YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Week-end sans fin (Un)
Claire Gratias
Syros, Soon, Mini Syros +, roman (France), boucle temporelle, 117 pages, juin 2015, 5€

Citadine, Charlotte enrage. Au lieu d’aller à un super-concert avec ses amis, elle est obligée d’aller passer le week-end, à la campagne chez son oncle et sa tante, adeptes du bio. Ce n’est pas qu’elle n’aime pas sa cousine Elsa, mais l’adolescence les a séparées. Elsa est grande et mince, sage et bonne élève, quand Charlotte cache ses rondeurs de jeune fille sous des vêtements noirs symbole de la rébellion typique de son âge.
Ce que Charlotte ignore, c’est que des forces supérieures vont jouer avec elle tout le week-end, bousculant ses idées préconçues et lui ouvrant les yeux sur ce et ceux qui l’entourent.



Claire Gratias s’attaque à un défi de taille : écrire une histoire de boucle temporelle en une centaine de pages, sans délaisser le fond ni ses personnages, ni perdre de vue que la collection s’adresse à des lecteurs de 10-12 ans. On peut sans conteste affirmer que le contrat est rempli.

On appréciera les références de Charlotte, qui écoute Miles Kane (excellent chanteur des Rascals qui a sorti deux albums solo, si vous aimez la bonne pop anglaise ; ce type ne jure que par les Beatles...)(fin de la parenthèse promotionnelle) et connaît ce grand classique du cinéma qu’est « Un jour sans fin » avec le non moins excellent Bill Murray. Cette comédie est l’archétype de la boucle temporelle (ceux qui préfèrent l’action se tourneront vers « Edge of Tomorrow » avec Tom Cruise, qui montre également très bien le principe de la répétition). Difficile, en fait, de parler de boucle temporelle sans l’évoquer.

Malgré la brièveté du livre, l’auteure prend le temps d’installer ses personnages, phase indispensable à la compréhension des enjeux de la boucle. La bonne idée vient de l’explication du phénomène : une mystérieuse organisation (venue d’ailleurs ? du futur ?), dont les agents ont des noms d’anges, intervient sur des cas précis. Il ne s’agit pas de modeler le futur à leur envie, mais de pousser leur sujet (Charlotte) à observer ses proches, de comprendre certaines choses et de faire les bons choix, c’est-à-dire des choix moins égoïstes qu’initialement. Et de réaliser que le bien qu’on fait aux autres rejaillit sur soi.
Le week-end n’est certes pas sans fin, mais Charlotte vit trois samedis éprouvants, durant lesquels l’auteure s’amuse à répéter certains éléments tout autant qu’à en faire varier d’autres, utilisant quelques procédés malins comme la pensée magique aux dépens de son héroïne.

Encore un bon petit bouquin dans la collection Soon, qui permettra aux plus jeunes de se familiariser avec les concepts-clés de la SF.
Rappelons les deux livres précédemment présentés sur la Yozone : « Le Garçon qui savait tout » de Loïc le Borgne et « Ascenseur pour le Futur » de Nadia Coste, qui vient d’être primé.


Titre : Un Week-end sans fin
Auteur : Claire Gratias
Couverture : Stéphanie Hans
Éditeur : Syros
Collection : Soon / Mini Syros +
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 117
Format (en cm) : 16,5 x 11 x1,3
Dépôt légal : juin 2015
ISBN : 9782748517132
Prix : 5 €



Nicolas Soffray
27 octobre 2015






JPEG - 28.6 ko



WebAnalytics