivy » une écriture rapide et riche, des dialogues pas trop niais, efficaces et assez proches de la réalité, pour autant qu’on puisse en juger pour une civilisation post-apocalyptique. Bref, le lecteur se retrouvera avec une série de grande qualité, et une nouvelle auteure qui pourrait bien faire parler d’elle plus tard.

Et maintenant, un bonheur sans nom m’attend : j’ai le tome 2 à portée de main…


Titre : The Book of Ivy (2014)
Série : The Book of Ivy, tome 1/2
Auteur : Amy Engel
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Anaïs Goacolou
Couverture : Mélanie Delon
Éditeur : Lumen
Site Internet : site éditeur en construction
Pages : 341
Format (en cm) : 14 x 22,5 x 2,8
Dépôt légal : mars 2015
ISBN : 9782371020351
Prix : 15 €



Emmanuelle Mounier
2 février 2016






JPEG - 27.8 ko



WebAnalytics