YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

55 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Albums

Banque (La) (T4) Le Pactole de la Commune
Pierre Boisserie, Philippe Guillaume & Malo Kerfriden
Dargaud

1861.
Des corps de femmes mortes sont découverts par des ouvriers sur les chantiers parisiens. Victor est l’auteur de ces crimes et tente d’expliquer ses impulsions à son frère Théodore qui ne le comprend pas. Il essaye de le culpabiliser en lui affirmant qu’il ne fait pas mieux que lui au travers de la banque, en jetant à la rue des familles qui n’ont plus le sou.
Christian de Saint-Hubert met le nez dans les affaires de la banque malgré sa santé fragile qui l’oblige à être alité. Mécontent, il constate que Théodore est mauvais et lui rappelle que la banque n’est pas une œuvre de bienfaisance. Mais Théodore est un sentimental, a t-il la carrure pour son métier ?
De son côté, Eugène de Saint-Hubert, fils préféré de Christian, soutient les ouvriers parisiens dans une église du faubourg Saint-Antoine et leur redonne espoir d’une vie meilleure...


Le baron Christian de Saint-Hubert vieillit et commence à se poser la question de sa succession : Théodore n’a pas la carrure, Victor n’est pas son propre fils, reste Eugène qui a toujours été son préféré. Il cherche à se rapprocher de lui mais cela s’avère compliqué. Malgré le fait qu’il soit curé, il est très engagé dans la lutte ouvrière donc contre le système financier et surtout très proche de sa cousine Odile.

PNG - 340 ko

De son côté, elle a maintenant deux enfants et aide son frère dans ses choix d’investissements divers. Odile est une sacrée femme dans la lignée de sa mère, qui suit son instinct et ça lui réussi bien.

Passionnante saga financière et familiale, “La Banque” se renouvelle au fil de ses albums. Dans ce quatrième tome, la dimension historique, notamment avec La Commune, domine largement. Le temps des révélations est venu, mais je n’en dirai pas plus, c’est à découvrir. L’intrigue prend un peu de hauteur pour aborder les bouleversements qui secouent la période. En 1857, les ouvriers se préparent à un soulèvement qui pourrait mettre fin au système bancaire français. Les communards sont des partisans du socialisme et de l’anarchie, donc contre le système financier de l’époque. Il n’est pas bon d’être banquier, sauf pour s’en mettre plein les poches.

PNG - 109.9 ko

Les scénaristes Pierre Boisserie et Philippe Guillaume maintiennent les querelles familiales au centre du récit tout en nous faisant vivre les changements historiques. Ils préparent d’ailleurs avec habileté les futurs albums de “La Banque ” en ouvrant le scénario sur la prochaine génération, amenée à perpétuer la guerre familiale.

On retrouve le dessin de Malo Kerfriden (“Quaterback”, “KGB”, “Trafic”, “La rage”, “Otaku Blue” ), qui continue de nous séduire avec des personnages très expressifs. La mise en couleurs de Delf est une fois de plus à la hauteur. La couverture est très belle : Eugène et Odile dans les bras l’un de l’autre devant les barricades.

La banque, 1857-1871, Le pactole de la Commune” vient clore le second cycle de la deuxième génération de Saint-Hubert qui se voue une haine sans pitié dans le bas monde de la finance, tout en s’alliant lorsque nécessaire. Ce quatrième tome est le plus violent de la série, mais sans aucun doute le meilleur. L’épilogue surprenant laisse présager une nouvelle rivalité fraternelle pour la prochaine génération.

Philippe Guillaume clôt à nouveau son ouvrage par un dossier historique de 8 pages, “La Banque : la révolution bancaire du Second Empire”, et laisse place à Siro pour le dessin d’une troisième époque qui s’annonce riche en événements inattendus.

La Banque” n’a pas fini de faire des adeptes, ce n’est que le début.


(T4) Le Pactole de la Commune
- Série : La Banque
- Scénario : Philippe Guillaume et Pierre Boisserie
- Dessins : Malo Kerfriden
- Couleurs : Delph
- Éditeur : Dargaud
- Format : 24 x 32 cm
- Pagination : 60 pages couleur
- Dépôt légal : 16 octobre 2015
- Numéro ISBN : 978-2-205-07366-9
- Prix public : 13,99 €


A lire sur la Yozone :
La Banque (T1) Les Initiés de Waterloo
La Banque (T2) Le Milliard des Emigrés
La Banque (T3) Les Comptes d’Haussmann


Illustrations © Malo Kerfriden et Éditions Dupuis (2015)



Anne Schnebelen
25 février 2016







PNG - 177.8 ko



PNG - 170.7 ko



PNG - 147.4 ko



PNG - 136 ko



PNG - 111.8 ko