YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Temudjin (T2) Le Voyage immobile
Antoine Ozanam et Antoine Carrion
Daniel Maghen

Le premier tome de “Temudjin” révélait un destin hors du commun, la naissance d’un nouveau Gengis Khan, capable de redonner honneur et puissance à la nation mongole. Soutenu par des esprits qu’il voit et côtoie, Temudjin prenait la stature d’un dieu que rien ne pouvait arrêter. Après être parvenu à unifier les tribus mongoles, il est devenu celui qui peut combattre et anéantir la tyrannie chinoise, personnifiée par son chef de guerre cruel et sanguinaire, le Général Blanc.



Ce second tome débute alors que Temudjin doit mener ses troupes pour anéantir ce terrible ennemi. Mais l’ère du doute s’est ouverte sur son chemin. Il ne veut pas être ce guerrier que tous craignent et il s’espère plus sur le chemin d’une humanité qu’il a un peu délaissée pour suivre les conseils des esprits. Après une très longue période de méditation, qui a engendré le doute parmi les tribus, il cherche sa voix, délaissant l’Ayami, sa femme « spirituelle » pour la belle Yesugen, une simple mortelle qui le ramène à des choix de vie plus simples. Temudjin continue de croiser la destinée de Gengis Khan, mais laisse parler ses doutes, s’ouvre sur ses faiblesses, cherche à creuser ses failles et fouille au plus profond de son humanité.

JPEG - 108.9 ko

Un chemin qu’il parcourt sans l’aide des esprits, sauf celui de son père spirituel, le chaman Ozbeg, qui saura lui souffler une de ces légendes qui changent tout un destin. Ce sera celle de l’étoile polaire et des huit fils de Kergui... Une légende, huit guerriers fabuleux, pour redonner le souffle de vie nécessaire à celui qui est, malgré tous ses doutes, appelé à devenir le guide d’une nation.

Le premier “Temudjin” (La belle Mort) m’avait émerveillé. Ce second voyage continue d’illuminer le chemin d’excellence d’Ozanam et de Carrion, salués autant par le public que par la critique. Le récit est toujours passionnant, nourri d’éléments historiques, de contes, de légendes et de cette recherche des pouvoirs de l’esprit qui anime sans cesse Temudjin, confronté aux faiblesses de son humanité. Antoine Carrion habille ce souffle d’aventure et de mystère d’un graphisme spectaculaire, souvent audacieux dans les mises en pages (certaines m’évoquent Toppi) comme dans le choix des cadrages.

JPEG - 76.9 ko

Proches de l’univers du “Lama blanc” de Jodorowsky et Bess, les deux auteurs confirment avec générosité et originalité (le choix des couleurs est épatant) tout en marquant d’une singulière inventivité la belle communion de leur esprit créatif.
C’est dense, magique, sans jamais oublier l’humain.

L’album, comme le précédent, est magnifique. La patte Maghen est là, pour un album de superbe facture qui s’achève, comme pour le premier, par un conte illustré de 12 pages, petite pépite onirique qui clôt merveilleusement la quête de Temudjin tout en entre-baillant la porte d’une nouvelle aventure.

JPEG - 84.6 ko

On applaudit des deux mains tout en criant : « A suivre... ».


(T2) Le Voyage immobile
- Série : Temudjin
- Scénario : Antoine Ozanam
- Dessin et couleurs : Antoine Carrion
- Éditeur : Daniel Maghen
- Dépôt légal : 27 août 2015
- Format : 24,5 x 32,5 cm
- Pagination : 76 pages couleurs et un cahier graphique de 16 pages
- Numéro ISBN : 978-2-35674-039-7
- Prix public : 18,50 €


À lire sur la Yozone :
Temudjin (T1) La belle Mort


Illustrations © Antoine Ozanam et Éditions Daniel Maghen (2015)


Fabrice Leduc
5 novembre 2015






JPEG - 74.1 ko



JPEG - 85.8 ko



JPEG - 73.3 ko



JPEG - 96.3 ko



JPEG - 100.4 ko



JPEG - 67.5 ko



WebAnalytics