YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

48 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

One-Punch Man (T1)
One et Yusuke Murata
Kurokawa

La terre subit depuis quelques années l’attaque de monstres. Ces créatures issues de tout et n"importe quoi s’attaquent sans la moindre pitié aux pauvres êtres humains qui n’ont que bien peu de possibilités pour se défendre. Et pourtant, la ville Z possède en son sein un héros... Non ! Un super-héros, qui parvient à terrasser ses ennemis en un seul coup de poing. Qui est donc ce One-Punch Man ? Qui se cache derrière ce chauve bien bizarrement habillé mais avec l’inévitable cape ? Pour le savoir, il faut remonter trois ans plus tôt, quand Saitama n’était alors qu’un simple employé de bureau à la recherche d’un emploi. Il n’imaginait pas à l’époque qu’il allait devenir le protecteur de la ville Z. En fait, il s’était offusqué, un jour comme un autre, qu’un crustacé géant décide de massacrer un gamin qui s’était moqué de lui. Bon, la confrontation avec ce premier monstre ne fut pas une partie de plaisir mais Saitama comprit que son destin était de sauver le monde.


Bon, Saitama s’était vraiment donné à fond dans ce nouveau statut, s’entraînant sans relâche pour devenir le plus puissant possible... peut-être un peu trop car maintenant, Saitama ne s’amuse plus du tout à jouer les super-héros. Quel intérêt à faire son apparition et dégommer son adversaire d’un seul coup de poing ? Non, vraiment, Saitama est quelque peu blasé par sa propre puissance. Même quand l’homme le plus puissant du monde fait son apparition, ce dernier ne fait pas le poids. Bon, ce titan ayant pris une potion pour développer à l’extrême ses muscles n’était certainement pas reconnu pour son intelligence, mais tout de même, s’effondrer au premier coup ! Alors quand une armée de créatures souterraines fait son apparition et s’apprête à réduire en cendre la ville Z, Saitama retrouve un peu d’énergie et surtout de plaisir à se battre. Voila le genre de défi qu’il recherche. Seulement, seul le nombre changeait un peu la donne car sinon, chacun de ses coups explosait sa cible...

JPEG - 53.3 ko

Yusuke Murata a une énorme qualité : il aime caricaturer à l’extrême les thèmes qu’il met dans ces mangas pour finir par renouveler les genres auquel il s’attaque. Nous l’avions découvert avec son manga dédié au football américain : Eyeshield 21. Il avait ramené au gout du jour les sports où les joueurs possèdent des coups spéciaux incroyables. Mais à la différence d’un Inazuma Eleven, Yusuke Murata se démarque par de l’humour à très haute dose. Et soyons franc, de la bonne grosse rigolade, en cette période loin d’être la plus fun de la décennie, nous en avons bien besoin ! Mais “One-Punch Man” est à l’origine le travail de l’énigmatique One, qui publia en 2009 les premières planches de cette série sur sa page personnelle. C’est rapidement un énorme succès avec 10 millions de visites. Ce sera en 2012 que les éditeurs rattrapèrent le phénomène au vol et confièrent à Yusuke Murata le passage en manga papier. Aujourd’hui, la série est un succès phénoménal au Japon avec 6 millions d’exemplaires vendus, un succès qui s’exporte sans la moindre difficulté. Il est donc logique que la France soit contaminée par ce vent de douce folie.

Dès les premières pages, le lecteur se retrouve dans une ambiance, un univers qui fait fortement penser aux premiers Dragon Ball, les meilleurs car réalisés entièrement par Akira Toriyama. D’ailleurs le premier monstre que doit affronter Saitama a un faux air de Piccolo. Le contexte est rapidement posé et surtout l’axiome de base de la série : le héros bat tous ses adversaires d’un seul coup de poing. On est loin des combats interminables des autres shonen, ce qui est évidemment voulu. Nous sommes dans la parodie des shonen qui se prennent parfois un peu trop au sérieux. Saitama est un super-héros invincible, mais surtout totalement blasé par son pouvoir, n’éprouvant plus aucun plaisir à se bastonner avec des monstres... Bon d’un autre côté, comment peut-on trouver du plaisir à taper des monstres - dit le mec qui n’arrête pas de le faire sur console de salon et tablette ? Saitama est en fait un garçon assez utopiste, fasciné par les superhéros. La petite histoire bonus de fin de tome nous éclaire un peu sur la fameuse vocation du jeune homme, mais pour le moment, sa perte de cheveux est encore bien mystérieuse (euh, on va dire que oui).

La deuxième partie du manga introduit un deuxième personnage, un cyborg qui va devenir l’apprenti de Saitama, son Robin. Le lien entre les deux personnages et le duo Batman/Robin est assez naturel sans être toutefois un copier-coller. Saitama n’a nullement besoin d’un apprenti, et Genos n’est pas un jeune à la recherche de vengeance. Le duo est assez atypique et sort du carcan du maître et de l’élève des classique shonen. Ce style de manga n’est pas le seul à en prendre plein les gencives, les comics sont aussi dans la ligne de mire même si cela est plus par la parodie des super-héros que Marvel et autres DC ont trop sanctuarisé au point de les rendre éternels. En tout cas, le potentiel de ce manga est énorme, avec son style complètement déjanté comme l’illustre la fin du bonus.

L’humour est aussi rendu par un dessin incroyable de Murata. Ses monstres sont très détaillés et totalement à l’opposé du dessin simpliste de Saitama, en tout cas pour ses traits car son costume est loin d’être simplement le fruit de trois coups de crayon. Cette opposition graphique renforce le ridicule des défaites de ces gros balaises parfaitement dessinés. Je ne peux m’empêcher d’illustrer mon propos en revenant sur le premier monstre, issu des déchets humains, ce Piccolo version presque seinen qui se fait rétamer en trois planches, le temps que le coup parte. Tous les monstres sont assez originaux, reprenant divers styles, parfaitement rendus et mis en valeur... pour quelques planches. Cela ajoute à l’humour qui fait mouche à chaque fois. Certes, il est logique de se demander si cela ne finira pas par être lassant aussi pour le lecteur, mais pour le moment, le résultat est là et c’est réellement une réussite.

“One-Punch Man” mérite le succès qui l’auréole et cette série trouvera sans difficulté son public chez nous car elle possède tous les atouts qui ont fait de Dragon Ball une série culte.


One-Punch Man (T1)
- Auteur : Yusuke Murata
- D’après l’oeuvre originale de : One
- Traducteur  : Frédéric Malet
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 115 x 177, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de Parution  : 14 janvier 2016
- Numérotation ISBN : 9782-368-52225-5
- Prix public : 6,80 €


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés



Frédéric Leray
24 janvier 2016







JPEG - 28.4 ko



JPEG - 36 ko



JPEG - 23.2 ko



JPEG - 31.1 ko



JPEG - 39.9 ko