YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fortress of Apocalypse (T1 et 2)
Yu Kuraishi, Kazu Inabe
Pika

La prison de la baie de Tokyo, Shorangakuen, est en fait un centre de redressement pour mineurs. C’est là que Yoshiaki Maeda atterrit après sa condamnation pour meurtre. Pourtant le jeune homme a toujours crié son innocence, ne comprenant pas pourquoi la police n’a pas recherché l’homme qui était également présent sur la scène de crime. Mais maintenant, Maeda se retrouve dans la cellule 4. Pourquoi tout le monde semble le regarder comme un condamné à mort ? Certainement par la réputation catastrophique de ses nouveaux colocataires : Yoshioka, la belle gueule, provocateur et grand utilisateur de surin, Iwakura, le colosse silencieux, et Yamanoi, l’intello psychopathe. Avec ces trois-là, les emmerdes arrivent comme attirées par un aimant. Mais ce n’est rien comparé au monde extérieur où des humains semblent soudain devenus des cannibales affamés. Et bizarrement, c’est après leur mort que cette faim de chair fraîche semble vouloir se déclarer. Malgré les murs d’enceinte, la maladie finit par entrer dans la prison.



Les locataires de la cellule 4 sont parvenus à s’enfuir mais pour arriver en enfer. Les rues de la ville sont peuplées de zombies cannibales et une pile de morts vivants domine le centre de la cité. Maeda, n’ayant plus totalement ses esprits, se retrouve au pied de cet amoncellement au sommet duquel se trouve un étrange personnage nu. Sans réfléchir, Maeda lui tire dessus, provoquant une fureur irrésistible des zombies. Pour les quatre survivants, il n’y a plus qu’une seule issue : retourner dans la prison. Mais cette fois, ils ne sont plus les bienvenus. En abandonnant leurs camarades d’incarcération, ils sont devenus personæ non grata, surtout depuis de leur pire ennemi, Hitotsu Kabuto Kyoharu, a pris le pouvoir dans la prison. Le bagout et la puissance ne suffisent plus pour faire valoir leurs droits et le nouveau maître de l’établissement a une bien mauvaise nouvelle à leur apprendre : la sanction pour avoir fui en laissant les autres devoir se débarrasser de leurs propres frères contaminés est de repartir dehors.

JPEG - 54.9 ko

Il y a des séries dont le titre et la couverture ne donnent guère d’informations sur le contenu et quand il s’agit de la première publication en France des deux mangakas, cela n’aide pas non plus. Heureusement, Yu Kuraishi ne perd pas de temps pour nous mettre dans l’ambiance de sa série : une bonne vieille histoire de zombies. Bon, là, pas vraiment d’originalité. Toutefois, le choix des héros sortira par contre de l’ordinaire. Son groupe d’amis devant lutter pour leur survie sera composé d’adolescents enfermés dans un centre de redressement pour mineurs. Après les gentils élèves de Highschool of the Dead, nous passons aux gentils psychopathes de “Fortress of Apocalypse”. Il faut bien avouer que Yoshioka et Yamanoi sont de vrais pervers chacun dans sa spécialité. Seul Iwakura apparaît comme un gentil colosse, bon capable de vous exploser le crane, mais ce n’est qu’un détail. Pas facile pour notre jeune héros, Maeda, de s’exprimer parmi de tels alliés. Et pourtant, ils vont se montrer très utiles quand il s’agit d’affronter une horde de zombies cannibales. La prison va devenir un univers central dans la série, à la fois, le lieu que nos héros veulent fuir au début du tome puis veulent impérativement pouvoir réintégrer le plus vite possible.

Dans la même logique qu’un Highschool of the Dead, le rythme de “Fortress of Apocalypse” est très soutenu, ne donnant pas beaucoup d’occasions au lecteur de reprendre son souffle. L’apparition des zombies dans la prison nous lance dans une classique course-poursuite pour sauver la peau de nos héros, qui ne trouveront le temps de se reposer quelques minutes qu’en retournant en prison. C’est un côté assez paradoxal de cette série. La prison de nos héros devient le seul havre de paix du pays mais il leur est soudain interdit parce qu’ils s’en sont enfuis. Les deux mangakas semblent bien jouer avec ce genre de paradoxe dans ces deux tomes, dont le ton est assez sarcastique. Les dessins de Kazu Inabe nous plongent dans ce survival horror en n’hésitant pas à jouer la carte du gore principalement dans le design des zombies qui sont rarement en bon état. Le côté cannibale des morts vivants est fortement mis en avant avec des scènes de festin très explicites. Ah, cela faisait longtemps que je n’avais pas fait mon donneur de leçons : cette série ne serait-elle pas pour public averti ? Surtout que les quatre locataires de la cellule 4 sont particulièrement violents et n’ont pas vraiment de morale. Certes, c’est assez jouissif pour un adulte voire un jeune adulte, mais pas moins agé.

Allez, “Fortress of Apocalypse” est un bon survival horror dont l’originalité est surtout chez ses héros, même si Kazu Inabe change l’image du zombie.


Fortress of Apocalypse (T1 et 2)
- Scénario : Yu Kuraishi
- Dessin : Kazu Inabe
- Traducteur  : Soizic Schoonbroodt
- Éditeur français : Pika
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 7 octobre 2015
- Numéro IBSN : 9782811619480 ; 9782811619497
- Prix : 7,50 €


© 2012 Yu KURAISHI and Kazu INABE
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
30 novembre 2015






JPEG - 44.6 ko



JPEG - 23.8 ko



JPEG - 45.4 ko



JPEG - 28.8 ko



JPEG - 33.3 ko



WebAnalytics