YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

52 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Comic-books

Lazarus (T2) Ascension
Greg Rucka & Michael Lark
Glénat Comics

Dans un futur proche, qu’on a très peu de mal à imaginer, les frontières sont définies par ceux qui détiennent les pouvoirs financiers. La richesse, c’est le pouvoir, et seules quelques familles la possèdent. Ceux qui leur sont utiles sont choyés, ils sont rares. Mais être serf au service d’une famille est un statut entièrement plus enviable que celui de déchet qui concerne la plus grande partie de la population. Pour échapper à la pire misère, à la maladie, aux exactions d’un monde horriblement sauvage, il faut s’élever à ce rang de servage qui procure la protection de la famille.


C’est le cheminement douloureux qu’entreprend la famille Barret, obligée d’abandonner ses terres dévastées pour se lancer dans un périlleux voyage de 15 jours et 700 kilomètres pour rejoindre Denver.

JPEG - 269.5 ko

Comme des milliers d’autres miséreux, ils marchent pour participer à la sélection, à la Montée qui permet de se faire repérer par la famille Carlyle, dans leur domaine des Montagnes. Mais ils sont des milliers, des dizaines de milliers, agglutinés en des kilomètres de files de miséreux qu’un seul maigre espoir réunit.

Carlyle, oui, Forever Carlyle. La main qui frappe et le bouclier qui protège... Nous avons fait sa connaissance dans le tome 1 Pour la Famille, apprenant quel est son rôle et ce qu’elle est réellement au sein de cette famille dominante. Si Greg Rucka a largement ouvert son propos pour nous faire découvrir ce très brutal univers dystopique sous l’angle des populations asservies, il plonge également dans le passé de l’ange gardien des Carlyle. Il nous montre la transformation d’une gamine en un soldat sans état d’âme, capable de donner la mort au nom de sa famille, sans frémir, sans penser, sans rechigner.

JPEG - 126 ko

La gamine, pourtant, y attend quelques signes d’une affection familiale, venant d’un père, d’une sœur, en forme de dernier vestige d’une humanité aimante. On le sait depuis le premier tome, c’est là sans doute le talon d’Achille de notre Lazare, appelée ici à enquêter sur un attentat qui vise Stephen Carlyle, son frère, lors de la sélection finale de cette abominable Montée.

Ce deuxième tome de “Lazarus” confirme les bons débuts de cette série. Le scénario de Rucka surprend en quittant la trame du final du tome 1 et prend de l’épaisseur en s’ouvrant à de nouveaux personnages et à cette très bonne idée de mettre en parallèle la vie de deux familles, l’une dominante, l’autre considérée comme lot de déchets à essayer de valoriser.
Manipulation, asservissement, conditionnement, trois mots qui conduisent à l’obéissance envers une famille. Ceci étant valable autant pour Eve, les serfs que les déchets...

JPEG - 91.8 ko

Avec ces mots, on avance sur trois fils de narration qui finiront par se rejoindre en note finale. Michael Lark, aidé au dessin par Brian Level, fournit un travail très consistant, avec un registre extrêmement sombre et glauque, il instille un réalisme froid et dur qui mène le lecteur du début à la fin de l’album dans un cauchemar d’une noirceur absolue, dans un monde totalement déshumanisé. Les deux auteurs sont en parfaite harmonie sur cet univers rythmé comme un polar, avec l’intensité d’un thriller dans un univers post-apocalyptique très oppressant.

“Lazarus” est appelée à devenir une série culte et sans aucun doute une locomotive de la collection Comics de Glénat.
Elle comblera les amateurs de récits post-apocalyptiques, de récits mêlant ultra-violence et anticipation et, si elle continue à développer intelligemment les différentes composantes de son univers - tout en faisant progresser le poison qui fait son chemin dans la tête de Forever - pourrait bien venir s’installer dans le sillage d’une réussite à la Walking Dead. Avec le succès par exemple d’une série TV, envisagée par la chaîne Legendary TV aux États-Unis, l’effet serait alors conséquent sur ce titre qui est déjà une des séries du moment sur le marché US !

À suivre, vite, vite, vite, avec le tome 3, intitulé “Conclave”, qui est paru le 25 novembre chez Glénat.


(T2) Ascension
- Série : Lazarus
- Scénario : Greg Rucka
- Dessin : Michael Lark, avec l’aide de Brian Level
- Couleur : Santi Arcas
- Éditeur : Glénat
- Collection : Comics
- Éditeur original : Image Comics
- Format : 18,5 x 28,3 cm
- Pagination : 112 pages couleur
- Dépôt légal : 26 août 2015
- Numéro ISBN : 9782344009253
- Prix public : 14,95 €


À lire sur la Yozone :
Lazarus (T1) Pour la Famille


Illustrations © Michael Lark et Éditions Glénat (2015)



Fabrice Leduc
5 décembre 2015







JPEG - 80.8 ko



JPEG - 81 ko



JPEG - 77.9 ko



JPEG - 94.8 ko



JPEG - 101.6 ko
Des couvertures originales qui font...



JPEG - 87.6 ko
... de belles illustrations de chapitres.



JPEG - 81.3 ko
« Lazarus (T3) Conclave »