YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Red Queen, tome 1
Victoria Aveyard
Le Masque, Msk, traduit de l’anglais (États-Unis), fantasy Young Adult, 448 pages, mars 2015, 18€

Dans le monde de Mare, il y a la guerre. Mais la guerre, ce n’est pas pour tout le monde, il n’y a que les humains dont le sang est rouge qui ont le droit de partir à la guerre. La guerre, c’est pour les fainéants de 18 ans qui n’ont ni travail, ni apprentissage et le sang rouge. Les Sang-Argents n’ont pas ce problème, ils tiennent les postes de commerçants, de politiques, diplomates, ingénieurs. Ils sont bourgeois, nobles, roi. Mare a le sang rouge, mais elle pourrait bien devenir reine tout de même.



Diplômée d’un programme d’écriture, Victoria Aveyard n’est pour l’instant à l’origine que de la trilogie des « Red Queen » dont le second tome, « Glass Sword » (« L’Épée de Verre »), sortira en 2016. La jeune auteure est également à l’origine de scénarios. Pour son premier contact avec la littérature young adult, l’américaine se frotte à la fantasy assez probablement combinée à du post-apocalyptique si on en croit les quelques allusions faites au cours du récit.

Victoria Aveyard propulse son lecteur dans un monde où la population est divisée en deux. Apparemment suite à une catastrophe nucléaire (encore que rien ne soit clairement expliqué) une partie de la population a muté, leur sang est devenu argenté tandis qu’ils ont développé des superpouvoirs dignes des « X-Mens » dont l’auteure avoue l’influence. Pyrokinésie, contrôle des métaux, de la nature, télépathie, télékinésie et bien d’autres se transmettent de père à enfants au sein de familles depuis la petite bourgeoisie jusqu’à la plus haute noblesse.
La deuxième partie de la population a conservé son sang rouge et ne présente aucun don particulier. Ils ne sont guère mieux traités que les serfs du Moyen-âge, employés aux basses besognes et surtout utilisés comme chair à canon pour la guerre qui sévit depuis des dizaines d’années avec le royaume voisin dont la population est composée de la même façon.

Mais tout ne tourne pas aussi bien que l’élite voudrait le croire et la révolte gronde au sein de la population. C’est dans ce contexte que Mare, Sang Rouge, fait inopinément irruption dans la domesticité de la maison royale à quelques jours de son dix-huitième anniversaire, échappant ainsi de peu à la prescription obligatoire. Au cours d’un accident, la jeune femme se retrouve, devant toute la noblesse, en contact avec un gigantesque bouclier électrique mais, loin d’être carbonisée, elle se révèle au contraire en possession d’un pouvoir rare et puissant. La monarchie va rapidement devoir mettre en place un mensonge adapté pour expliquer la présence d’une domestique dotée d’un pouvoir Argent.
Fiancée au plus jeune des princes mais pourtant si proche de l’héritier du trône, Mare va se retrouver, comme souvent dans ses ouvrages jeunesse, manipulée et embarquée dans un jeu dont elle ne connaît pas les règles et qui pourrait bien lui coûter la vie.
Le premier tome se termine sur un coup d’éclat, ou même deux et il est certain que de nombreux lecteurs attendront impatiemment 2016 et la sortie du second tome.

Si elle n’est pas une professionnelle du roman, Victoria Aveyard reste une professionnelle de l’écriture et cela se ressent dans ce récit à l’univers travaillé et cohérent. L’écriture est fluide et les différents temps très bien répartis (pause, flirt, actions, rapprochements ou trahison). Tout s’écoule avec un naturel très vivant et rend la lecture de ce roman particulièrement addictive. Une très belle découverte.


Série : Red Queen (Red Queen), tome 1/3
Auteur : Victoria Aveyard
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Alice Delarbre
Couverture : Evelaine Guilbert
Éditeur : Le Masque
Collection : Msk
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 448
Format (en cm) : 15 x 21,5 x 2,9
Dépôt légal : mars 2015
ISBN : 9782702440810
Prix : 18 €



Emmanuelle Mounier
18 novembre 2015






JPEG - 16.9 ko



WebAnalytics