YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

74 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Malle aux trésors (La) : Louise et les pirates
Marie-José Ségura
La Bourdonnaye, Jeunesse, roman (France), aventure/fantastique, 96 pages, octobre 2015, 9,50€

Pour occuper Louise en week-end chez elle, sa grand-mère l’amène au grenier, véritable caverne d’Ali Baba. En fouillant, Louise tombe sur un vieux coffre. Poussée par la curiosité, elle y trouve notamment de vieux livres dont un qui l’intrigue particulièrement et qu’elle ne peut s’empêcher d’ouvrir. Une lumière verte s’en dégage et la voilà transportée dans l’histoire du roman « Les pirates des Caraïbes ».
À bord d’un bateau à voiles, bien loin de notre époque, une grande aventure démarre pour elle : attaque par un galion de flibustiers, amitié avec Bouba, un jeune garçon de son âge...


La couverture est signée Marie-José Ségura, soit l’auteure de ce roman. Comme le montrent son site et son blog, elle dispose de nombreux talents. Elle a déjà publié plusieurs romans jeunesse et elle débute avec « Louise et les pirates », une nouvelle série.
Ce roman qui s’adresse avant tout à des enfants d’une dizaine d’années repose sur l’aventure, celle procurée par la lecture, sauf qu’ici l’auteure prend cette affirmation au pied de la terre.
En effet, ne dit-on pas que la lecture constitue un bon moyen d’évasion ? Là, Marie-José Ségura l’illustre en faisant rentrer sa jeune héroïne dans l’histoire du livre « Les pirates des Caraïbes ». En feuilletant l’ouvrage magique, elle est transportée au cœur du récit.
Suivant que l’on soit un adulte ou un enfant, l’astuce ne fonctionne pas de la même façon. Le premier trouvera cela facile pour vanter les vertus de la lecture, alors que le second sera émerveillé, ce qui est l’essentiel, car « Louise et les pirates » s’adresse justement à lui.
D’ailleurs, le titre de l’œuvre magique n’est pas anodin, il s’agit clairement d’un clin d’œil à la série de films avec Johnny Depp, appréciés du jeune public. Il constitue donc un bon moyen de retrouver un cadre qu’il aime bien et de le découvrir sous un angle moins immédiat, faisant travailler l’imagination quant aux lieux, aux personnages...

Marie-José Ségura met en avant des épisodes mouvementés et peu glorieux de notre passé avec la piraterie (ici, il s’agit surtout de flibusterie, même si la nuance est subtile et assez floue parfois) et surtout l’esclavage dans la dernière partie du roman, où les humains sont monnayables et corvéables à merci. L’auteure a choisi d’épargner les lecteurs avec Louise qui tombe bien et apporte une lueur d’espoir, mais Bouba nous plonge du côté sombre de ce commerce avec des propriétaires sans aucuns scrupules.
Si « Louise et les pirates » s’adresse à un jeune public, il ouvre aussi sur des lectures plus adultes et prolongeant le propos du présent roman. « L’île au trésor » de Stevenson ravira les amateurs de pirates et « La case de l’oncle Tom » de Harriet Stowe creusera plus avant le sujet de l’esclavagisme.
Bien sûr, l’ensemble est suffisamment mouvementé pour captiver le lectorat et choisir des héros de son âge permet toujours une meilleure identification.

Toutefois, qu’en est-il avec un lecteur de 10 ans qui n’a pas la même vision qu’un adulte ? Ma fille a lu « Louise et les pirates » et à mon interrogation : “c’était comment ?” elle a répondu simplement par “C’était bien !”
En creusant plus avant sa réponse, elle a apprécié l’histoire et cette intrusion du fantastique dans le quotidien. Fouiller dans le grenier débouche ici sur une formidable aventure. La période explorée participe aussi à son intérêt. De plus, comme ça bouge tout le temps, il est très bien alimenté. Autre chose : ordonner le roman en courts chapitres est très intelligent, car cela permet d’avancer dans l’histoire sans s’arrêter en plein milieu d’un. C’est bien plus stimulant de se dire qu’on a lu deux chapitres de cinq pages chacun que 10 pages sans être arrivé au bout du moindre chapitre.
Il ne lui a pas fallu longtemps pour achever l’ouvrage, ce qui est très bon signe. Et à la question : “S’il y en a un autre, tu voudras le lire ?”, elle a répondu sans la moindre hésitation : “oui”.
Preuve est faîte que ce livre fonctionne à plein sur le public cible.

En conclusion : « Louise et les pirates » convient parfaitement à des enfants d’une dizaine d’années. Il illustre la façon dont une histoire permet de s’évader, d’oublier ce qui nous entoure pour plonger au cœur de l’action. Par son choix de la piraterie, il peut attirer un plus large public nourri aux films de la franchise « Pirates des Caraïbes » et orienter les lecteurs vers d’autres titres plus exigeants.
Mission réussie : donner envie de lire et ouvrir sur d’autres horizons.


Titre : Louise et les pirates
Série : La malle aux trésors
Auteur : Marie-José Ségura
Couverture : © Marie-José Ségura
Éditeur : La Bourdonnaye
Collection : Jeunesse
Direction littéraire : Laurent Bettoni
Site Internet : Roman (site éditeur)  ; le blog Le monde des songes
Pages : 96
Format (en cm) : 13,4 x 20,4
Dépôt légal : octobre 2015
ISBN : 978-2-824-21120-6
Prix : 9,50 €



Également sur la Yozone :
- la chronique de « La source aux étoiles »
- l’interview de Marie-José Ségura



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
28 novembre 2015







JPEG - 38.5 ko