YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fate/Zero (T9)
Gen Urobuchi, Type-Moon, Shinjirô
Ototo

Saber et Lancer peuvent enfin reprendre leur duel interrompu. Mais cette fois, les forces sont inversées : Saber a retrouvé l’usage de son bras alors que Lancer a sacrifié l’une de ses lances pour vaincre Caster. La supériorité de Saber dans cet affrontement ne fait aucun doute et Kayneth sent bien que son servant pourrait perdre ce duel. Et contre toute attente, c’est alors que Saber prend le dessus que Kiritsugu lui propose un pacte des plus surprenants : un parchemin de Geis, un contrat impossible à renier par les signataires où Kiritsugu lui promet de ne pas attenter ni à sa vie ni à celle de son épouse à une seule condition, qu’il quitte le tournoi en obligeant son servant à se suicider. En cas de refus, Kiritsugu les exécutera. Vu la tournure des événements, Kayneth n’a d’autre de choix qu’utiliser son sort de commandement pour en finir avec Lancer. C’est ainsi que le noble Lancer se transperça à la grande surprise de Saber. Conscient de l’ignoble trahison dont il vient d’être l’objet le servant lance alors une malédiction sur ces maudits humains.



Saber est folle de rage. Pour elle, les actes de Kiritsugu sont impardonnables, il bafoue toutes les règles sacrées de la chevalerie en utilisant les pires des manoeuvres pour arriver à ses fins. Mais pire que tout, alors qu’il avait vaincu Kayneth, il n’a pas hésité à faire assassiner le magicien et sa femme par Maiya. Alors qu’elle souhaite avoir une explication avec celui qui est en réalité son véritable maître, Kiritsugu justifie son geste qu’il ne regrette pas le moins du monde. Bien au contraire, celui qui fut un soldat montre toute sa répugnance envers la guerre et ses combats que glorifient si abjectement les nobles servants. Car en vérité, qu’apporte donc la guerre hormis la haine et le désespoir ? Pour lui, les servants sont dans l’erreur en pensant résoudre le moindre problème par une bataille en bonne et due forme, ils ne font que flatter leur ego et alimenter la croyance stupide des humains dans une guerre juste. Et c’est bien pour cela qu’il souhaite gagner ce tournoi à tout prix. Alors que peuvent bien valoir la vie d’un servant et de son maître comparée à l’idéal d’un monde sans guerre et sans souffrance.

JPEG - 44.5 ko

Que de frustration chez nos servants avec ce tome 9 de “Fate/Zero” ! Il faut dire qu’ils sortaient d’un affrontement titanesque contre Caster, qui avait obligé les ennemis du tournoi à s’allier pour anéantir un des leurs qui avait bafoué les règles mais surtout dévoyé la noblesse de la chevalerie. Cette noblesse sera au cœur de ce tome 9 car elle va opposer dans leur conception du tournoi Saber et Kiritsugu. Ce dernier est en fait fidèle à lui-même. Il n’a que faire de cette chevalerie d’un autre temps. Il veut gagner le Graal et pourquoi s’attacher à une noblesse d’arme en de pareils moments ? Surtout que son adversaire, Kayneth, n’est pas des plus exemplaires. C’est d’ailleurs assez caricatural de voir deux servants ayant certainement la conception la plus noble de la chevalerie être sous les ordres des deux maîtres n’en ayant que faire. Mais si Kayneth a une soif de pouvoir, les raisons qui font agir Kiritsugu sont plus subtiles, voire même surprenantes. Lui le soldat, le sniper, veut voir disparaître les guerres de la surface de la planète.

La discussion qu’il va entamer avec Saber est très intéressante car inédite dans la série. Il va poser une vraie question mais va y donner une mauvaise réponse. Il remet clairement en cause la noblesse des servants car pour lui, il n’y a pas d’honneur dans la guerre et les batailles. Il reprend à son compte le fait qu’il n’y a pas de guerre juste et qu’il n’y a pas d’honneur dans la mort d’un homme. Venant d’un tueur froid comme lui, ce raisonnement a de quoi décontenancer puisqu’il agit en total contradiction avec sa pensée. Cela en fait d’ailleurs un personnage bien plus complexe qu’il n’y parait au premier abord.

La seconde partie de ce tome est plus calme, mais tout aussi importante pour la suite de la série car elle va mettre en place un pacte de non agression entre les Einzbern et les Tohsaka. Nous sommes plus ici dans une partie d’échecs, voire d’une partie de poker où chacun tente de cacher sa main tout en faisant semblant d’indiquer à l’autre ce qu’il a entre les doigts. Mais à ce jeu, l’avantage semble tourner du côté des Einzbern car la jeune et fragile Irisviel s’avère une rude négociatrice. Toutefois, la jeune femme a atteint ses limites et sa nature d’homonculus prend peu à peu le dessus sur son humanité. Pourtant, elle va tenir tête à Tohsaka et l’obliger à accepter sa requête. Mais à ce jeu, ne risquent-ils pas tous d’y perdre ? Les trahisons pourraient se multiplier dans bien des sens et l’avenir des quatre derniers servants est bien indécis.

“Fate/Zero” a clairement passé un cap et l’histoire s’accélère alors que le nombre de servants diminue.


Fate/Zero (T9)
- d’après l’oeuvre originale de : Type-Moon
- Scénario : Gen Urobuchi
- Dessin : Shinjirô
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 125 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 180 pages
- Date de parution : 24 septembre 2015
- Numéro IBSN : 9782351809280
- Prix : 7,99 €


A lire sur la Yozone :
Fate/Zero (T1)
Fate/Zero (T2)
Fate/Zero (T3)
Fate/Zero (T4 et 5)
Fate/Zero (T6)
Fate/Zero (T7)
Fate/Zero (T8)


Fate/zero © Shinjiro © Nitroplus / TYPE-MOON Edited by KADOKAWA SHOTEN First published in Japan in by KADOKAWA CORPORATION, Toky
© Edition Ototo - Tous droits réservés


Frédéric Leray
19 octobre 2015






JPEG - 32 ko



JPEG - 36.6 ko



JPEG - 26.5 ko



JPEG - 22.7 ko



WebAnalytics