YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Docteur Yôkai (T8)
Yûki Satô
Pika

Alors qu’ils sont partis pour sauver Kotoko, enlevée par un ogre déchu, Kuro et ses amis se retrouvent prisonniers du pouvoir des Baku, les dévoreurs de rêves. Hideto, après les avoir vaincu une première fois, se retrouve alors en classe, entouré de toutes les jolies filles de sa connaissance dont notamment Yayoi, Kotoko et Satori. Toutes ces demoiselles sont en maillot de bain et lui font leur déclaration. Cependant, Hideto ne tombe pas dans le piège et comprend qu’il est toujours prisonnier des Baku. Il fait la morale à ces petits êtres diaboliques qui finissent par l’admirer et par le confondre avec le célèbre docteur des yokai (aka Kuro). Les autres membres de l’équipe se réveillent alors et sont surpris de voir les Baku traiter Hideto comme un roi. C’est alors que les Baku demandent une faveur à Hideto...



Les Baku demandent à Hideto, qu’ils prennent pour le docteur Yokai, de soigner leur amie Ebi-chan. Il s’agit en réalité d’un yokai crevette (en japonais : ebi = crevette) qui a les pinces toutes abimées. Cependant, Ebi-chan refuse de se faire soigner. Kuro, qui est un véritable docteur yokai, décide de la suivre et de comprendre pourquoi elle refuse de guérir. En attendant, Kotoko est toujours prisonnière. Kuro pourra-t-il sauver Ebi-chan et Kotoko ?

JPEG - 89.4 ko

Ce tome est très intéressant car il met en avant Hakutaku, le maître de Kuro. On découvre une partie de son passé et on le voit combattre aux côtés de sa chère Kudan. Par ailleurs, sur la préface, on le voit de dos, une bouteille de saké et deux coupelles à la main, tandis que Kuro enfant pleure sa défunte mère. Hakutaku a-t-il ces objets pour célébrer leur lien ? La tradition veut en effet que partager une coupe de saké crée un lien entre deux yokai : soit frères d’armes, soit maître et vassal. Apparemment, il s’agit du deuxième type de lien dans leur cas.

JPEG - 65.7 ko

Sur la page de couverture, on retrouve Kuro lorsqu’il était bébé avec sa maman le couvant affectueusement du regard. C’est une scène très attendrissante et je regrette vraiment que sa mère soit morte. Elle aurait été d’une aide précieuse en plus contre le vampire.
En bonus, il y a une petite histoire en version chibi qui n’est, à mon goût, pas très drôle. J’aurais préféré avoir à la place une présentation des personnages. Nous sommes quand même au huitième tome et il n’y en a toujours pas. Cette information serait d’autant plus utile que les noms des yokais ne sont pas toujours simples à retenir !

JPEG - 77.2 ko

En somme, j’ai adoré ! Plus la série avance et plus je suis accro ! Chaque nouveau volume contient son lot d’anecdotes, d’intrigues, de sentiments et désormais, de combat ! Les personnages sont charismatiques et je me suis attachée très vite à la totalité d’entre eux. Espérons que l’auteur n’en tue pas certains lors du combat contre le vampire, ce serait trop triste.

A découvrir d’urgence !


Docteur Yôkai (T8)
- Auteur  : Yûki Satô
- Traducteur  : Ken Kuriki
- Éditeur français : Pika
- Format  : 178 x 122, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 14 mai 2014
- Numéro IBSN :978-2811614447
- Prix  : 6,95 €


A lire sur la Yozone :
Docteur Yokai (T1)
Docteur Yokai (T2)
Docteur Yôkai (T3)
Docteur Yôkai (T4)


YOKAI NO OISHA SAN © 2008 YÛKI SATÔ / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés


Florence B.
10 octobre 2016






JPEG - 117.5 ko



JPEG - 50.5 ko



JPEG - 56.5 ko



JPEG - 62.4 ko



WebAnalytics